Des scientifiques ont identifié une exoplanète qui est passé de l'état gazeux à une planète rocheuse comme la Terre. Et l'aspect incroyable de cette découverte ne s'arrête pas là puisqu'elle a également pu développer une deuxième atmosphère après avoir perdu sa première. Vous avez dit incroyable ? C'est pourtant vrai !
planete gazeuse
© MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRA - Getty Images/Science Photo Libra
Une planète gazeuse devient rocheuse et développe une deuxième atmosphère !
Située à 41 années-lumière de la Terre, GJ 1132 b (à ne pas confondre avec Gliese 486 b qui intéresse également pour la formation de son atmosphère) est un modèle unique. C'est effectivement la première fois que l'on peut observer le phénomène de régénération d'une atmosphère autrefois perdue comme on peut le lire dans l'étude publiée dans The Astronomical Journal.

L'exoplanète (planète en dehors de notre système solaire) a en effet commencé sa vie en tant que planète gazeuse, ressemblant probablement à Neptune mais en format plus petit, comme l'explique scitechdaily. Son atmosphère, alors faites d'hydrogène et d'hélium a été désintégrée par la jeune étoile autour de laquelle elle orbitait, ne laissant plus que le noyaux de la planète : une rocheuse de la taille de la Terre.

Les scientifiques, curieux d'observer l'exoplanète, ont pointé le télescope Hubble vers ce système et ont découvert une donnée surprenante : l'exoplanète a reformé une atmosphère après la destruction de la première. Elle est toxique et brumeuse, faite d'hydrogène, de méthane et de cyanure d'hydrogène.

Comment la planète a-t-elle développé une seconde atmosphère ?

gazeuse planete
© MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRA - Getty Images/Science Photo Libra
Une planète gazeuse devient rocheuse et développe une deuxième atmosphère !
Les chercheurs pensent que la réponse se trouverait dans l'activité volcanique de GJ 1132 b. L'hydrogène présent dans l'atmosphère proviendrait en fait de l'atmosphère d'origine et aurait été absorbé par le magma. Mais l'activité volcanique permet aussi de créer plus d'hydrogène dans l'atmosphère qui continue à se faire désintégrée petit à petit par l'étoile du système, comme le souligne techexplorist.

Tout comme la Terre a commencé comme une planète chaude avec une atmosphère lourde d'hydrogène avant de se refroidir et d'augmenter en oxygène, le processus pourrait être visible sur des exoplanètes.

Mais ce ne sera pas le cas de GJ 1132 b qui a une activité volcanique bien trop forte, engendrée par les forces gravitationnelles de son étoile et d'un autre corps céleste qui la pressent d'un coté et de l'autre. Tout comme Io, la lune de Jupiter, qui est le corps le plus actif au niveau volcanique de tout notre Système solaire : elle est pressée entre Jupiter et les autres lunes.

La croute de l'exoplanète est très fine (en terme astronomique) et ne mesure que quelques centaines de mètres tout au plus. Cela permet à de nombreux gaz contenus dans le noyau de s'échapper et de créer ainsi une atmosphère.

Le fait que des planètes peuvent évoluer d'un type de monde (gazeux par exemple) à un autre (rocheux) pourrait changer la façon dont les scientifiques étudient les exoplanètes.