Des allégations selon lesquelles Pfizer mène des expériences sur des orphelins de six mois pour tester leur injection transgénique soi-disant anti-Covid-19 ont été prononcées par différentes personnalités en Pologne.

Vaccin Pfizer
© Inconnu
Le produit pour injection transgénique de Pfizer
L'Association Children's Health Defence, de l'avocat Robert F. Kennedy, a récemment été alerté par des lanceurs d'alerte polonais que Pfizer mènerait des expériences sur des bébés orphelins de six mois pour tester leur injection transgénique soi-disant anti-Covid-19. Pfizer semble fonctionner en dehors des limites légales. Ces allégations ont conduit un groupe d'avocats, de professionnels de la santé et de militants à exiger que les membres du parlement et du Sénat polonais organisent une conférence d'urgence, le samedi 2 octobre, intitulée : Tests médicaux sur les enfants et les nourrissons : questions médicales, juridiques et éthiques.

La conférence était organisée par des associations et des fondations polonaises telles que l'Association polonaise des médecins et scientifiques indépendants, l'Association des avocats Voice of Freedom, l'Association du centre d'information sur la santé de Dobrostan et la Fondation New Spectrum. Le docteur Natalia Prego Cancelo d'Espagne, les docteurs Meryl Nass et Mme Vera Sharav des États-Unis, figuraient parmi les conférenciers. Différentes questions ont été posées :
  • Pfizer mène-t-il des expériences sur les enfants orphelins qui sont les plus vulnérables et qui n'ont personne pour prendre leurs intérêts à cœur si les choses tournent mal ?
  • Si oui pourquoi et qui y a consenti ?
  • Pourquoi Pfizer est-il autorisé à faire des essais cliniques sur des bébés avec un produit qui n'a pas terminé la phase 3 des essais cliniques et qui est une nouvelle technologie ?
  • Pourquoi Pfizer refuse-t-il aux élus d'avoir accès à leurs documents ?
  • Que se passe-t-il dans les autres pays où ces expérimentations sont menées ?
  • L'EMA et la FDA font-elles vraiment leur travail ?
  • Et enfin... les fabricants de vaccins opèrent-ils dans le plus grand secret et en dehors de tout contrôle légal ?
D'autres informations sur la science et l'éthique des essais cliniques sur les enfants ont également suscité des inquiétudes. Yaffa Shir-Raz, chercheur en communication des risques de l'université de Haïfa en Israël a publié un article sur les méthodes très discutables utilisées par l'entreprise intitulé Violations et manipulations sérieuses du protocole d'essai clinique : voici comment Pfizer a réussi à obtenir l'autorisation d'urgence de la FDA pour la vaccination des enfants.

Cet article met en évidence des faits troublants remettant en cause l'intention de Pfizer de démontrer l'innocuité de l'utilisation de ses injections transgéniques chez les enfants. Par exemple, les enfants qui souffraient de dépression grave se sont soudainement révélés avoir des problèmes psychiatriques préexistants qui auraient dû les exclure de la cohorte de l'étude et les critères de déclaration semblent avoir été conçus pour exclure les signaux d'événements indésirables. Les développeurs de vaccins ont une longue histoire d'expérimentation sur les plus vulnérables : les orphelins, les handicapés mentaux et physiques, les réfugiés politiques et les populations appauvries.

Stanley Plotkin, qui a breveté de nombreux vaccins et est surnommé « le pape des vaccins » s'est un jour défendu en disant que les personnes handicapées « n'avaient qu'une forme humaine ».

Voici ce qui est écrit dans la lettre des associations et des avocats qui a servi de préparation de la Conférence de presse :
« Depuis juin 2021, Pfizer mène des essais expérimentaux sur des enfants polonais avec des vaccins contre le Covid-19. À notre connaissance, ces expériences sont effectuées sur des nourrissons en bonne santé âgés de 3 et 6 mois jusqu'à l'âge de 11 ans. Ces faits ne sont pas connus de l'opinion publique polonaise car les documents de Pfizer contiennent une clause « secrète ». Même un membre du Parlement polonais qui est intervenu dans cette affaire s'est vu refuser l'accès aux documents, en violation totale de la loi polonaise. Les centres en Pologne sont connus pour effectuer les tests ci-dessus. Cependant, il s'agit de petites cliniques privées et de centres de recherche clinique privés qui ne semblent pas être équipés pour mener de telles études. (...) D'après des rapports non officiels (nous sommes en possession d'enregistrements de juillet et août de cette année), nous savons que des enfants âgés de 6 à 11 ans ont déjà été injectés avec le produit de Pfizer et que les enfants âgés de 3 à 5 ans ont reçu au moins 1 dose.

« Des enfants âgés de 6 mois à 2 ans sont actuellement en cours de recrutement. Cependant, Pfizer sur son site officiel a publié des documents datés du 20/09/2021 affirmant qu'ils attendaient des résultats sur le groupe le plus jeune avant la fin de cette année. Cela suggère que les essais dans le groupe le plus jeune ont commencé en même temps que dans les groupes plus âgés, car Pfizer affirme que les résultats de ces essais seront disponibles après 6 mois. On estime qu'il pourrait y avoir environ 1 000 enfants injectés en Pologne. Compte tenu de la rapidité avec laquelle ces enfants ont été recrutés pour l'étude, nous soupçonnons fortement qu'ils viennent d'orphelinats et de maisons de soins, comme cela s'est déjà produit avec les essais d'autres vaccins. En vertu de la législation polonaise, de tels cas exceptionnels nécessitent l'autorisation d'un tribunal, mais jusqu'à présent, nous ne sommes pas en mesure de localiser des audiences judiciaires permettant de telles expériences sur des enfants.

« Le consentement pour ces essais sur les nourrissons et les jeunes enfants en Pologne a été donné par Grzegorz Cessak, pharmacologue et président du Bureau d'enregistrement des médicaments, des dispositifs médicaux et des produits biocides. Il est également membre de l'Agence européenne des médicaments (EMA), ce qui semble créer un conflit d'intérêts.

« Comme Pfizer n'a pas réalisé d'études animales ni d'études sur de jeunes animaux (progénitures), il semble que les nourrissons polonais et les plus jeunes enfants soient utilisés comme premières « progénitures » expérimentales.

« Si les autorités compétentes de l'État polonais ne prennent aucune mesure, nous ne serons pas en mesure de confirmer combien de ces enfants pourraient ou ont déjà été confrontés à la mort ou à de graves complications de santé. L'administration d'une technologie expérimentale génétique est complètement nouvelle en médecine et elle est définie comme un essai clinique de phase I et II/III sur les nourrissons et les enfants de 6 ans et les enfants jusqu'à 11 ans.

« Chez l'adulte, la phase III n'est pas terminée mais de nombreuses complications ont été rapportées, dont des problèmes thromboemboliques, auto-immuns et inflammatoires très sévères et même des décès. Les informations sur des complications similaires et des décès malheureux s'appliquent également aux enfants à partir de 12 ans. Nous sommes en possession d'enregistrements audio des 8 centres pouvant servir de preuve dans une affaire pénale. Ces enregistrements montrent que des enfants de 6 à 11 ans ont déjà été injectés et possiblement de 3 à 5 ans aussi.

« Dans le même temps, il semble que l'administration des vaccins ait été suspendue dans le groupe le plus jeune entre 6 mois et 2 ans, car le 22 juillet il y a eu une réunion de crise pour décider « quoi faire » (cela pourrait avoir été causé par des protestations de personnes d'organisations locales de liberté à proximité de ces centres). Suite à cet épisode, il a été indiqué que le recrutement des nourrissons et des enfants jusqu'à 2 ans se poursuivra et reprendra début août.

« Compte tenu du nombre de complications graves après ces injections, y compris des décès chez les adultes et les adolescents, ces injections représentent une menace beaucoup plus grande pour la vie et la santé de ces enfants que le Covid-19 lui-même. »
Source de l'article publié le 4 octobre 2021 : Médias-Presse-Infos

* * * * * * * * * * * * * * * *

Ajoutons maintenant quelques précisions en annexes à cet article.

Stanley Alan Plotkin est né le 12 mai 1932 à New York. Médecin, il travaille comme consultant pour des fabricants de vaccins, tels que Sanofi Pasteur, ainsi que pour des entreprises de biotechnologie, des organisations à but non lucratif et des gouvernements. Dans les années 1960, il a joué un rôle essentiel dans la découverte d'un vaccin contre le virus de la rubéole alors qu'il travaillait au Wistar Institute de Philadelphie. M. Plotkin a été membre de la faculté de recherche active du Wistar de 1960 à 1991. Aujourd'hui, en plus de sa nomination émérite au Wistar, il est professeur émérite de pédiatrie à l'université de Pennsylvanie. Son livre, Vaccines, est la référence en la matière. Il est rédacteur en chef de Clinical and Vaccine Immunology, publié par l'American Society for Microbiology à Washington, D.C. Source

Selon AIMSIB, dans un article publié le 12 octobre 2020 :
Le grand S. Plotkin a été cité comme expert lors d'une affaire civile entre une mère ne souhaitant pas faire vacciner son enfant (Lori Matheson) contre l'avis de son père (Michaël Schmitt).

Pour les sceptiques, le passage (non monté) sur les fœtus découpés en morceaux se trouve à partir de 7:43:00. Nous transcrivons la version courte montée. [Voir la] transcription officielle intégrale téléchargeable en bas de cet article).
- Avez-vous déjà travaillé à la mise au point d'un vaccin qui aurait finalement été utilisé par le public ?
- Oui
- Lesquels ?
- Eh bien, la rubéole, le rotavirus, la rage, et j'ai apporté des contributions ici et là à l'anthrax, au cytomégalovirus, à la varicelle
- Dans votre travail relatif aux vaccins, combien de fœtus ont-ils participé à ce travail ?
- Mon travail personnel ? Deux
- Je vais vous remettre ce qui a été marqué comme « pièce versée au dossier 41 » par le plaignant, d'accord ? Connaissez-vous cet article docteur Plotkin ?
- Oui
- Êtes-vous cité comme auteur sur cet article ?
- Oui
- Cette étude a eu lieu à l'Institut Wistar, n'est-ce pas ?
- Oui
- Vous étiez à l'institut Wistar, n'est-ce pas ?
- Oui
- Combien de fœtus ont été utilisés dans l'étude décrite dans cet article ?
- Un certain nombre
[Coupure]
- Donc cette étude a impliqué 74 fœtus correct ?
- Je ne me souviens pas exactement combien
- Allez à la page 12 de l'étude
- Et bien 76 !
- 76 et ces fœtus avaient tous 3 mois ou plus lorsqu'ils ont été avorté, exact ?
- Oui
- Ok, et ce sont tous des fœtus parfaitement sains, exact ?
- Oui
- quels organes avez-vous prélevés sur ces fœtus ?
- Personnellement, je n'en ai personnellement récolté aucun, mais toute un ensemble de tissus ont été récoltés par des collègues
- ok et ces prélèvements ont été coupés en petits morceaux, non ?
- Oui
- Et ils ont été cultivés ?
- Oui
- Ok, certains des morceaux de fœtus étaient des hypophyses coupées en morceaux
- Hmmmm
- Ok, y compris le poumon des fœtus ?
- Oui
- Y compris la peau ?
- Oui
- Un rein ?
- Oui
- La rate ?
- Oui
- Cœur ?
- Oui
- Et la langue ?
- [rire] Je ne m'en souviens pas mais c'est probablement oui
- Alors, je veux juste m'assurer de bien comprendre, dans toute votre carrière, et il ne s'agissait que d'une étude. Je vais donc vous redemander, dans toute votre carrière, avec combien de fœtus avez-vous travaillé ? à peu près
- Eh bien, je ne me souviens pas du nombre exact, mais pas mal quand nous les avons étudiés avant de décider de les utiliser pour fabriquer des vaccins
- Si vous avez en avez une idée, je veux dire, cette étude en comptait 76, combien d'autres études avez-vous menées sur des fœtus avortés ?
- Je ne me souviens plus combien
- Êtes-vous conscient du fait que l'une des objections du plaignant à la vaccination est l'inclusion de tissu fœtal avorté dans le développement de vaccins et le fait qu'il fait partie des ingrédients de vaccins
- Je suis au courant de ces objections et l'église catholique publie en fait un document indiquant que les personnes qui ont besoin de vaccins doivent recevoir les vaccins indépendamment du fait - et que - je pense que cela implique que je suis l'individu qui ira en enfer à cause de l'utilisation de tissus avortés et j'en suis très heureux
- Savez-vous si la mère est catholique ?
- Je n'en ai aucune idée
- Êtes-vous en désaccord avec les croyances religieuses ?
- Oui
- Vous avez dit que - citation - « la vaccination est toujours attaquée par les fanatiques religieux qui croient que la volonté de Dieu inclut la mort et la maladie »
- Oui
- vous en tenez vous à cette déclaration ?
- Absolument
- ok, êtes-vous athée ?
- Oui
Sur « les développeurs de vaccins [qui] ont une longue histoire d'expérimentation sur les plus vulnérables », voir les articles suivants : Et voici un extrait de l'article Vaccins à ARN, Obéissance et Eugénisme :
« Les révélations sur les atrocités commises par les nazis pendant la Deuxième guerre mondiale n'ont pas mis fin aux programmes eugénistes. Des programmes documentés de stérilisations forcées étaient toujours pratiqués au XXIe siècle dans des régions comme la Californie [4], en Espagne [5] et au Pérou [6].

Toutefois, il existe une différence fondamentale entre les nazis et les partisans actuels de l'eugénisme : l'avènement de la génomique en général et de l'édition génomique [7] en particulier. Aujourd'hui, les scientifiques sont capables de modifier le génome humain et de transférer des gènes, de favoriser certains traits et d'en inhiber d'autres. La technologie actuelle permet le séquençage de la totalité d'un génome humain en 30 minutes [8] et la création de séquences génétiques entières. [9] »