ventilateur,ventilator
L'intubation et la ventilation étaient considérées comme les seuls moyens de traiter les patients atteints du COVID19 dans les premiers jours de l'épidémie, mais aujourd'hui, certains professionnels de la santé remettent cette pratique en question.

Depuis que le coronavirus a fait un bond aussi spectaculaire de la Chine à l'Italie, la plupart des discussions dans le monde occidental ont porté sur la capacité de nos services de santé à faire face au raz-de-marée de patients prévu.

Un tsunami de souffrances humaines a été prédit et, quelques semaines plus tard, il ne s'est pas encore matérialisé. Le NHS a construit un nouvel hôpital d'urgence de 4000 lits, le Nightingale Center... qui a été à peine utilisé et qui est maintenant fermé. Aux États-Unis, des hôpitaux de campagne ont été construits, laissés vides pendant quelques jours, puis démantelés.

Plus précisément, dans les premiers temps, on ne parlait presque que de ventilateurs. En avons-nous eu assez ? Pouvions-nous en obtenir davantage ? Devrions-nous imprimer en 3D les nôtres ? Faut-il que les constructeurs automobiles et les marchands d'armes réoutillent leurs usines pour en fabriquer davantage ?

Ce récit médiatique n'a jamais correspondu à la réalité scientifique de la situation

Depuis, de nombreux médecins ont déclaré que la ventilation mécanique n'est pas seulement inappropriée pour les personnes souffrant d'infections respiratoires, mais qu'elle est sérieusement surutilisée pour les patients atteints de coronavirus, et qu'elle fait peut-être plus de mal que de bien.

Dans un article paru dans The Spectator, le Dr Matt Strauss a souligné que les ventilateurs n'étaient pas un "traitement" en soi, et qu'ils n'étaient pas destinés aux patients souffrant de maladies respiratoires :
"Les ventilateurs ne guérissent aucune maladie. Ils peuvent remplir vos poumons d'air lorsque vous vous trouvez dans l'incapacité de le faire vous-même. Ils sont associés aux maladies pulmonaires dans la conscience du public, mais ce n'est pas en fait leur application la plus courante ou la plus appropriée."
Et poursuit en expliquant que les patients peuvent ne voir absolument aucun avantage à être sous respirateur :
Il n'y a jamais eu d'essai contrôlé randomisé avec placebo pour comparer la mise sous respirateur ou le fait de laisser les gens lutter. Nous ne savons donc pas, à proprement parler, si ceux qui survivent à leur passage sous respirateur auraient survécu de toute façon, ou si certains survivants potentiels sont morts parce qu'ils ont été mis sous respirateur.
De nombreux autres articles ont couvert des sujets similaires, notamment "With ventilators running out, doctors say the machines are overused for Covid-19" ("Avec les ventilateurs qui se raréfient, les médecins disent que les machines sont surutilisées pour le Covid-19") dans Stat News et "Puzzling death rate among respiratory patients" ("Un taux de mortalité déroutant chez les patients atteints de maladies respiratoires") dans Die Welt.

Le Dr Eddy Fan a déclaré à l'Associated Press :
"L'une des découvertes les plus importantes de ces dernières décennies est que la ventilation médicale peut aggraver les lésions pulmonaires - nous devons donc faire attention à la façon dont nous l'utilisons".
Le Dr Joseph Habboushe a ajouté :
"Si nous sommes capables de les améliorer sans les intuber, ils ont plus de chances d'avoir une meilleure évolution".
Alors que le Dr Paul Mayo, spécialiste des soins intensifs basé à New York, aurait déclaré
"Mettre une personne sous respirateur crée une maladie appelée "être sous respirateur".
Le Dr Thomas Voshaar, président de l'Association des cliniques pneumologiques allemandes, a été tout aussi franc sur les risques d'une ventilation "trop importante" et "trop précoce". C'est ce qu'il a déclaré à FAZ.net :
"La ventilation invasive est fondamentalement mauvaise pour les patients. Même si le ventilateur est réglé de manière optimale et que les soins sont parfaits, le traitement entraîne de nombreuses complications. Les poumons sont sensibles à deux choses : une surpression et une concentration excessive d'oxygène dans l'air fourni.

Il faut également mettre le patient sous sédatif pendant la ventilation - vous le mettez dans un état second hors du monde. Il ne peut plus manger, boire et respirer tout seul. Je prends donc le contrôle total de l'organisme. Je ne peux faire entrer de l'air dans mes poumons qu'en cas de surpression. Le contraire se produit lors de la respiration spontanée, l'air pénètre dans les poumons par une pression négative. La défaillance terminale des poumons est souvent due à une pression trop élevée et à un excès d'oxygène.

[...]

Seuls 20 à 50 % des patients souffrant de Covid-19 sous ventilation ont survécu jusqu'à présent. Si c'est le cas, nous devons nous demander : est-ce dû à la gravité et à l'évolution de la maladie elle-même ou peut-être à la méthode de traitement de prédilection ?"
Lorsque nous avons lu les premières études et rapports de Chine et d'Italie, nous nous sommes immédiatement demandé pourquoi l'intubation était si courante dans ces pays. Cela contredisait notre expérience clinique en matière de pneumonie virale.
La vérité est que, plutôt que de traiter les infections respiratoires, les ventilateurs en sont en fait la cause

La suppression du réflexe de la toux, nécessaire pour insérer le tube du ventilateur dans la trachée, signifie que les patients sous sédatifs ne peuvent pas dégager leurs voies respiratoires. Cela entraîne une accumulation de liquide qui, avec les bactéries qui se forment autour du corps étranger, finit par provoquer une infection bactérienne grave.

Cette affection est appelée "pneumonie acquise sous ventilation assistée" (PVA). Des études montrent qu'entre 8 et 28 % de tous les patients ventilés en seront atteints, et que pour 20 à 55 % d'entre eux, elle s'avère mortelle.

Outre le risque d'infection, il est également vrai que le mécanisme du ventilateur - qui force l'air à entrer et à sortir des poumons - finit par les endommager physiquement de manière irréparable.

C'est ce qu'on appelle une "lésion pulmonaire induite par le ventilateur", et même si elle ne tue pas les patients, elle peut entraîner des dommages à long terme et réduire considérablement la qualité de vie.

Une étude a révélé que, même après leur rétablissement, 58 % des patients ventilés mouraient dans l'année qui suivait.

En termes simples : si vous prenez des personnes souffrant de graves problèmes cardiaques, de cancer, de sida, de diabète ou d'autres problèmes de santé dangereux, et que vous les mettez sous ventilateur mécanique dès qu'elles présentent les symptômes d'une maladie grippale, vous en tuerez une grande partie.

Il n'est donc peut-être pas surprenant que, selon cet article, 66 % des patients britanniques atteints du Covid19 sous respirateur meurent. Une étude récente a montré qu'à New York, 88 % des patients Covid19 sous ventilation sont morts. En Italie, c'était plus de 81 %, à Wuhan, c'était 86 %.

À l'inverse, la Corée du Sud a fait état de bons résultats préliminaires en traitant les patients atteints de Covid19 avec d'autres formes d'oxygénothérapie, ou "ventilation non invasive".

La question se pose : Si les ventilateurs ne sont pas recommandés pour les infections respiratoires, qu'ils peuvent faire plus de dégâts qu'ils n'en préviennent et qu'ils sont moins efficaces que la ventilation non invasive, pourquoi sont-ils si largement utilisés ?

Eh bien, une raison possible est que, selon les directives de l'OMS, la ventilation non invasive pourrait contribuer à la propagation du virus par "aérosolisation". C'est ce que répètent les lignes directrices du CDC, ECDC et d'autres institutions nationales.

Le NHS du Royaume-Uni va encore plus loin, avec son protocole du 19 mars qui appelle en fait la ventilation mécanique l'option "préférée" à la ventilation non invasive ou à d'autres thérapies par oxygène.

Cela laisse toute latitude aux hôpitaux d'utiliser des traitements connus pour leurs effets nocifs, simplement pour éviter la propagation hypothétique du virus.

Résumé

Alors, où en sommes-nous ?

Nous avons déjà établi que les directives planétaires sur les certificats de décès conduisent à des "surestimations substantielles" du nombre de décès dus au Covid19.
Lire : - Le nombre de décès lié au Covid19 est "considérablement surestimé" (Off Guardian)

Nous savons également que les tests PCR ne sont pas destinés à être utilisés à des fins diagnostiques et qu'ils présentent un risque très réel de donner un grand nombre de résultats faussement positifs.

Lire : - Comment la politique de test du Royaume-Uni rend leurs statistiques relatives au Covid19 insignifiantes (Off Guardian)

Ces deux faits augmenteront artificiellement et considérablement le nombre de décès et de cas respectivement.

Toutefois, cette situation semble aller plus loin. Il semble que la surutilisation des ventilateurs puisse en fait tuer des personnes qui auraient pu survivre autrement.

Pour soutenir financièrement Off Guardian sur Paypal, cliquez ici ; sur Patreon : cliquez ici ou bien par Bitcoin : cliquez ici

Traduction : SLT
Source : Kit Knightly, Off Guardian