Le triple Yoda, Nikolai Patrushev, espère que des têtes plus calmes pourront éviter des sanctions telles que « l'option nucléaire » SWIFT. Le Beltway a toujours aimé décrire feu Andrew Marshall - qui identifiait les menaces émergentes ou futures pour le Pentagone et dont les protégés comprenaient Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Paul Wolfowitz - comme Yoda.
jklñ

Nikolai Patrushev
Si c'est le cas, alors le chef de la Sécurité nationale chinoise, Yang Jiechi, qui a récemment fait de la soupe d'ailerons de requin avec Tony Blinken en Alaska, est un double Yoda. Et Nikolai Patrushev, secrétaire du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie, est un triple Yoda.

Au milieu des relations glaciales actuelles entre les États-Unis et la Russie - plongées dans leur pire état depuis la fin de la Guerre froide - Triple Yoda, discret, diplomate et toujours tranchant comme un poignard, reste une voix apaisante de la raison, comme le démontre une interview étonnante accordée par le quotidien Kommersant.

Patrushev, né en 1951, est un général de l'armée qui a travaillé pour le contre-espionnage du KGB à Leningrad, à l'époque de l'URSS. À partir de 1994, il a été à la tête de plusieurs départements du FSB. De 1999 à 2008, il a été directeur du FSB et a dirigé les opérations de lutte contre le terrorisme dans le Caucase du Nord de 2001 à 2003. Depuis mai 2008, il est le principal conseiller à la sécurité de la Russie.

Patrushev parle rarement aux médias. D'où l'importance, pour l'opinion publique mondiale, de mettre en lumière certaines de ses idées clés. Espérons que le Beltway sera à l'écoute.

Patrushev affirme clairement que la Russie ne veut pas d'une Guerre froide 2.0 : « Nous ne le souhaitons vraiment pas ». Et il espère que « le bon sens prévaudra à Washington ».

Patrushev s'exprime

Sur Biden déclarant que Poutine est un « tueur » : « Je ne voudrais pas établir de parallèles, mais il y a exactement 75 ans, en mars 1946, Churchill a prononcé le célèbre discours de Fulton en présence du président Truman, dans lequel il a déclaré que notre pays, son récent allié dans la coalition anti-Hitler, était un ennemi. Cela a marqué le début de la Guerre froide ».

Sur l'Ukraine et le Donbass : « Je suis convaincu qu'il s'agit d'une conséquence de graves problèmes internes en Ukraine, dont les autorités tentent de détourner l'attention de cette manière. Elles résolvent leurs problèmes aux dépens du Donbass, alors que les capitaux du pays partent à l'étranger depuis longtemps... et que Kiev vend aux étrangers - comme ils disent maintenant, à des prix démocratiques - les restes de l'industrie qui ont pu rester à flot ».

Le premier ordre du jour pour les États-Unis et la Russie : C'est « la sphère de la stabilité stratégique et du contrôle des armes ». Il y a déjà un exemple positif ici. C'est notre décision commune de prolonger le traité sur les armes stratégiques offensives, ce qui n'était certainement pas facile pour l'administration américaine ».

Sur les domaines de coopération possibles : « Il existe un certain potentiel de travail conjoint sur des questions telles que la lutte contre le terrorisme international et l'extrémisme... ainsi que la Syrie, le règlement du problème du Moyen-Orient, le problème nucléaire de la péninsule coréenne, le JCPOA avec l'Iran... Il est grand temps de discuter des questions de cybersécurité, en particulier au vu des préoccupations de la Russie et des accusations qui nous sont présentées depuis plusieurs années maintenant ».

Sur les contacts avec Washington : « Ils se poursuivent. Fin mars, j'ai eu un entretien téléphonique avec l'assistant du président des États-Unis pour la sécurité nationale, M. Sullivan ... Cet entretien s'est d'ailleurs déroulé dans une atmosphère calme et professionnelle, et nous avons communiqué de manière assez approfondie et constructive ».

Sur le fait de ne pas se faire d'illusions sur les excuses américaines :
« Les États-Unis ont largué des bombes atomiques sur le Japon tout à fait inutilement - alors qu'ils savaient parfaitement que l'Armée rouge entamait les hostilités contre le groupement japonais en Mandchourie ; ils savaient que Tokyo était prêt à se rendre. Et les Japonais, comme le monde entier d'ailleurs, se sont entendus dire pendant trois quarts de siècle que les frappes atomiques étaient inévitables... une sorte de punition venue d'en haut. Rappelez-vous ce qu'Obama a dit dans son discours lors de la commémoration d'Hiroshima ? « La mort est tombée du ciel ». Et il n'a pas voulu dire que cette mort était tombée d'un avion américain sur ordre du président américain ».
Sur l'amélioration des relations : « Compte tenu de la difficulté sans précédent de la situation intérieure des États-Unis aujourd'hui, les perspectives d'amélioration des relations ne peuvent guère être qualifiées d'encourageantes ».

Sur le fait que les États-Unis voient la Russie comme une « menace », et si c'est réciproque : « Nous voyons maintenant la principale menace dans une pandémie. Pour les États-Unis, d'ailleurs, cela s'est avéré être le moment de vérité. Les problèmes que les politiciens américains cachaient à leurs concitoyens sont devenus évidents, notamment en détournant leur attention sur les légendes de la "Russie agressive" ».

Sur les laboratoires biologiques américains :
« Je vous suggère de prêter attention au fait que le nombre de laboratoires biologiques sous contrôle américain augmente à pas de géant dans le monde. Et - par une étrange coïncidence - principalement aux frontières russes et chinoises... Bien sûr, nos partenaires chinois et nous-mêmes nous posons des questions. On nous dit qu'il y a des stations sanitaires et épidémiologiques pacifiques près de nos frontières, mais pour une raison quelconque, elles rappellent davantage Fort Detrick dans le Maryland, où les Américains travaillent dans le domaine de la biologie militaire depuis des décennies. D'ailleurs, il faut prêter attention au fait que des épidémies de maladies non caractéristiques de ces régions sont enregistrées dans les zones adjacentes ».
Sur les accusations américaines selon lesquelles la Russie utilise des armes chimiques : « Il n'y a aucune preuve, il n'y a pas non plus d'argumentation ; certaines spéculations ne résistent même pas à un test élémentaire... Lorsque des incidents chimiques se sont produits en Syrie, des conclusions ont été tirées instantanément et sur la base des informations des fameux « Casques blancs ». L'organisation travaillait si « bien » qu'elle publiait parfois ses rapports avant même les incidents ».

Sur l'OTAN :
« La question se pose : qui retient qui ? Washington et Bruxelles retiennent-ils la Russie, ou ont-ils pour mission de freiner le développement de l'Allemagne, de la France, de l'Italie et d'autres États européens ? Dans l'ensemble, l'OTAN peut difficilement être qualifiée de bloc militaro-politique. Rappelez-vous comment, à l'époque du féodalisme, les vassaux étaient obligés de se présenter au maître avec leurs armées à sa moindre demande ? Seulement aujourd'hui, ils doivent encore acheter des armes au mécène, quelle que soit leur situation financière ; sinon, des questions sur leur loyauté se poseront ».
Sur l'Europe : « S'engager avec l'Europe est important. Mais être ensemble avec l'Europe à tout prix n'est pas une solution pour la géopolitique russe. Néanmoins, nous gardons les portes ouvertes, car nous comprenons parfaitement qu'il y a une situation momentanée qui guide les politiciens occidentaux, et en même temps, il y a des liens historiques qui se développent entre les Russes et les Européens depuis des siècles ».

Sur la multipolarité : « Il y a un certain nombre de problèmes dans le monde d'aujourd'hui qui, en principe, ne peuvent pas être résolus sans une coopération normale entre les principaux acteurs du monde - la Russie, les États-Unis, l'UE, la Chine et l'Inde ».

« L'option nucléaire » SWIFT

Les réflexions de Patrushev sont particulièrement pertinentes alors que le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine se solidifie de minute en minute ; le ministre des Affaires étrangères Lavrov, au Pakistan, a appelé littéralement tout le monde, « y compris l'Union européenne », à rejoindre la vision russe d'une Grande Eurasie ; et tout le monde attend un face-à-face dans le Donbass.

La finesse diplomatique de Patrushev ne peut toujours pas effacer le sentiment de malaise qui règne dans les chancelleries de toute l'Eurasie quant à l'éventualité d'un nouvel embrasement dans le Donbass - avec des conséquences extrêmement inquiétantes.

Des scénarios dangereux sont ouvertement discutés dans les couloirs de Bruxelles, notamment celui où le combo États-Unis/OTAN s'attend à une partition de facto après une courte guerre chaude, la Nouvelle-Russie absorbant même Odessa.

Si cela est établi comme un fait sur le terrain, une nouvelle série de sanctions américaines sévères suivra. Le Rideau de Fer 2.0 serait en vigueur, la pression pour l'annulation de Nord Stream 2 atteindrait son paroxysme, et l'expulsion de la Russie du système SWIFT serait même envisagée.

Dmitri Medvedev, actuellement vice-président du Conseil de Sécurité russe, a un jour appelé cette dernière « l'option nucléaire ». Patrushev a été suffisamment diplomate pour ne pas aborder ses conséquences volcaniques.