"Le pouvoir enivrant qui change l'homme en dieu ;
L'amour, miel et poison, l'amour philtre de feu,
Fait du souffle mêlé de l'homme et de la femme,
Des frissons de la chair et des rêves de l'âme",

a écrit Victor Hugo dans un poème intitulé Noces et Festins, extrait du recueil, Les chants du crépuscule... Hugo, dans ce texte, met en scène les festins des grands de ce monde, repas démesurés faits de plaisirs et d'excès.
tristan isolde

Tristan et Isolde avec la potion – John William Waterhouse

Le mot "philtre", qui apparaît dans ce poème, évoque la puissance de l'amour, à travers une image, mais ce nom désigne, le plus souvent, un breuvage magique destiné à inspirer l'amour : l'étymologie même révèle bien le sens premier, "philtron" en grec est formé sur le verbe grec "philein, aimer", que l'on retrouve dans nombre de mots : philosophe, philanthrope, bibliophile, philharmonie...

Ce terme est, donc, forgé à partir du radical du verbe, auquel on a ajouté un suffixe -tron, à valeur d'instrument : le philtre est ce qui sert à susciter l'amour...

Lié à la magie, à la sorcellerie, le philtre nous entraîne dans un univers mystérieux, inquiétant, celui des contes où tout est possible, celui des légendes anciennes, comme celle de Tristan et Iseult...

Tristan et Iseut forment un couple mythique. Leur histoire illustre la force irrésistible de la passion amoureuse, force symbolisée par le philtre qui leur fait braver l'ordre social, le mariage. Ce récit relate les principaux moments de la passion irrésistible qui lie le chevalier Tristan et l'épouse de son oncle le roi Marc.

On songe, aussi, à la légende du poète latin Lucrèce, auteur du De Natura rerum, empoisonné par un philtre et rendu fou, légende purement fantaisiste qui a visé à discréditer Lucrèce, esprit lucide, s'il en fut, grand pourfendeur des religions et des superstitions, justement...

On parle souvent de "philtre d'amour" mais on voit que l'expression est, en fait, un pléonasme, puisque le mot "philtre" contient en lui-même le radical du verbe grec : "philein, aimer."

J'aime ce mot qui remonte à l'antiquité, qui a conservé son radical ancien, qui parle à tous, car la racine phil- se retrouve dans de nombreux dérivés...

Mot plein de douceur avec sa fricative "f", plein de rudesse avec sa gutturale "r", le philtre restitue toute l'ambiguité du sens de ce terme : il est censé provoquer l'amour, d'une manière artificielle....

La graphie même du mot qui comporte un phi grec, consonne aspirée, lui confère un aspect mystérieux et exotique.

Quelle est cette mixture aux pouvoirs magiques ? Quels ingrédients la composent ?

Le philtre reste du domaine du conte, du récit mythique, de ces temps anciens où l'on croyait encore en la magie, aux pouvoirs des sorcières, des fées, des sylphes....

Le philtre nous fait songer à des histoires extraordinaires, à des personnages mystérieux, à des récits fantastiques, pleins d'émotions. On voit apparaître des fées aux noms étranges et pleins de poésie : Mélusine, Morgane, Viviane, Fata, la fée des lilas, Ondine...

On entre dans un univers rêvé, celui de l'enfance, celui de Merlin, l'enchanteur, celui des sortilèges, celui de nombreuses légendes du Moyen-âge...

Le philtre, le poison, l'élixir, le breuvage, la potion magique censés procurer l'amour ! Que de mots lumineux et sombres, à la fois, pour évoquer cette boisson secrète et mystérieuse !