EFFET PAPILLON - Une étude vient de montrer que l'extinction des espèces en danger entraînera une réorganisation globale du rôle des espèces dans le fonctionnement des écosystèmes

gorille
© Slavek Ruta/Shutterstock/SIPA
L’extinction de certaines espèces va complètement bouleverser le rôle des autres au sein des écosystèmes
  • Plus de 30.000 espèces sont menacées d'extinction d'ici un siècle.
  • Selon une étude, à laquelle des scientifiques toulousains ont participé, la disparition de certaines d'entre elles affectera les fonctions d'autres espèces.
  • Car si elles ont parfois des points communs, certaines espèces menacées ont des fonctions uniques ou rares qui jouent un rôle dans l'équilibre des écosystèmes
Un être vous manque et tout est dépeuplé. Ou plutôt, tout est chamboulé. C'est ce qui risque fort de se passer lorsque les espèces aujourd'hui menacées vont s'éteindre au cours des prochaines années. Pour des chercheurs, ces extinctions entraîneront une réorganisation globale du rôle des espèces dans le fonctionnement des écosystèmes, selon une étude publiée dans Science Advances.

Un groupe de scientifiques de l'université Paul-Sabatier et d'Estonie ont planché sur les caractéristiques fonctionnelles de 70 000 espèces, que ce soit leur taille, leur âge de première reproduction, leur longévité ou encore leur régime alimentaire. Parfois, les reptiles, les amphibiens, les oiseaux, les mammifères ou encore les poissons d'eau douce partagent des points communs.


Mais parfois, certaines fonctions sont uniques ou partagées par peu d'espèces. « On a par exemple très peu de très grands mammifères qui font plus d'une tonne et pourtant on va aller d'une à cinquante tonnes chez les baleines. On a une gamme de fonctions gigantesques qui n'est couverte que par très peu d'espèces », explique Sébastien Brosse, l'un des coauteurs de l'étude, membre du Laboratoire Evolution et diversite biologique de Toulouse.

Grâce à des modèles mathématiques, ils ont essayé de voir ce que cela donnerait si certains gorilles ou encore poissons en grand danger venaient à disparaître. « Globalement, si les extinctions sont conformes aux prédictions, les pertes de fonction dans 100 ans seraient relativement faibles. Elles seraient entre 0,3 % pour les reptiles et 5,1 % pour les poissons. Mais c'est un résultat en trompe-l'œil, on voit une perte faible mais on augmente considérablement la part d'espace fonctionnelle occupé par une seule espèce », poursuit le chercheur. Et une baisse dans la diversité des rôles joués par chacune.

Des rôles dans le grand scénario des écosystèmes

Or, si on prend les grands singes, ces derniers jouent un rôle dans la dissémination des graines, et l'on sait que les forêts tropicales sont ensemencées par leurs excréments. Si on regarde les éléphants, ils font aussi du transport de graines important. Les hippopotames, eux font du transfert de matière, ils vont brouter dans la savane et aller faire leurs cottes dans l'eau et entretiennent ainsi le milieu aquatique africain.

Du côté des oiseaux, les grands rapaces et charognards, comme le Condor des Andes ont un rôle d'épuration des écosystèmes en consommant les carcasses d'animaux morts. « Si on regarde les espèces de poissons, il y a des détritivores ou des prédateurs, qui vont contrôler un peu la chaîne alimentaire, le fait de perdre ces espèces peut perturber le fonctionnement des écosystèmes », assure Sébastien Brosse. Et les eaux limpides pourraient devenir troubles, ce qui serait une source de préoccupation aussi pour l'homme. Sans compter un autre impact direct. « Nous consommons souvent les grandes espèces, c'est le cas des poissons. Si elles disparaissent, cela peut entraîner des problèmes des malnutritions », conclut le scientifique.