séisme islande
© Martin Zwick/REDA&CO/Universal Images Group via Getty Images
La péninsule islandaise de Reyjkanes, au sud-ouest de l'île, est soumise à de très nombreux séismes en ce début d'année 2021.
Depuis un fort séisme survenu le 24 février non loin de Reykjavík, la péninsule islandaise de Reykjanes ne cesse de gronder. Près de 10 000 tremblements de terre ont été recensés, une activité sismique inhabituelle.

"Près de 800 tremblements de terre ont été détectés dans la péninsule de Reykjanes depuis minuit", dont six d'une magnitude supérieure à 3, constate l'Office météorologique islandais sur son site, le 1er mars (lien en islandais), réactualisé plusieurs fois par jour. Ils viennent s'ajouter aux quelque 9000 séismes mesurés dans cette région du sud-ouest de l'Islande depuis le 24 février.

Ce mercredi-là, le choc a été puissant : 5,7 sur l'échelle de Richter, nettement ressenti dans la capitale et jusque dans les îles Vestmann, au sud du pays. Au même moment, l'artiste islandaise Sóley Stefánsdóttir est en plein concert à l'université d'Islande, à Reykjavík. Assise à son piano, elle s'interrompt un instant, regarde ses musiciens et lance : "Oh mon Dieu, c'était un tremblement de terre - c'est la Terre-Mère. Mais revenons à ce que nous faisions", avant de finir son morceau (à voir dans cette vidéo, à partir de 0'48).

"Une minute, ça paraît très long !"

"Ce n'est pas très rassurant, tout bouge... Et une minute, ça paraît très très long !", ajoute Guillaume, un Français qui vit à Reykjavík depuis une dizaine d'années, interrogé par GEO. Il n'avait jamais connu de secousses aussi vigoureuses. "Entre l'appréhension et les vibrations, j'ai eu un peu le mal de terre. Et depuis, tous les jours, on sent que ça tremble."


"Si de tels phénomènes sont connus dans des coins inhabités, comme les montagnes Askja ou Herðubreið, ils sont rares à proximité des zones habitées", précise Bryndís Gísladóttir au Morgunblaðið, spécialiste des risques naturels au sein de l'Office météorologique islandais.