L'année 2020 pourrait être décrite comme une année où l'absurde côtoie la psychose — une année de division et de polarisation extrême tant sur le plan climatique que sur le plan sociopolitique. Les populations font encore plus qu'avant des choix, pour le meilleur ou pour le pire. Certains personnes s'alignent sur les mensonges de plus en plus flagrants colportés par les médias mainstream et les gouvernements profondément pathologiques tout autour du globe, mais surtout en Occident, et d'autres prennent position contre ces mêmes mensonges et parviennent à ce point de compréhension qui leur laisse à penser que la version de la réalité qui leur est présentée est en essence malfaisante.

Dualité
© Inconnu
Le temps du grand ménage est arrivé. Parce que s'il vous arrive en ce moment d'éprouver la sensation d'être au sein d'une bataille spirituelle, vous n'êtes pas seul. Nombre des plus grands érudits, philosophes et ascètes du monde ont compris l'aspect multidimensionnel du monde dans lequel vivent des êtres non physiques, bons et mauvais, en lutte perpétuelle contre nous et les uns contre les autres. Il convient de cultiver une sensibilité telle que l'existence des êtres spirituels puisse être directement vécue parce que
« [...] les Esprits des ténèbres sont parmi nous, ils sont présents. Il nous faut veiller afin de voir où ils se trouvent sur notre chemin, afin de concevoir à quel endroit ils sont présents. Car la chose la plus dangereuse dans un proche avenir, ce sera d'être abandonné à leurs influences sans en avoir conscience. Leur réalité n'est pas modifiée du fait que l'homme les connaît ou ne les connaît pas. »

~ Rudolf Steiner, La Chute des Esprits des ténèbres
Vous n'êtes pas seul, mais vous pourriez avoir dans votre entourage des personnes qui entravent votre voie vers la spiritualité et déséquilibrent votre recherche d'harmonie intérieure. L'article qui suit explore ce sujet. Il sera suivi par quelques citations qui aideront peut-être les lectrices et les lecteurs à y voir plus clair.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Nous vivons une époque de folie. Il semble que nous soyons entrés dans la zone crépusculaire. Un « tourbillon » tordu de polarisation extrême et de systèmes de valeurs contradictoires. Un monde où la haine est palpable des deux côtés du point de contrôle de la polarité. La volonté orchestrée de provoquer des divisions sur tous les fronts : race, sexe, politique et religion ne devrait pas surprendre ceux qui sont sur le chemin de la spiritualité. L'énergie de l'ancienne ère des Poissons se meurt et les débranchés se battent contre la marée montante de la nouvelle ère du Verseau.

L'enfer se déchaîne. Les émeutes et la violence abondent, les pénuries alimentaires, les confinements, les conditions météorologiques extrêmes et les maladies sont au rendez-vous, et à mesure que la vie s'écoule, nos préjugés profonds et notre instinct de conservation se manifestent. Des instincts de survie délibérément exacerbés par nos sombres dirigeants, des êtres au charisme néfaste qui cherchent désespérément à garder le contrôle d'un paradigme moribond.

Programmés pour les conflits

Les humains sont programmés pour les conflits. Nous possédons tous un schéma interne de type Jekyll et Hyde — un M. Gentil et un M. Méchant qui partagent le même espace. Chacun d'entre nous est soumis à des forces positives et négatives qui envahissent notre esprit et bouleversent notre vie. La lutte pour la polarité devient évidente lorsque nous vérifions nos propres dialogues internes. Nous avons tous un Gollum qui partage notre conscience, et il est parfois inconfortable de surveiller notre pensée... et ce qu'elle révèle sur l'état de notre conscience.

Le mécanisme de contrôle absolu

Depuis que notre réalité tribale et intégratrice nous a été arrachée, nous sommes devenus des esclaves de la dette, enfermés dans du béton et du verre, divorcés de la réalité vivante de la Nature et immergés dans la plus grossière des cultures matérialistes. L'humanité est asservie à un modèle qui se nourrit de lui-même, du micro au macro. Du proxénète au coin de la rue aux plus hauts échelons du gouvernement, nous sommes contrôlés par un mécanisme qui enrichit les élites et étrangle les pauvres. Peu importe qui est aux commandes. Nos dirigeants sont corrompus. Tous les hauts responsables mettent en œuvre un programme occulte basé sur la gematria pour dominer le monde et créer un nouvel âge des ténèbres numérique.
Note du traducteur : La gematria est une forme d'exégèse propre à la Bible hébraïque dans laquelle on additionne la valeur numérique des lettres et des phrases afin de les interpréter. Gematria, Temura et Notarikon sont les trois procédés de la combinatoire des lettres, pour déchiffrer la Torah. Source
Tel était le plan de l'église romaine et luciférienne depuis le début de l'ère des Poissons — deux mille ans de boucherie et de génocide au nom de la religion et de la cupidité. Une ère de mensonges, de tromperie, d'illusions, d'excès et de destruction de la vraie spiritualité. Les clones matriciels qui se font passer pour des êtres humains sont des empilements d'ordures faits de mensonges, de tromperie, d'égoïsme, de cruauté, de malhonnêteté, de déviance sexuelle et sont « purement et simplement malfaisants ».

Mais cette dimension n'est qu'une question de division. Le principe fondamental du jeu de la bulle matricielle repose sur le principe « moi contre toi » et « nous contre eux ».

La bulle matricielle

Chacun de nous existe dans une bulle polarisée — un petit univers à soi. Chaque fraction de seconde, des bulles de moi absorbées par le « Je » se heurtent les unes aux autres, et débordant d'une indignation moralisatrice, elles se battent pour le concept « la force prime le droit », concept qui accompagne leur version héritée et déformée de la vérité.

Poussés et contrôlés par la peur, les dogmes religieux et politiques, les « Je » vont faire la fine bouche, défendre et livrer leur esprit à tout démagogue politique ou religieux corrompu qui se présente sur la scène. Ils veulent que les choses continuent comme elles sont sans comprendre que tout ce qui existe est en mouvement, et que tout est susceptible de changer en un clin d'œil.

Le point d'assemblage
« Tout déplacement du point d'assemblage signifie un éloignement d'une préoccupation excessive à l'égard du moi individuel. Les chamans pensent que c'est la position du point d'assemblage qui fait de l'homme moderne un égoïste meurtrier, un être totalement impliqué dans l'image qu'il a de lui-même. Ayant perdu l'espoir de revenir un jour à la source de tout, l'homme moyen cherche du réconfort dans son égoïsme. »
~ Don Juan Matus, par Carlos Castaneda.
Par essence, l'être humain est un champ de conscience vibrant dans un océan infini de conscience. Nos champs d'énergie possèdent un noyau cosmique de puissance de pulsation, et c'est ce qu'on appelle le point d'assemblage. C'est le programme de base à partir duquel nous regardons notre réalité personnelle. Il façonne notre manière de vivre le monde, notre réaction à l'environnement, notre interaction et nos relations avec les autres. Il façonne nos croyances et nos décisions.

Le point d'assemblage des êtres humains équilibrés est situé au centre de la poitrine, un point qui se trouve dans l'axe des aisselles. Lorsque notre point d'assemblage est centré, nous avons tout ce dont nous avons besoin, nous sommes satisfaits de notre vie et nous pouvons faire face à tout ce que la vie nous réserve.

Il est triste que la masse de l'humanité soit coincée dans la division et le drame. Incapables d'éloigner leur point d'assemblage de la dualité, ils vivent et meurent au sein de la bulle matricielle sans réaliser qu'il existe une autre possibilité — l'espace tranquille entre la charge « + » positive et « - » négative — le siège du pouvoir des chamans.

Le temps du grand ménage

Les personnes dont la vie est dépourvue de fondement spirituel sont des individus toxiques et conflictuels. Ils choisissent toujours leur camp sans se rendre compte que dans une dualité, « les deux extrémités de la queue remuent le même chien ». Ces individus sont critiques [au sens négatif du terme - NdT], sèment la discorde et prennent plaisir à rabaisser les autres. Cette forme d'abus peut nous bouleverser émotionnellement et lorsque ces abus sont commis de façon constante sur notre psyché, ils peuvent déstabiliser notre équilibre intérieur. Ce processus peut entraîner un déplacement de notre point d'assemblage et transformer une réalité harmonique en une forme de résonance discordante et haineuse.

Alors, chers amis, il est temps de faire un grand ménage et de supprimer de notre petite bulle de réalité les personnes qui sèment la discorde. Ce n'est qu'alors que notre résonance sera débarrassée de l'énergie négative et que nous pourrons progresser sur la voie de l'état d'Unité par le biais de notre vérité inébranlable et particulière.

La réalité non-locale

Le domaine de l'Unité — ou la réalité non-locale — est expérimental et difficile à énoncer. Nous sommes tout et pouvons instantanément être tout parce que dans la réalité non locale, il n'y a pas de séparation — pas de dualité. Il existe un champ universel de potentialité où tout est connecté. Dans cet état de conscience, nous pouvons libérer nos propres schémas de contrôle sur les autres et nous libérer des contraintes du dualisme. Nous pouvons atteindre un état de conscience où nous rallumons nos centres psychiques atrophiés et permettons à notre intuition intérieure de nous guider vers une vie de coïncidences et de rencontres synchronisées significatives qui favorisent notre ascension spirituelle. Lorsque nous cultivons une reconnexion personnelle avec la Source, nous subissons une transformation mystique — une renaissance qui nous élève dans un état de conscience du Soi supérieur.

Source de l'article initialement publié en anglais le 20 novembre 2020 : Waking Times
Traduction : Sott.net

* * * * * * * * * * * * * * * *

Quelques citations
Théorie de la double-causalité
© Inconnu
La Double Causalité est le concept fondateur d’une Théorie de la Synchronicité
Dans son ouvrage intitulé La physique de la conscience, Philippe Guillemant écrit :
« Nous vivrions dans un champ d'informations incommensurable et notre réalité collective ne serait qu'une parcelle infime de ce champ d'informations dans lequel chaque conscience vient puiser une partie cohérente avec le tout. »
Quant au déséquilibre de l'harmonie intérieur, le lecteur peut aussi se reporter à son article « La Théorie de la Double Causalité, germe d'une future révolution spirituelle » :
« Dans l'exercice de son libre arbitre (qu'il soit illusoire ou authentique) l'être humain révèle deux grands types de comportement distincts : le rationnel et le spirituel. Les deux sont rarement conciliés chez le même homme car l'alliance entre la raison et la foi, dans notre société moderne, est rompue. Bien que le culte de la raison, d'inspiration mécaniste, puisse s'harmoniser avec la foi religieuse ou spirituelle (ce qui serait la sagesse même dans un monde où la science n'explique pas tout) ce n'est généralement pas cette attitude équilibrée que l'on voit s'imposer, mais plutôt des formes déviationnistes qui vont de la dérive mécaniste vers le culte du pouvoir et de l'argent, à la dérive des croyances vers le sectarisme, la dévotion excessive ou le renoncement. Les progrès de la science et de la technologie en sont probablement responsables, ayant rendu le paradigme mécaniste beaucoup trop dominant dans la société actuelle. Cet article a pour but de dévoiler l'un des germes d'une possible révolution spirituelle qui serait à même de restaurer l'équilibre entre raison et foi vers la sagesse.
[...]
Dans un monde sous l'emprise persistante d'une philosophie mécaniste (pourtant largement controversée) l'attitude spirituelle subit inévitablement des assauts intenses et se retrouve ainsi dévalorisée, ridiculisée, qualifiée de naïve, de pensée magique ou d'insensée. Il s'agit bien d'ailleurs pour les rationalistes de l'éliminer. Il va de soi qu'invoquer un plan divin s'accommode mal de la raison dominante, qui puise ses fondements dans une science classique imprégnée de déterminisme et de causalité, les deux principes à la base du mécanisme.
[...]
Dans mon livre intitulé La Route du Temps - Théorie de la Double Causalité, paru en 2010, les conséquences d'une telle seconde causalité, qualifiable de « rétro-causalité macroscopique », sont analysées en profondeur pour en déduire comment le libre arbitre de l'homme pourrait s'exercer dans un futur déjà réalisé (quoique non figé). En ce sens, il s'agit d'une théorie métaphysique car, pour qu'elle soit recevable en physique moderne, elle exige d'ouvrir une autre porte qui ne soit pas des moindres : rendre acceptable l'hypothèse que le libre arbitre pourrait s'exercer au moyen d'une influence de nos intentions sur les probabilités d'occurrence de certains futurs plutôt que d'autres ! Tous nos futurs existeraient ainsi à l'état de potentiels latents, c'est-à-dire déjà déployés, mais non encore vécus, et ils seraient directement modelables au niveau de leurs probabilités par le biais de nos intentions libres. Considérée d'un point de vue logique, si effectivement nos futurs probables sont déjà actuels, alors cette idée est imparable : si nous décidons aujourd'hui de changer d'orientation pour notre avenir, les probabilités d'occurrence de l'avenir que nous privilégions seront instantanément augmentées au moment même où notre libre arbitre s'exerce, donc bien avant que cet avenir ne commence vraiment à se préparer, ne serait-ce que par « hasard ». Le problème est que nous avons du mal à imaginer par quel biais notre changement d'intention pourrait se traduire instantanément en modifications physiques de la structure probabiliste de nos avenirs potentiels déjà déployés. Mais dans une physique moderne en pleine mutation, où la théorie des univers parallèles apparaît comme la plus cohérente pour expliquer les observations, et où l'on est forcé d'introduire des dimensions supplémentaires à l'espace pour y parvenir (qui plus est, des dimensions qualifiables d'« intérieures » car extrêmement petites et repliées sur elles-mêmes), n'y aurait-il pas enfin une place pour héberger cette structure intemporelle de notre esprit que l'on appelle l'âme, et qui se définirait fort justement comme cette partie de nous-mêmes douée du libre arbitre authentique, c'est-à-dire capable de privilégier certains futurs indépendamment de tout conditionnement causal ?
[...]
Cette Théorie de la Double Causalité peut paraître audacieuse, mais son côté le plus respectable (et qui la rend en effet crédible) est son immense atout d'être productive, au point d'être potentiellement démontrable expérimentalement, car elle permet en effet d'expliquer, entre autres, le mécanisme des synchronicités, ces coïncidences remarquables qui représentent un défi à la science. En bref, l'explication donnée est que l'omniprésence de notre futur a pour conséquence qu'il est possible de remodeler celui-ci au moyen de notre libre arbitre et que ce réarrangement, ainsi produit, agit comme une source de potentialités accrues ayant pour effet d'augmenter les probabilités de tous les chemins pouvant mener à la réalisation de nos choix/intentions, et ce, par rétro-causalité. Il ne reste plus qu'à attendre de rencontrer l'événement susceptible de nous faire bifurquer vers un tel chemin choisi. Si le seul chemin possible est mû par un événement dû au « hasard », alors on ne parle plus vraiment de hasard car les probabilités de ce hasard seront accrues et la rencontre pourra se faire même si sa probabilité était initialement infime, car cette dernière aura été amplifiée par l'intention accompagnée des vertus qui en maintiennent les effets dans le futur : l'attention, la foi et la confiance. A condition, toutefois, de demeurer sincère (dans la prière ou toute autre méthode adressant l'être intérieur) au sens du « Deviens ce que tu es » de Nietzsche ! »
Dans le cadre de vie de coïncidences et de rencontres synchronisées significatives qui favorisent notre ascension spirituelle exprimée par l'auteur de Elva Thompson, faisons appel aux physiciens Arkadiusz Jadczyk et Philippe Blanchard qui ont développé une extension de la Théorie Quantique en terme d'Evènements, abrégée EEQT (Event Enhanced Quantum Theory). Explications.
Est-ce que la Théorie quantique des Evènements donne un modèle fidèle de l'interaction de la conscience avec la matière ? Nous ne le savons pas. Mais il y a des chances pour que ce soit le cas, parce qu'elle semble décrire les phénomènes plus correctement que la mécanique quantique orthodoxe ou ses théories rivales (Mécanique Bohmienne, GRW, etc.).

Ce que nous apprenons de la Théorie quantique des Evènements peut être dit simplement comme suit :

Appelons notre univers matériel « le système ». Le système est caractérisé par un certain « état ». Il est utile de représenter l'état du système par un point dans un disque. Le point au centre du disque, son origine, est l'état de chaos. Nous pourrions aussi le décrire comme « potentiel infini ». Les points sur le bord représentent les « purs états d'être », c'est à dire des états de « connaissance pure, non floue ». Entre les deux, il existe des états mitigés. Plus l'état se rapproche du bord, plus il est pur et « organisé ».

Un « observateur », une « unité de conscience », extérieur, se fait une idée — peut-être exacte, peut-être fausse, peut-être entre les deux de l'état réel du système — et observe le système avec cette « conviction » au sujet de son état. L'observation, si elle se prolonge, a pour résultat que l'état du système « saute ». C'est dans ce sens que l'on crée sa propre réalité ; mais comme toujours, le diable est dans les détails.

Les détails sont que l'état résultant de l'observation du système peut être plus pur ou plus chaotique, cela dépend de la « direction » du saut. La direction du saut dépend de l'objectivité de l'observation : dans quelle mesure l'observation est proche de la réalité de l'état.

D'après la Théorie quantique des Evènements, si les attentes de l'observateur sont proches de l'état réel du système, le système saute, le plus souvent, vers un état plus organisé, moins chaotique.

Si d'autre part les attentes de l'observateur sont proches de la négation de l'état réel — c'est à dire quand les convictions de l'observateur sont plus proches du faux que du vrai par rapport à l'état RÉEL, à savoir la réalité objective — alors l'état du système va sauter vers un état plus chaotique, moins organisé. En outre, ce saut prendra, selon la règle, beaucoup plus de temps.

Autrement dit, si la connaissance de l'observateur à propos de l'état réel [du système] est proche de la vérité, alors l'acte d'observation et de vérification en lui-même provoque promptement un saut et l'état résultant est plus organisé. Si la connaissance de l'observateur à propos de l'état réel [du système] est fausse, alors il faut en général beaucoup plus de temps pour provoquer un changement dans l'état du système, et l'état résultant est plus chaotique.

Cela signifie que grâce à l'observation de ce chaos tel qu'il EST et non pas tel que l'on voudrait qu'il soit, l'ordre peut être tiré du chaos.

En résumé, celui qui « croit » en la possibilité de « créer une réalité » différente de ce qu'elle EST, augmente le chaos et l'entropie. Si vos convictions sont perpendiculaires à la vérité — même si elles sont inébranlables — vous êtes fondamentalement en conflit avec la vision que l'Univers a de lui-même, et je peux vous assurer que celui qui gagnera, ce n'est pas vous. Vous attirerez la destruction sur vous-mêmes et sur tous ceux qui se livreront avec vous à ce genre de « bras de fer » avec l'Univers.

D'autre part, si vous êtes capable de voir l'Univers comme il se voit lui-même, objectivement, sans cligner des yeux et en l'acceptant tel qu'il est, vous vous alignez alors sur son énergie créatrice, et votre propre conscience devient un transducteur d'ordre. Votre énergie d'observation, accordée de manière inconditionnelle, peut apporter l'ordre dans le chaos, peut créer à partir d'un potentiel infini.