« Les caillots sanguins sont causés par la réponse immunitaire sévère » stimulée par le vaccin. C'est du moins l'affirmation d'une étude norvégienne sur les effets indésirables du vaccin AstraZeneca, qui fait l'objet d'une large suspension provisoire en Europe après plusieurs décès et cas de thrombose.

Astra Zeneca
© Christophe Ena Associated Press
Relayée par l'agence Belga, l'étude norvégienne démontrerait un lien de causalité entre la formation de caillots sanguins et l'injection du sérum d'AstraZeneca. En effet, selon Pål Andre Holme et son équipe de l'hôpital universitaire d'Oslo, le vaccin pourrait provoquer une « réponse immunitaire sévère », potentiellement à l'origine de l'apparition des caillots sanguins.

« Seul le vaccin peut l'expliquer »

« Nous avons identifié la cause. Et seul le vaccin peut l'expliquer », affirme le professeur Holme. Selon le chercheur norvégien, la réaction immunitaire déclenche la production d'anticorps et parmi eux, certains interféreraient alors avec l'action des plaquettes, ce qui provoquerait des caillots sanguins. « C'est une réaction que nous avions déjà observée mais avec d'autres médicaments », explique-t-il.

Trois hospitalisations et un décès en Norvège

En Norvège, la semaine dernière, trois infirmières ont été hospitalisées après une détérioration rapide de leur état de santé. L'une d'entre elle est décédée. La Norvège fait partie des pays européens qui ont temporairement suspendu leur campagne de vaccination avec AstraZeneca.