Selon Swiss Policy Research, plusieurs études scientifiques montrent qu'une majorité de gens disposent d'une immunité préexistante contre le nouveau coronavirus. Celle-ci aurait été obtenue par immunité croisée avec d'autres coronavirus antérieurs ( virus du rhume ).
ssssss
Les enfants et adolescents auraient été en grande majorité déjà immunisés par contact avec de précédents coronavirus. L'immunité cellulaire impliquant les Lymphocytes T seraient responsables de cette immunité à long terme qui n'impliquerait pas forcément l'immunité par anticorps :

Au début de la pandémie de Covid-19, on a supposé qu'aucune immunité contre le nouveau coronavirus n'existait dans la population. C'était l'une des principales raisons de la stratégie initiale consistant à "aplatir la courbe" en introduisant des ordonnances de maintien à domicile.

Mais à partir de mars et avril, les premières études ont montré qu'une partie considérable de la population avait déjà une certaine immunité contre le nouveau virus, acquise par contact avec des coronavirus antérieurs ( virus du rhume ).

D'autres études importantes sur ce sujet ont été publiées en juillet :
  • Une nouvelle étude allemande a conclu que jusqu'à 81 % des personnes qui n'ont pas encore été en contact avec le nouveau coronavirus ont déjà des cellules T à réaction croisée et donc une certaine immunité de fond. Cela confirme des études antérieures sur l'immunité des cellules T.
  • En outre, une étude britannique a révélé que jusqu'à 60 % des enfants et des adolescents et environ 6 % des adultes ont déjà des anticorps à réaction croisée contre le nouveau coronavirus, qui ont été créés par contact avec des coronavirus antérieurs. C'est probablement un autre aspect important pour expliquer le très faible taux de maladie chez les enfants et les adolescents.
  • Dans le cas de Singapour, une étude publiée dans la revue scientifique Nature a conclu que les personnes qui ont contracté le SRAS-1 en 2002/2003 avaient encore des cellules T qui réagissaient contre le nouveau coronavirus SRAS-2 17 ans plus tard. En outre, les chercheurs ont trouvé des cellules T à réaction croisée, produites par contact avec d'autres coronavirus partiellement inconnus, chez environ la moitié des personnes qui n'avaient contracté ni le SRAS-1 ni le SRAS-2. Les chercheurs pensent que la distribution différente de ces coronavirus et des cellules T peut contribuer à expliquer pourquoi certains pays sont moins touchés que d'autres par le nouveau coronavirus, quelles que soient les mesures politiques et médicales prises.
  • Les analystes ont déjà souligné que de nombreux pays du Pacifique, et notamment les pays voisins de la Chine, ont jusqu'à présent un taux de mortalité par Covid très faible, indépendamment de leur structure démographique (jeunes ou vieux) et des mesures prises (avec ou sans mesures de confinement, tests de masse, masques, etc.). Une explication possible de cette situation pourrait être la propagation des coronavirus antérieurs.
  • Michael Mina, immunologiste à Harvard, a expliqué que la "baisse de la concentration d'anticorps" après la maladie au Covid, dramatisée par certains médias, était "parfaitement normale" et "exemplaire". L'organisme assure une immunité à long terme grâce aux cellules T et aux cellules mémoires de la moelle osseuse, qui peuvent produire rapidement de nouveaux anticorps en cas de besoin.
Interview vidéo d'une médecin et chercheuse suédoise : L'immunité des cellules T et la vérité sur le Covid-19 en Suède