Thomas, 23 ans, avait été poignardé à Sarcelles dans le Val-d'Oise dans la nuit du 9 au 10 mai derniers par un homme tout juste sorti de prison grâce à une remise en liberté liée au coronavirus. Sur Twitter, #JusticepourThomas ne cesse de grimper.

justice pour thomas
© LP/Julien Constant
Sarcelles. Thomas, 23 ans, a été tué de huit coups de couteau par délinquant.
Alors que le monde a les yeux rivés sur Black Lives Matter, #JusticepourThomas monte à son tour en flèche sur les réseaux sociaux. Ce jeune habitant de Sarcelles avait été poignardé dans la nuit du 9 au 10 mai derniers par un homme tout juste sorti de prison grâce à la politique de remise en liberté liée au coronavirus, créée par la garde des Sceaux, Nicole Belloubet. L'homme avait rapidement été interpellé et écroué. De nombreux internautes ont réagi face à la colère des parents de Thomas. Cette famille habite Sarcelles depuis 35 ans et a estimé que la commune « a changé pour devenir une zone de non-droit », peut-on lire dans Le Parisien vendredi 3 juillet. La chroniqueuse de l'émission Les Grandes Gueules, Zohra Bitan, a réagi à cette affaire. En plein mouvement des Black Lives Matter - qui milite contre le racisme et les violences policières jugées majoritairement à l'encontre des Noirs, selon BLM -, Zohra Bitan a estimé que « toutes les vies comptent ». Elle a ajouté : « Thomas ne mérite pas d'avoir l'hommage et soutien que d'une partie des Français mais de tous les humanistes ! »


« Désigné comme coupable, le blanc est désigné comme blanc. Victime, le blanc est transparent. » L'avocat Gilles-William Goldnadel n'a pas non plus gardé le silence. Il a fait référence à la victimisation systématique des personnes noires. Un phénomène qui fait sans doute oublier que les Blancs peuvent être aussi des victimes, et non systématiquement coupable.


Le Rassemblement national a même demandé que Nicole Belloubet prenne ses responsabilités au sujet du décès du jeune homme, dans la nuit du 11 juin, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Précisément, Thomas a été poignardé à huit reprises par un quadragénaire alcoolisé et drogué à la cocaïne qui était sorti de prison durant la crise sanitaire. Une politique qui avait été menée par Nicole Belloubet afin d'alléger les établissements pénitentiaires. Pour rappel, plus de 15 000 individus avaient été relâchés dans la nature pour éviter la propagation du coronavirus dans les prisons. Jordan Bardella, député européen (RN), demande à ce « que Nicole Belloubet assume ses responsabilités, reçoive les parents et leur réponde ! »


L'un des membres du RN, Jean Messiha, a décrit Thomas comme une « victime du système anti-national de Macron ». Il a ajouté : « Chaque jour charrie son lot de victimes et ses vagues de sang sur les rivages de la France "progressiste" où les récidivistes récidivent, les violeurs violent et les assassins tuent. »