La culture américaine a été artificiellement déplacée de la manière la plus radicale qui soit, du jamais vu depuis l'introduction de l'école publique obligatoire il y a un siècle.

militaires
La politique de vaccination obligatoire contre le Covid dans l'armée américaine est une extension du programme de purge idéologique de Biden, mais la logique qui la sous-tend n'est pas bien comprise par le public.

Les conservateurs y voient une baisse probable du moral et de l'enrôlement, tandis que les libéraux y voient un résultat probable opposé. Mais l'enrôlement dans une armée de volontaires n'est peut-être pas l'objectif final, et nous devons donc interpréter les mouvements à la lumière du potentiel croissant d'une conscription générale.

De manière superficielle, la prémisse de la purge est l'assimilation de l'hésitation à se faire vacciner à ce que l'on appelle le « Trumpisme », qui à son tour est « lié » à l'extrémisme de droite tel que le nationalisme blanc - un sophisme logique. Parce que le sophisme logique est si clair, et que la purge des opinions politiques normocentriques est l'objectif, cela donne lieu à toutes sortes de questions et de théories.

Les responsables militaires savent parfaitement qu'il s'agit d'une fausse équivalence, puisque le récent sondage de Pew Research sur l'hésitation à se faire vacciner montre qu'environ 40% des Américains ne veulent pas du vaccin. Il est certain que 40% des Américains ne sont pas des nationalistes blancs. Parce que ces données sont facilement accessibles, et vraiment parce que les affirmations contraires sont heuristiquement absurdes à première vue, elles alimentent efficacement un certain nombre de questions sur le patriotisme et les intentions des officiers :

« Pourquoi les hauts gradés resteraient-ils les bras croisés alors que la fausse équivalence sert de prétexte à une purge idéologique des éléments les plus patriotiques et pro-constitution de l'Amérique ? »

Mais il y a un autre problème dans cet amalgame entre antivax et extrême-droite. Ce point de vue d'hésitation vaccinale a également une forte corrélation avec les enrôlés afro-américains qui peuvent être conscients de l'histoire du gouvernement américain expérimentant sur cette population, ce qui reflète également une méfiance générale envers les institutions gouvernementales au sein de diverses communautés afro-américaines.

À cela s'ajoute l'opinion de la droite populiste, selon laquelle le problème de la sécurité des vaccins signifie qu'il existe un dessein d'affaiblir l'armée. Ensuite, il y a la réponse maladroite et politisée du gouvernement à la pandémie de Covid, notamment les camps de concentration pour la mise en quarantaine qui ont été rendus publics.

army

Vaccin Moderna Covid-19 administré au dispensaire militaire de Vilseck, en Allemagne. 28 décembre 2020.
En comprenant la sociologie militaire parallèlement aux véritables défis auxquels les États-Unis sont confrontés, tant sur le plan interne que géopolitique, nous pouvons retracer les plans futurs des élites américaines.

Alors que les hauts gradés sont convaincus qu'une « armée éveillée » sera bien placée pour supprimer les citoyens constitutionnalistes et anti-réinitialisation dans le cadre d'une insurrection, les mêmes politiques d'éveil visent à améliorer la résistance à la propagande chinoise dans un scénario de conflit. L'élimination des soldats antivax covid est tranquillement assimilée à l'élimination des soldats qui refuseront également d'autres ordres susceptibles d'entraîner la mort ou des blessures graves.

Cette proposition a un coût invisible. L'enrôlement peut être touché, mais la réaction sera encore plus forte en cas de conflit militaire de grande ampleur nécessitant un recrutement. Pour se prémunir contre cela, il faut augmenter le taux de participation, aussi contre-intuitif que cela puisse paraître pour beaucoup.

Ce que nous voyons, c'est la façon dont l'armée fait de la sociologie dans l'année en cours, ce qui pourrait être très mauvais. Le principe même de la purge n'est utile que si la sociologie est exacte. En général, une bonne sociologie militaire - axée sur les résultats - évalue avec précision l'attitude du public afin de la traduire en une politique et une formation militaires solides. C'est ainsi que la politique « Ne demande pas, ne dis rien » a été élaborée. Elle correspondait à l'attitude de Main Street dans les années 1990.

L'armée américaine ne suit pas ouvertement l'affiliation à un parti ou les systèmes de croyance de ses membres enrôlés, et les sondages volontaires non scientifiques réalisés par des publications comme Military Times ont tendance à refléter davantage les opinions de ses lecteurs réguliers (conservateurs) que la population réelle des enrôlés dans son ensemble. Bien sûr, il y a les enrôlés de carrière et ceux qui ne font que quatre ans de service actif et deux ans de réserve opérationnelle dans leur service militaire obligatoire. Les enrôlés de carrière ont probablement tendance à être plus conservateurs que ce que les chiffres des enrôlés généraux pourraient indiquer. Mais ce serait une erreur de penser qu'un tel suivi n'a pas eu lieu au sein de l'institution, mais plus encore, une telle analyse a été réalisée par des sociologues militaires notables.

Mais en raison de la purge idéologique qui a eu lieu dans le milieu universitaire au cours des quinze dernières années, et qui a touché les sciences sociales en premier lieu et le plus durement, une approche dangereuse et croissante axée sur les principes a vu le jour.

Cette approche fondée sur des principes - « éveillés parce que nous devrions être éveillés » - est en contradiction avec les écoles réalistes et fonctionnalistes de la sociologie sanctionnée par l'État, qui s'orientent vers l'élaboration de politiques sur la base pragmatique des résultats.

Les outils marxiens en sociologie se sont révélés inestimables au cours du siècle dernier, lorsqu'ils sont utilisés en harmonie avec la théorie fonctionnaliste de Durkheim. C. Wright Mills, qui a beaucoup écrit sur Marx, alimente également le cadre de la sociologie militaire. Mais l'école marxiste en elle-même est enracinée dans la théorie du conflit, où le principe du conflit (la lutte des classes) est central à la société.

mills

Le sociologue C. Wright Mills sur sa moto BMW – sur cette photo non datée
Naturellement, la campagne de « l'éveil » est formulée dans le langage du pragmatisme, - « éveillé parce que c'est plus intelligent » - parce que c'est toujours l'attitude de la hiérarchie. En bref, les gradés sont induits en erreur par le monde universitaire qui, à son tour, est inapte à remplir sa mission.

L'armement de la théorie des conflits en vue d'atteindre les objectifs pragmatiques perçus de l'État, alors que la population est gouvernée par la division, comporte un risque élevé de mauvaise application lorsque le corps actuel de la littérature est dominé par de véritables théoriciens des conflits. Cela peut conduire à un plus grand désastre si l'objectif est de préparer un projet.

Un facteur clé à comprendre, encore une fois, est la pression croissante pour normaliser le service militaire. Comme l'écrit Max Margulies de West Point sur cette question de sociologie militaire :

« Une croyance commune est que le maintien de l'inscription au service militaire renforce le lien entre les civils et les soldats, qui s'est considérablement affaibli depuis que l'armée américaine est devenue une force entièrement volontaire. Au cours des deux dernières décennies de guerre, seulement 1% des Américains ont servi dans l'armée.

Certains experts suggèrent qu'un lien aussi faible entre civils et militaires contribue à un certain nombre de problèmes, notamment un manque de familiarité avec l'armée, une armée qui n'est pas représentative de la société et une répartition injuste des coûts humains de la guerre ».

Plutôt que de viser à affaiblir l'armée, une transformation de l'idéologie militaire est en cours, censée a.) mieux la préparer aux futurs conflits à l'étranger, b.) attirer davantage de recrues issues de groupes minoritaires (ou rendre un futur service militaire plus acceptable), et c.) préparer la force à être utilisée contre des citoyens américains s'identifiant comme constitutionnalistes, conservateurs, etc.

Le point « c.) » est probablement le plus déconcertant. La vieille gauche, avec ses liens à la fois avec l'Union soviétique et les syndicats, a traditionnellement été considérée comme la source probable de crises intérieures contre-insurrectionnelles. Par conséquent, les conservateurs anticommunistes engagés ont été attirés dans l'armée volontaire, en particulier dans les forces spéciales. Cela faisait partie d'une vision du monde relativement claire : le communisme est l'ennemi à l'intérieur et à l'extérieur.

Un changement social s'est produit avec l'effondrement de l'URSS, en combinaison avec l'insertion des théories de l'École de Francfort et la cooptation réussie du radicalisme de gauche par le complexe industriel à but non lucratif associé à Soros. L'externalisation des emplois industriels vers les pays en développement a également fait partie de ce changement du radicalisme de gauche, qui est passé du syndicalisme industriel au monde académique, plus noble et plus abstrait.

Maintenant, avec les médias sociaux, dans le cadre des services de renseignement, il est possible de contrôler entièrement les mouvements de la gauche radicale. Jack Dorsey de Twitter, par exemple, est effectivement le « ministre de l'information » d'Antifa et de BLM. Il y avait une logique pragmatique derrière la poussée des élites américaines pour faire du progressisme l'idéologie officieuse de l'État. En effet, le conservatisme américain, avec ses racines dans le libéralisme classique, favorise la décentralisation, tandis que le socialisme progressiste favorise généralement la centralisation de l'autorité de l'État.

Dans notre analyse intitulée « La politique pro-terroriste et la purge idéologique de Biden est une combinaison dangereuse qui met à mal le soutien social et militaire », nous avons souligné que « l'État profond et l'oligarchie américains ont opéré une sorte de volte-face civilisationnelle, où l'idéologie sociale légitime devient de plus en plus l'idéologie légitime de l'armée ».

Il faut s'y attendre, cependant, puisque les opinions médianes parmi les rangs des engagés, notamment les sous-officiers, devraient généralement refléter celles de la société. Le fait que le complexe industriel des ONG aux États-Unis ait favorisé ce changement idéologique au sein de la population civile est cependant très lié.

En d'autres termes, la culture américaine a été artificiellement modifiée de la manière la plus radicale, comme on ne l'avait pas vu depuis l'introduction de l'école publique obligatoire il y a un siècle.

Mais les changements mis en œuvre dans l'armée ont un coût élevé, car ils mettent à rude épreuve le soutien des segments historiquement pro-militaires et conservateurs de la population. Cela peut contribuer à la création d'une crise contre-insurrectionnelle, dans la mesure où ils sont censés être mis en place comme contre-mesure.

Dans la planification stratégique des conflits futurs à la lumière de la guerre de 4ème génération, où un simulacre baudrillardien est construit, il y a un côté positif apparent à ce coût élevé dans l'équation.

Cela concerne à la fois le moral, la cohésion des unités, mais aussi les motivations des soldats individuels dans les futurs conflits des États-Unis - probablement en Amérique latine et aussi contre la Chine sur de nombreux théâtres possibles. Un conflit avec la Russie est également un conflit potentiel inclus dans le raisonnement qui sous-tend le changement idéologique dans l'armée.

L'idée est en partie que les soldats endoctrinés dans une perspective culturellement de gauche (ou du moins un « dictionnaire » de gauche) seront mieux préparés à l'occupation et aux opérations de contre-insurrection qui s'ensuivront dans leur pays et à l'étranger, mais aussi mieux vaccinés contre la propagande étrangère/ennemie destinée aux engagés, qui accroît les inégalités raciales perçues dans la société américaine.

Si le conflit est avec la Russie, la pensée ici est que, puisque la Russie est dépeinte comme un État ultra-conservateur dans les médias occidentaux libéraux, une armée américaine « éveillée » pourrait y trouver une inspiration similaire à celle des soldats américains de la Seconde Guerre mondiale.

Une autre partie de la réflexion, comme Margulies l'affirmerait probablement, est que ce type de formation à la sensibilité « éveillée » parmi les sous-officiers sur le terrain peut influencer un changement dans le badinage et même la prise de décision sur les affectations d'opérations, de sorte que les soldats de couleur ne croient pas que les opportunités et les risques sont attribués sur la base de la race.

Historiquement, les adversaires de l'Amérique ont instrumentalisé les contradictions sociales aux États-Unis en fonction de la race, ce qui est en partie attribué à l'effondrement du moral pendant la guerre du Vietnam.

Le « syndrome du Vietnam » a été dénoncé par le sociologue Charles Moskos, de l'Université Northwestern, architecte de la politique « Ne demande pas, ne dis rien » (Don't Ask Don't Tell). Moskos, lui-même ancien combattant, a consacré sa carrière à l'étude de l'armée américaine en tant qu'institution sociale, et son analyse et les méthodes qu'il a développées continuent de servir de base à la politique militaire.

Les résultats d'une enquête sur le mode de vie militaire menée par Blue Star Families en 2018 ont montré que les militaires se sentaient à la fois déconnectés de leur communauté et de l'armée elle-même :

« 48% des répondants ont déclaré ne pas ressentir de sentiment d'appartenance à leur communauté civile, et 43% ont le même sentiment à l'égard de leur communauté militaire ». Cette constatation est cruciale car « un faible sentiment d'appartenance à une communauté a été associé à la dépression et au suicide ».

La politisation flagrante d'institutions de recherche autrefois respectées comme le MIT a accru la méfiance à l'égard des institutions. Et cela alimente directement l'hésitation à se faire vacciner - non seulement chez les soldats conservateurs, mais aussi chez les soldats noirs américains. Mais c'est également vrai pour ceux qui, à l'autre bout du spectre, font preuve d'une grande ouverture d'esprit et sont habitués à remettre en question de manière critique les mandats des autorités.

L'approche sourde de l'administration Biden sur les vaccins a joué contre le résultat souhaité. En fin de compte, l'armée peut imposer le vaccin. Mais que se passe-t-il lorsque ceux-ci deviennent bi-annuels, tri-annuels ? Trimestriels ? Mensuels ? Que se passera-t-il si nous passons des effets indésirables aux déficiences et maladies chroniques à long terme ?

Le taux actuel de vaccination contre le Covid chez les militaires serait à peu près le même que celui de la population générale - un peu moins de 60%. Mais les coûts pour le moral et la cohésion pourraient être beaucoup plus élevés.

En conclusion, de nombreux citoyens conservateurs seront surpris d'apprendre qu'il existe des raisons ostensiblement stratégiques à l'introduction d'éléments de la théorie critique de la race et de l'histoire américaine « révisionniste » dans la formation des officiers et des soldats de l'armée américaine.

Il est particulièrement important de comprendre les raisons de ce changement radical en cours, car elles sont de nature sociologique, mais pour ce faire, il faut se défaire de certaines hypothèses et croyances. En effet, la pensée conservatrice est également axée sur les principes et peut perdre de vue les résultats. Notre réflexion doit plutôt être menée en termes de réalisme et de pragmatisme.

L'armée américaine est aujourd'hui insuffisante pour un conflit de grande ampleur, sans parler d'une guerre totale avec la Russie ou la Chine. Si les deux sont alliées, les chances de victoire sont proches de zéro. L'idée de rétablir la conscription est évoquée depuis un certain temps, mais elle gagne en popularité.

Le désastre moral du Vietnam, avec son armée de conscrits, était un indicateur fort que les vulnérabilités et les inégalités de la société américaine sur la base de la race s'avéreraient être un talon d'Achille. La propagande vietnamienne a été très efficace pour créer l'illusion qu'un nombre disproportionné (par rapport à la population) de conscrits noirs étaient tués au combat. La propagande a également renforcé l'idée déjà persistante qu'ils menaient une guerre pour ceux qui les opprimaient chez eux.

Si Moskos pense que les succès du Mouvement des Droits civiques reposent en partie sur la déségrégation de l'armée sous Truman en 1948, il s'appuie néanmoins sur une sociologie fonctionnaliste : Les Américains étaient prêts pour la déségrégation avant la politique de Truman.

Les conseillers de Biden ont bouleversé la sociologie, la faisant passer de « ce qui marche » à « ce qui devrait être ». Moskos n'approuverait pas.

Des tests idéologiques du CRT aux purges de ceux qui refusent de se faire vacciner, le bilan sera lourd pour les militaires. Si tout cela est bien compris, la valeur réelle et l'efficacité des avantages de ces nouvelles politiques pourraient être similaires à celles du vaccin lui-même.

Une partie de l'idée est qu'une armée endoctrinée et « éveillée » sera plus à même de réprimer une insurrection civile, désormais identifiée à l'extrême droite et non plus à la gauche historique. Mais plutôt que d'essayer de former idéologiquement l'armée à la contre-insurrection nationale, l'objectif devrait être de mettre fin aux politiques qui les engendrent.

Plutôt que d'essayer de remplir un mandat absurde consistant à préparer idéologiquement nos soldats à une guerre totale ingagnable avec deux puissances nucléaires, la gestion de la multipolarité et des sphères d'influence devrait être l'objectif à la base de la doctrine militaire.

Traduction : Réseau International