Dans un entretien très récent Didier Raoult avait annoncé très explicitement (6 juillet, à 0.55) qu'il est question pour l'IRSEM de démanteler l'I.H.U (l'organisme a démenti sur le champ bien entendu) afin d'empêcher la constitution d'un pôle de prudence et de vérité comme le demandait d'ailleurs il y a quelques mois le professeur Caumes (avant de se rétracter bien sûr et vouloir piquer jusqu'aux enfants déjà affaiblis par le confinement comme l'indique la professeure Martine Duclos) on voit donc que cette Secte H.A! (hygiéniste-affairiste) est prête à tout casser (la "déconstruction" en temps réel) pour arriver à ses fins. C'est évidemment ignoble, minable, dangereux.

chu marseille
© Gilles Bader / MAXPPP
L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU) de Marseille

Ignoble, car au lieu de laisser les médecins prescrire des traitements ayant des centaines d'études positives derrière eux maintenant (et surtout des millions de personnes guéries au contraire de ce que prétendent les faux vérificateurs à la solde de la Secte), ces scientistes démiurges, assoiffés de puissance par définition, persistent et signent, balayant toute idée alternative (comme l'indique pourtant l'ISERM dans ce schéma en 3.3) qui remettrait en cause leur stratégie hygiéniste-affairiste disproportionnée par rapport à la menace réelle de cette syndémie très peu létale en réalité pour la très grande majorité des... malades (surtout s'ils sont soignés de manière précoce). Ne parlons pas des... 7 milliards d'humains guère touchés par elle en comparaison à d'autres maladies dites "chroniques", en réalité très mal soignées (car seule l'approche allopathique est privilégiée) et qui causent, elles, des millions de morts.

Minable, puisqu'ils sont obligés de détruire toute opposition avec leur rouleau compresseur alors qu'ils se targuent de faire de la pédagogie et de la persuasion, mais leur impatience est telle que même leurs coupe-jarrets montrent leurs dagues de façon de plus en plus évidente, comme il a été vu avec tous ces seconds couteaux venant harceler, menacer, enfin assaillir ceux qui refusent d'être les cobayes de cet "essai clinique" toujours en cours (malgré les dires fallacieux du "ministre" français de la Santé).

Dangereux: au lieu de tout faire pour renforcer les fonctions immunitaires par diverses méthodes bien connues des naturopathes (dont les vitamines D et C aux effets secondaires bien moindres que ceux de ces injections, bien sûr, dont en plus on ne connaît pas les effets à plus long terme...) l'on voit un 1er Ministre déclamer qu'en raison de leur "affaiblissement"il faudrait une "troisième dose" (officiellement pour les "personnes vulnérables", alors que nous avons des traitements aussi pour elles), comme s'il s'agissait en fait de remplacer à terme nos fonctions immunitaires par l'artifice génique ou le cyborg en perspective.

Mais en croyant battre en retraite (alors que pour ses ennemis il se rend (tel Vercingétorix) avec armes et bagages), Didier Raoult pense certes pouvoir limiter les dégâts, sauf qu'il les renforce. Car forts de cette victoire, ses ennemis voudront aussi sa tête (celle de Jean-Baptiste). C'est ainsi. Jamais des ennemis de cette trempe (un nihilisme de très haut degré) ne feront quartier. Aucune clémence n'est à attendre venant d'eux, tant les enjeux sont immenses. Aussi, cet éminent chercheur et médecin pourrait encore dévoiler le pot aux roses plus explicitement. Ce n'est pas trop tard et cela aurait même plus de force, d'ailleurs, afin qu'un vaste front de résistance puisse se constituer et passer enfin à l'offensive en créant par exemple une association d'amis de l'IHU qui prendrait rapidement des décisions (comme créer une chaîne d'alerte lorsque les menaces de l'IRSEM deviendront réalité) avant de former un cordon humain 24 heures sur 24 autour des bâtiments de l'IHU, ce Fort Alamo, cet Alésia en apparence, cette Angleterre sous le feu en 40 en réalité, et qui sut tenir et ensuite contre-attaquer victorieusement, n'en déplaise à certains [Ndlr : grâce aux Américains et au sacrifice des Russes. Quel est l'équivalent de ces derniers, de nos jours ? Existe-t-il encore beaucoup d'êtres humains, surtout en Occident, capables de se sacrifier, d'abandonner leur confort (matériel, intellectuel, moral...) et leur illusoire sécurité pour sauver ne serait-ce que leur nation, à défaut de l'Humanité ? Car oui, nous sommes en guerre, mais pas contre un virus. Nous le sommes contre les ennemis de l'Humain. Une guerre aux proportions épiques, aux dimensions bibliques].