C'est un article du Britannique Daily Mail et non d'un sombre site conspirationniste. Bien entendu, le lien de causalité et d'imputabilité entre la vaccination et les troubles menstruels de ces 35.000 femmes ne seront jamais avoués ! Faut-il rappeler que ce chiffre peut être facilement multiplié par 10 étant donné le très faible retour de pharmacovigilance. De plus, comment imaginer une seconde que ceux qui ont autorisé ces injections de masse vont avouer et admettre qu'ils ont commis l'irréparable ! Ce n'est pas sérieux.

règles
Par contre, comment expliquer que ces troubles menstruels ne soient jamais mentionnés en France dans les retours de pharmacovigilance ? Comment est-ce possible ? Ce sont exactement les mêmes vaccins qui ont été utilisés dans l'Hexagone ! Ceci démontre encore une fois que les autorités mentent et qu'il ne faut surtout pas leur faire confiance.

Des demandes d'enquêtes supplémentaires sur les liens de cause à effet après que près de 35 000 femmes en Grande-Bretagne ont signalé des cycles menstruels irréguliers ou des douleurs menstruelles après avoir été vaccinées.
  • Des problèmes tels que des règles douloureuses et des cycles menstruels irréguliers ont été signalés
  • La plupart des femmes qui ont connu ces problèmes ont déclaré que leurs cycles étaient rapidement revenus à la normale.
  • Des problèmes de règles ont été constatés après avoir reçu les vaccins Pfizer, AstraZeneca et Moderna.
Près de 35 000 femmes britanniques se sont manifestées pour dire que leurs règles ont été perturbées après avoir reçu le vaccin Covid, a-t-on appris aujourd'hui.

Les problèmes - qui comprennent un cycle menstruel irrégulier et des règles douloureuses - ont été signalés au Royaume-Uni jusqu'au 2 septembre.

La plupart des femmes concernées ont constaté que leurs menstruations étaient redevenues normales après un cycle. Les problèmes étaient liés aux vaccins Pfizer, AstraZeneca ou Moderna.

Aucun problème de fertilité n'a été découvert, selon une analyse des données effectuée par le Dr Victoria Male, maître de conférences en immunologie de la reproduction à l'Imperial College de Londres.

Dans un article publié dans le British Medical Journal (BMJ), elle affirme que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour étudier ces liens.

La Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), l'organisme britannique de surveillance des médicaments, n'a pas encore accepté de lien entre les vaccins Covid et les problèmes menstruels.

Elle déclare : « L'évaluation rigoureuse réalisée à ce jour ne permet pas d'établir un lien entre les modifications des périodes menstruelles et les symptômes associés et les vaccins Covid ».

Le Dr Male a suggéré que la réponse immunitaire de l'organisme aux vaccins pouvait déclencher une modification du cycle menstruel.

Elle a cité des études antérieures suggérant que le vaccin contre le HPV avait perturbé les cycles menstruels des femmes peu après son administration.

Mais d'autres experts ont précédemment rejeté cette théorie, affirmant que les problèmes menstruels après les vaccins ne se produisaient pas à un taux plus élevé que d'habitude.

Les données sur le nombre de problèmes menstruels consécutifs à la vaccination ont été recueillies dans le cadre du Yellow Card Scheme de la MHRA, qui consigne chaque cas d'effet secondaire potentiel.

Mais ces données dépendent des femmes qui se manifestent, ce qui signifie que le chiffre de près de 35 000 pourrait être la partie émergée de l'iceberg.

courbe
Le Dr Male a écrit :

« Les cliniciens de soins primaires et ceux qui travaillent dans le domaine de la santé reproductive sont de plus en plus souvent contactés par des personnes qui ont subi ces événements peu après la vaccination.


Plus de 30 000 déclarations de ces événements ont été faites dans le cadre du programme de surveillance de la Yellow Card de la MHRA.

La plupart des personnes qui signalent une modification de leurs règles après la vaccination constatent que celles-ci reviennent à la normale au cycle suivant.

Et, ce qui est important, il n'y a aucune preuve que la vaccination Covid ait un effet négatif sur la fertilité. Dans les essais cliniques, les grossesses non désirées sont survenues à des taux similaires dans les groupes vaccinés et non vaccinés ».

Mais elle a ajouté : « Le fait de ne pas enquêter de manière approfondie sur les rapports faisant état de changements menstruels après la vaccination risque d'alimenter ces craintes.

Si un lien entre la vaccination et les changements menstruels est confirmé, cette information permettra aux gens de prévoir des cycles potentiellement modifiés. »

Une anthropologue affirme que ses règles sont arrivées plus tôt après le vaccin Covid de Moderna.

clancy

Le Dr Kate Clancy, anthropologue américaine, est l’une des nombreuses femmes qui disent avoir eu des problèmes de règles après avoir reçu le vaccin Covid. Elle a déclaré qu’après avoir reçu sa première dose de Moderna, ses règles sont arrivées un jour plus tôt et étaient plus fortes que d’habitude.
Le Dr Kate Clancy, anthropologue médicale dans l'Illinois, est l'une des nombreuses femmes qui disent avoir eu des problèmes de règles après avoir reçu le vaccin Covid.

Elle a déclaré en février qu'après avoir reçu sa première dose du vaccin Moderna, ses règles sont arrivées environ un jour plus tôt.

« Je suis au troisième jour de mes règles et je continue à échanger des serviettes hygiéniques extra longues plusieurs fois par jour », a-t-elle écrit sur Twitter.

En général, en ce moment, je n'utilise qu'une ou deux serviettes normales (mais des serviettes extra absorbantes, Always Infinity) pour toute la journée ».

Des informations claires et fiables sont particulièrement importantes pour celles qui comptent sur la capacité à prévoir leurs cycles menstruels pour obtenir ou éviter une grossesse ».

La MHRA déclare en ligne qu'elle enquête sur les rapports selon lesquels les vaccins ont déclenché des problèmes de règles et des saignements vaginaux inattendus.

Mais il ajoute : « Les changements menstruels signalés sont le plus souvent de nature transitoire.

Bien qu'inconfortables ou pénibles, les problèmes de règles sont des événements de la vie extrêmement courants et stressants qui peuvent perturber les périodes menstruelles.

Des modifications du cycle menstruel ont également été signalées à la suite d'une infection par Covid et chez des personnes affectées par une longue période de Covid ».

La MHRA insiste : « Il n'existe aucune preuve suggérant que les vaccins Covid affectent la fertilité et votre capacité à avoir des enfants ».

Les directives publiées par l'Association of Reproductive and Clinical Scientists et la British Fertility Society indiquent qu'il n'y a « absolument aucune preuve, et aucune raison théorique, que l'un des vaccins puisse affecter la fertilité des femmes ou des hommes ».

La MHRA n'a pas encore découvert de lien entre les vaccins et un quelconque risque accru de fausse couche ou de mortinatalité.

Les femmes enceintes ont signalé des réactions suspectes aux vaccins similaires à celles des personnes qui ne sont pas enceintes », indique la MHRA.

Jusqu'à un quart des femmes en âge de procréer connaissent des irrégularités menstruelles, qui peuvent inclure des saignements plus abondants ou plus légers que d'habitude, des règles retardées ou précoces et des crampes.

Elles sont souvent déclenchées par des changements hormonaux et le stress, ainsi que par certaines conditions médicales et certains médicaments.

Des problèmes similaires après une vaccination ont été signalés aux États-Unis, mais les scientifiques affirment qu'il est trop tôt pour confirmer un lien.

Une personne sur dix ressent des effets secondaires légers après le vaccin.

Les Britanniques sont actuellement avertis qu'ils peuvent souffrir de maux de tête, de nausées, de douleurs musculaires et de douleurs au point d'injection après avoir reçu le vaccin.

Le NHS met également en garde contre un faible risque de caillots sanguins lié au vaccin d'AstraZeneca.

Le vaccin Covid de Pfizer pourrait être administré aux bébés cet hiver aux États-Unis.

Le vaccin Covid de Pfizer pourrait être administré aux bébés dès l'âge de six mois aux États-Unis cet hiver, selon les plans élaborés par le géant pharmaceutique.

Dans une démarche susceptible de susciter une controverse internationale, la société a l'intention de demander l'autorisation de vacciner les nourrissons américains dans les deux prochains mois.

Le calendrier dépendra des résultats des essais internes visant à déterminer si les vaccins sont sûrs et efficaces chez les jeunes âgés de six mois à cinq ans.

Frank D'Amelio, directeur financier de Pfizer, a déclaré hier lors d'une conférence de l'industrie que la société prévoyait de « déposer son dossier » d'ici novembre, rapporte le Financial Times.

Nous nous attendons à avoir... des données sur les enfants âgés de six mois à cinq ans que nous déposerons auprès de la FDA », a déclaré M. D'Amelio lors de la Morgan Stanley Global Healthcare Conference. Dans les semaines qui suivront, j'appellerai cela le dépôt des données pour les enfants de cinq à onze ans.

Pfizer prévoyait déjà de demander à la Food and Drug Administration (FDA) l'autorisation d'administrer les vaccins aux enfants âgés de cinq à onze ans d'ici octobre.

Mais les derniers commentaires confirment l'intention de la société de travailler avec des groupes d'âge beaucoup plus jeunes. Les enfants recevront une dose plus faible que les adultes.

Le vaccin de Pfizer, fabriqué avec son partenaire allemand BioNTech, est déjà autorisé pour les plus de 12 ans en Grande-Bretagne.

Le Dr Raj Mathur, consultant en médecine de la reproduction et président de la British Fertility Society, a déclaré au MailOnline : « Il semble que le vaccin Covid puisse être suivi d'une perturbation transitoire [de courte durée] du cycle menstruel chez certaines femmes.

Cependant, les preuves montrent également qu'il n'y a aucun effet sur la fertilité ou sur le risque de fausse couche.

Les femmes (et les hommes) qui ont reçu le vaccin Covid ne montrent aucune modification de la qualité de leur sperme ou de leurs chances de réussite en FIV.

Il a ajouté : « Il est plausible que le vaccin puisse être associé à certains changements menstruels.

Tout d'abord, il s'agit d'un symptôme courant que les femmes signalent en cas de stress ou de maladie.

De plus, les ovaires contiennent des cellules immunitaires et celles-ci peuvent être affectées de la même manière que d'autres parties du corps en réponse au vaccin.

En résumé, oui, cet effet est possible, mais il n'indique pas un problème sous-jacent.

Le Dr Gemma Sharp, maître de conférences en épidémiologie moléculaire à l'université de Bristol, a déclaré qu'il était « plausible » que les vaccins puissent affecter le cycle menstruel.

Elle a déclaré au Science Media Centre : « Il est biologiquement plausible que les vaccins puissent affecter les cycles menstruels par des perturbations à court terme du système immunitaire, mais il n'y a aucune raison de penser que ces changements seraient persistants ou auraient un effet durable sur la fertilité.

Les modifications de courte durée du cycle menstruel font partie de la réponse normale du corps à des facteurs tels que le stress et les perturbations immunitaires.

Il n'y a aucune raison de penser que ces changements pourraient avoir des effets à long terme sur la santé ou la fertilité ».

Le Dr Jo Mountfield, vice-présidente du Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, a déclaré : « Nous comprenons que toute modification des règles après un vaccin Covid peut être inquiétante.

Nous voulons rassurer les femmes en leur disant que tout changement revient généralement à la normale après un ou deux cycles.

Nous encourageons toutes les femmes qui ont des saignements abondants inhabituels, en particulier après la ménopause, à consulter un professionnel de la santé.

Rien ne permet de penser que ces changements temporaires auront un impact sur la fertilité future d'une personne ou sur sa capacité à avoir des enfants.

Il est important de se faire vacciner car c'est la meilleure protection contre le coronavirus. C'est particulièrement important si vous prévoyez une grossesse, car nous savons que les femmes enceintes non vaccinées risquent davantage de tomber gravement malades à cause du Covid.

Nous soutenons les demandes de recherches supplémentaires pour comprendre pourquoi les femmes peuvent connaître des changements dans leur cycle menstruel après avoir été vaccinées ».

Luke Andrews, journaliste spécialiste de la santé pour Mailonline

Daily Mail

Titre de l'article original en anglais : Are painful periods a side effect of the Covid vaccines? Demands for more investigations into links after nearly 35,000 women in Britain report irregular menstrual cycles or period pain after getting a jab