L'adolescente a été diagnostiquée schizophrène à l'âge de 9 ans. Les personnes atteintes de cette maladie mentale chronique perçoivent la réalité différemment et ont souvent des hallucinations et des délires. Elle a appris à gérer ces symptômes grâce à divers services offerts à la maison et à l'école.
maladie
Mais la pandémie a bouleversé ces moyens de subsistance. Elle a perdu une grande partie du soutien offert à l'école. Elle a également perdu tout contact régulier avec ses camarades. Sa mère a perdu l'accès aux soins de répit - ce qui lui a permis de faire une pause.

Un jeudi d'octobre, l'isolement et la tristesse ont atteint leur paroxysme. Alors que la mère de Krissy, Patricia Williams, appelait à l'aide une ligne d'assistance téléphonique en cas de crise mentale, elle a déclaré que Krissy se tenait sur la terrasse de leur maison du Maryland avec une bouteille d'analgésique dans une main et de l'eau dans l'autre.

Avant que Patricia ne puisse réagir, Krissy a mis des pilules dans sa bouche et les a avalées.

Les efforts déployés pour contenir la propagation du nouveau coronavirus aux États-Unis ont entraîné des changements radicaux dans la façon dont les enfants et les adolescents apprennent, jouent et socialisent. Des dizaines de millions d'élèves sont scolarisés grâce à une forme d'enseignement à distance. De nombreuses activités extrascolaires ont été annulées. Des terrains de jeux, des zoos et d'autres espaces de loisirs ont été fermés. Des enfants comme Krissy ont eu du mal à faire face et le bilan devient évident.

Les chiffres du gouvernement montrent que la proportion d'enfants arrivés aux urgences avec des problèmes de santé mentale a augmenté de 24 % de la mi-mars à la mi-octobre, par rapport à la même période en 2019. Chez les préadolescents et les adolescents, elle a augmenté de 31 %. De manière anecdotique, certains hôpitaux ont déclaré qu'ils voyaient davantage de cas de dépression sévère et de pensées suicidaires chez les enfants, en particulier des tentatives d'overdose.

La demande accrue de soins de santé mentale intensifs qui a accompagné la pandémie a aggravé les problèmes qui ont longtemps affligé le système. Dans certains hôpitaux, le nombre d'enfants incapables d'obtenir immédiatement un lit dans l'unité psychiatrique a augmenté. D'autres ont réduit le nombre de lits ou fermé des unités psychiatriques pour réduire la propagation du covid-19. Jason Williams, un psychologue et directeur des opérations de l'Institut de santé mentale pédiatrique de l'hôpital pour enfants du Colorado, a déclaré :
« Ce n'est qu'une question de temps avant qu'un tsunami n'atteigne les côtes de notre système de services, et il va être submergé par les besoins de santé mentale des enfants. Je pense que nous commençons tout juste à voir la partie émergée de l'iceberg, pour être honnête avec vous. »
Avant le covid, plus de 8 millions d'enfants âgés de 3 à 17 ans étaient diagnostiqués comme ayant un problème de santé mentale ou comportementale, selon la dernière enquête nationale sur la santé des enfants. Une autre enquête des Centers for Disease Control and Prevention a révélé qu'en 2019, un lycéen sur trois se sentait constamment triste et désespéré, soit une augmentation de 40 % par rapport à 2009.

La pandémie de coronavirus semble aggraver ces difficultés. Un examen de 80 études a révélé que l'isolement forcé et la solitude chez les enfants étaient en corrélation avec un risque accru de dépression. Terrie Andrews, psychologue et administratrice de la santé comportementale à l'hôpital pour enfants de Wolfson en Floride, a déclaré :
« Nous sommes tous des êtres sociaux, mais ils [les adolescents] sont à un stade de leur développement où leurs pairs sont leur réalité. Leurs pairs sont leur mécanisme de base. »
Les hôpitaux pour enfants de New York, du Colorado et du Missouri ont tous signalé une augmentation du nombre de patients qui ont pensé ou tenté de se suicider. Les cliniciens ont également mentionné des pics chez les enfants souffrant de dépression sévère et chez ceux atteints d'autisme qui se comportent mal.

Le nombre de tentatives d'overdose chez les enfants a attiré l'attention des cliniciens de deux établissements. Andrews, de Wolfson Children's, a déclaré que l'établissement distribue des casiers pour les armes et les médicaments au public - y compris aux parents qui viennent ici après que leurs enfants aient tenté de commettre une tentative de suicide à l'aide de médicaments.

Le Children's National Hospital de Washington, D.C., a également connu une hausse, a déclaré le Dr Colby Tyson, directeur associé de la psychiatrie des patients hospitalisés. Elle a vu la santé mentale des enfants se détériorer en raison d'une augmentation probable des conflits familiaux - souvent une conséquence du chaos causé par la pandémie. Sans école, sans liens avec les pairs ou sans emploi, les familles n'ont pas la possibilité de passer du temps loin les unes des autres et de se regrouper, ce qui peut ajouter du stress à une situation déjà tendue.

« Cette accalmie a disparu », a-t-elle déclaré.

La demande accrue de services de santé mentale pour les enfants causée par la pandémie a rendu plus difficile la recherche d'un lit dans une unité de soins hospitaliers.

Aujourd'hui, certains hôpitaux déclarent fonctionner à pleine capacité et avoir davantage d'enfants "en pension" ou dormant dans les services d'urgence avant d'être admis dans l'unité psychiatrique. Parmi eux, on trouve l'Institut de santé mentale pédiatrique de l'hôpital pour enfants du Colorado. Selon M. Williams, l'unité d'hospitalisation est pleine depuis le mois de mars. Certains enfants attendent maintenant près de deux jours pour avoir un lit, alors que le délai habituel avant la pandémie était de huit à dix heures.

Le centre médical de l'hôpital pour enfants de Cincinnati, dans l'Ohio, fonctionne également à pleine capacité, ont indiqué les cliniciens. Pendant plusieurs jours, l'unité a dépassé sa capacité et a placé les enfants aux urgences en attendant d'être admis. En Floride, a dit M. Andrews, jusqu'à 25 enfants ont été détenus dans les étages chirurgicaux du Wolfson Children's en attendant qu'une place se libère dans l'unité psychiatrique d'hospitalisation. Leur attente peut durer jusqu'à cinq jours, a-t-elle dit.

Plusieurs hôpitaux ont déclaré que l'habituel marasme estival des admissions en psychiatrie infantile avait disparu l'année dernière. M. Andrews a déclaré :
« Nous n'avons jamais vu cela pendant la pandémie. Nous sommes restés complètement occupés tout le temps. »
Certains établissements ont décidé de réduire le nombre de lits disponibles pour maintenir l'éloignement physique, ce qui réduit encore plus l'offre. Le Children's National de Washington a supprimé cinq lits de son unité pour maintenir une occupation simple dans chaque chambre, a déclaré la Dre Adelaide Robb, chef de division de la psychiatrie et des sciences du comportement.

Les mesures prises pour freiner la propagation du covid ont également affecté la façon dont les enfants hospitalisés reçoivent les services de santé mentale. Outre le fait que les prestataires portent des équipements de protection, certains hôpitaux comme celui de Cincinnati ont réorganisé le mobilier et placé des repères sur le sol pour rappeler qu'il faut rester à une distance d'un mètre. L'UPMC Western Psychiatric Hospital de Pittsburgh et d'autres établissements encouragent les enfants à garder leurs masques en leur offrant des récompenses comme du temps supplémentaire passé devant l'ordinateur. Les patients du Children's National mangent désormais dans leur chambre, ce qui change de l'époque où ils mangeaient ensemble.

Malgré le besoin de distance, l'interaction sociale représente toujours une part importante des soins de santé mentale pour les enfants, ont déclaré les cliniciens. Les établissements ont trouvé différents moyens de le faire en toute sécurité, notamment en créant des modules plus petits pour les thérapies de groupe. Les enfants de Cincinnati Children's peuvent jouer avec des jouets, mais seulement avec ceux qui peuvent être nettoyés par la suite. Pas de cartes ni de jeux de société, a déclaré le Dr Suzanne Sampang, directrice médicale clinique de la psychiatrie pour enfants et adolescents de l'hôpital. Elle précise :
« Je pense que ce qui est différent dans le traitement psychiatrique, c'est que, vraiment, l'interaction est le traitement, tout autant qu'un médicament. »
Les précautions supplémentaires de contrôle des infections posent des problèmes pour établir des liens thérapeutiques. Les masques peuvent compliquer la capacité à lire le visage d'une personne. Les rencontres en ligne rendent difficile l'établissement d'une relation de confiance entre un patient et un thérapeute. Mme Robb a déclaré :
« Il y a quelque chose dans la vraie relation en personne que la meilleure technologie ne peut pas vous donner. »
Pour l'instant, Krissy s'appuie sur des plateformes virtuelles pour recevoir certains de ses services de santé mentale. Bien qu'elle ait été hospitalisée et qu'elle souffre de lésions cérébrales dues à l'overdose, elle est maintenant chez elle et de bonne humeur. Elle aime la géométrie, danser sur TikTok et essayer de battre sa mère à Super Mario Bros. sur la Wii. Mais être loin de ses amis, dit-elle, a été un ajustement difficile. Elle a déclaré :
« Quand on est habitué à quelque chose, il n'est pas facile de tout changer. »
bgyjn
© Patricia Williams
Krissy Williams, photographiée avec son frère, vit avec la schizophrénie. La perturbation de son école et de ses services de santé causée par le covid-19 a aggravé sa santé mentale. En octobre, elle a tenté de s'ôter la vie.
Source de l'article initialement publié en anglais le 6 janvier 2021 : Kaiser Health News
Traduit de l'anglais par Jade pour Aube Digitale