Une nouvelle vague de restrictions, de nouveaux confinements et - finalement - des billions de dollars en nouveaux chèques de stimulation sont peut-être en perspective.
fgrt

La ligne Maginot
Avez-vous suivi les nouvelles de la semaine dernière ? Les mandats de vaccination sont partout : un pays après l'autre redouble d'efforts pour tenter de forcer, ou de contraindre légalement, la vaccination de toute la population. Les mandats sont imposés en raison de l'augmentation massive des cas de Covid - surtout dans les endroits où les thérapies géniques expérimentales à ARNm ont été déployées en masse.

Et (ce n'est pas une coïncidence), ce « marqueur » est apparu au moment où les décès dus au Covid aux États-Unis en 2021 ont dépassé ceux de 2020. Cela s'est produit en dépit du fait que l'année dernière, aucun Américain n'a été vacciné (et cette année, 59% le sont). Cette « afflux » d'ARNm n'est manifestement pas une panacée.

Bien sûr, l'establishment pharmaceutique sait que les vaccins ne sont pas une panacée. Il y a des « intérêts supérieurs » en jeu ici. Ils sont plutôt motivés par la crainte de voir se refermer la fenêtre de mise en œuvre de leur série de « transitions » aux États-Unis et en Europe. Biden a encore du mal à faire passer son plan de dépenses sociales « Go-Big » et son programme de transition écologique au Congrès avant les élections de mi-mandat dans un an. Et le pic d'inflation pourrait bien couler le programme Build Back Better (BBB) de Biden.

Le temps presse. Les élections de mi-mandat ne sont que dans 12 mois, après quoi la fenêtre législative se referme. La « transition » écologique est également bloquée (par les inquiétudes liées au fait que le passage trop rapide aux énergies renouvelables met en danger les réseaux électriques et augmente indûment les coûts de chauffage), et l'establishment pharmaceutique sait qu'un nouveau variant B.1.1.529 a fait un grand saut dans l'évolution avec 32 mutations de sa protéine spike. Cela le rend « clairement très différent » des variants précédents, ce qui pourrait entraîner de nouvelles vagues d'infection échappant aux « défenses vaccinales ».

Traduction : une nouvelle vague de restrictions, de nouveaux confinements, et - finalement - des billions de dollars en nouveaux chèques de stimulation pourraient être en perspective. Et qu'en est-il de l'inflation, pourrait-on se demander.

C'est une course pour les États-Unis et l'Europe, où la pandémie est de retour en force dans toute l'Europe, pour faire passer leurs programmes de réinitialisation, avant que les variants ne s'emparent des questions avec des hôpitaux bondés de vaccinés et de non-vaccinés, avec des émeutes dans les rues, et des mandats de masques sur les marchés de Noël (du moins s'ils ouvrent). Les nouvelles de cette semaine laissaient présager un grand retournement de situation : les mandats de vaccination et les confinements, même dans les zones hautement vaccinées, sont de retour. Et les gens n'aiment pas ça.

La fenêtre pour la Réinitialisation pourrait se refermer rapidement. Un observateur, notant toute l'activité frénétique de l'élite, a demandé : « Avons-nous finalement atteint le sommet de Davos ? » Le passage à l'autoritarisme en Europe est-il un signe de désespoir, alors que l'on craint que les diverses « transitions » prévues dans le cadre de la Réinitialisation (technocratie financière, climatique, vaccinale et managériale) ne soient jamais mises en œuvre ?

Il s'agit plutôt d'un raccourcissement, les plans de dépenses étant entravés par l'accélération de l'inflation, la transition climatique ne parvenant pas à s'imposer dans les pays les plus pauvres (et chez nous non plus), la technocratie étant de plus en plus discréditée par les résultats négatifs des épisodes pandémiques, et la théorie monétaire moderne se heurtant à un mur, à cause de - eh bien, encore de l'inflation.

La grande « transition » est conçue comme une transition extrêmement coûteuse vers les énergies renouvelables et vers un nouveau corporatisme numérisé et robotisé. Elle nécessite un financement important (inflationniste) qui doit être voté, et une énorme dépense parallèle (inflationniste) d'aide sociale qui doit être approuvée par le Congrès également. Les dispositions sociales sont nécessaires pour apaiser tous ceux qui se retrouveront ensuite sans emploi, en raison de la « transition » climatique et du passage à une sphère corporative numérisée. Mais - de manière inattendue pour certains « experts » - l'inflation a frappé - les statistiques les plus élevées depuis 30 ans.

De puissants intérêts oligarchiques se cachent derrière la Réinitialisation. Ils ne veulent pas la voir s'effondrer, ni voir l'Occident éclipsé par ses « concurrents ». Il semble donc que, plutôt que de faire marche arrière, ils vont mettre les bouchées doubles et tenter d'imposer la conformité à leurs électeurs : ne tolérer aucune dissidence.

Un essai de 1978 intitulé « Le pouvoir des impuissants », rédigé par le dissident de l'époque et futur président tchèque Vaclav Havel, commence de manière moqueuse par ces mots :
« Un SPECTRE hante l'Europe de l'Est : le spectre de ce que l'on appelle en Occident la "dissidence". Ce spectre n'est pas apparu de nulle part. Il est une conséquence naturelle et inévitable de la phase historique actuelle du système qu'il hante ».
Eh bien, aujourd'hui, comme le note Michael Every de Rabobank, « l'Occident connaît la polarisation, les protestations de masse, les émeutes, les discussions sur les vaccinations obligatoires en Europe, et Yanis Varoufakis qui affirme que le capitalisme est déjà mort ; et qu'un techno-féodalisme se profile ». Aujourd'hui, les élections de mi-mandat aux États-Unis sont encore plus urgentes. Le retour de Trump (même s'il se limite au Congrès), couperait les jambes de Build Back Better et glacerait également Bruxelles.

Cependant, c'est précisément cette révolution technologique, sur laquelle Varoufakis attire l'attention, qui a à la fois redéfini l'électorat démocrate et transformé les oligarques de la technologie en milliardaires. En créant de manière algorithmique un magnétisme de contenu similaire, diffusé en cascade à ses clients, elle a à la fois étouffé la curiosité intellectuelle et créé le « parti non informé », qui est la classe managériale d'aujourd'hui - le parti de la méritocratie accréditée ; le parti, surtout, qui se considère avec suffisance comme les « gagnants » de l'ère à venir - qui ne veut pas risquer un regard derrière le rideau ; mettre son « espace sûr » à l'épreuve.

De manière perverse, ce cadre d'universitaires, d'analystes et de banquiers centraux professionnellement encadrés, insiste sur le fait qu'il croit totalement à ses mèmes : que leur approche technologique est à la fois efficace et bénéfique pour l'humanité, sans tenir compte des opinions divergentes qui tourbillonnent autour d'eux dans les interstices d'Internet.

La principale fonction de ces mèmes aujourd'hui, qu'ils soient émis par le « commandement » des vaccins pharmaceutiques, le commandement de la « transition » MMT, le commandement de la « transition » énergétique ou la « transition » technocratique managériale mondiale, est de tracer une « ligne Maginot » - une frontière idéologique défensive, un « Grand Récit » en quelque sorte - entre « la vérité » telle que définie par les classes dirigeantes et toute autre « vérité » qui contredit leur récit. En d'autres termes, il s'agit de conformité.

Il était bien entendu que toutes ces transitions bouleverseraient les modes de vie de l'humanité, qui sont anciens et profondément enracinés et déclencheraient la dissidence - c'est pourquoi de nouvelles formes de « discipline » sociale seraient nécessaires. (D'ailleurs, les dirigeants de l'UE appellent déjà leurs mandats officiels des « commandements »). De telles disciplines sont actuellement testées en Europe - avec les mandats de vaccination (même si les scientifiques leur disent que les vaccins ne peuvent pas être la solution miracle à laquelle ils aspirent). Comme le fait remarquer un membre de la haute « loge », favorable à une forme de gouvernance mondiale, pour faire accepter de telles réformes aux gens, il faut les effrayer.

Oui, le collectif des « transitions » doit avoir son « grand récit global » - aussi creux soit-il (c'est-à-dire la lutte pour défendre la démocratie contre l'autoritarisme). Mais la nature de la guerre des thèmes culturels d'aujourd'hui fait que son contenu n'est guère plus qu'une coquille rhétorique, dépourvue de toute sincérité en son cœur.

Elle sert principalement de décoration à un projet d'ordre supérieur : La préservation des « règles de la route » mondiales, conçues pour refléter les intérêts des États-Unis et de leurs alliés, en tant que base à partir de laquelle l'embrayage des « transitions » peut être élevé à un ordre géré au niveau mondial qui préserve l'influence de l'élite et le contrôle des principaux actifs.

Cette politique de mème-politique artisanale et crédité est là pour rester, et maintenant elle est « partout ». Elle a depuis longtemps dépassé les clivages partisans. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la mécanique de la mème-mobilisation est projetée, non seulement dans le « foyer » occidental (au niveau micro), mais aussi à l'étranger, dans la « politique étrangère » américaine (c'est-à-dire au niveau macro).

Et, tout comme dans l'arène domestique, où la notion de politique par la persuasion est perdue (avec des mandats vaccinaux appliqués par des canons à eau et la police anti-émeute), la notion de politique étrangère gérée par l'argumentation, ou la diplomatie, a également été perdue.

La politique étrangère occidentale est moins axée sur la géostratégie, mais plutôt sur les trois « grandes questions emblématiques » - la Chine, la Russie et l'Iran - auxquelles on peut donner une « charge » émotionnelle afin de mobiliser avec profit certaines « circonscriptions » identifiées dans la guerre culturelle intérieure des États-Unis. Tous les différents courants politiques américains jouent à ce jeu.

L'objectif est de « pousser » les esprits américains (et ceux de leurs alliés) à se mobiliser sur une question donnée (par exemple en faveur d'un plus grand protectionnisme pour les entreprises face à la concurrence chinoise), ou alternativement, selon une vision sombre, afin de délégitimer une opposition ou de justifier des échecs. Ces mobilisations sont destinées à obtenir un avantage partisan national relatif, plutôt qu'à avoir un objectif stratégique.

Lorsque cette guerre des mèmes crédibilisée s'est installée aux États-Unis, des millions de personnes vivaient déjà une réalité dans laquelle les faits n'avaient plus aucune importance, où des choses qui ne se sont jamais produites officiellement se sont produites. Et d'autres choses qui se sont manifestement produites ne se sont jamais produites : pas officiellement, en tout cas. Ou étaient des « théories de la conspiration d'extrême droite », des « fake news », de la « désinformation » ou autre, alors que les gens savaient qu'elles ne l'étaient pas.

La Russie et la Chine sont donc confrontées à une réalité dans laquelle les élites européennes et américaines se dirigent dans la direction opposée à la pureté épistémologique et aux arguments fondés. En d'autres termes, la nouvelle « normalité » consiste à générer un grand nombre de réalités contradictoires, pas seulement des idéologies contradictoires, mais de véritables « réalités » mutuellement exclusives, qui ne pourraient pas exister simultanément... et qui sont destinées à déconcerter les adversaires - et à les déséquilibrer.

Il s'agit d'un jeu très risqué, car il oblige les États visés à adopter une position de résistance, qu'ils le souhaitent ou non. Il souligne que la politique n'est plus une question de stratégie réfléchie : Il s'agit d'être prêt à ce que les États-Unis perdent stratégiquement (même militairement), afin de gagner politiquement. C'est-à-dire gagner une victoire éphémère en ayant suscité une réponse psychique inconsciente favorable parmi les électeurs américains.

La Russie, la Chine, l'Iran ne sont que des « images » appréciées principalement pour leur potentiel de charge émotionnelle dans cette guerre culturelle occidentale (dont ces États ne font pas partie). Le résultat est que ces États deviennent des antagonistes à la présomption américaine de définir un « code de conduite » mondial auquel tous doivent adhérer.

Ces pays comprennent exactement l'objectif de ces « règles » chargées de valeurs et de droits. Il s'agit de forcer ces États à se conformer aux « transitions », ou à subir l'isolement, le boycott et les sanctions - de la même manière que les choix imposés à ceux qui, en Occident, ne souhaitent pas se faire vacciner (c'est-à-dire pas de vaccin, pas de travail).

Cette approche reflète une tentative de l'équipe Biden de jouer sur les deux tableaux avec ces trois « États emblématiques » : Se féliciter de la conformité aux « questions de transition », mais se montrer hostile à toute dissidence quant à l'élaboration d'un cadre réglementaire susceptible de faire passer les « transitions » du niveau national au niveau supranational.

Mais les praticiens américains de la politique des mèmes comprennent-ils que la position de la Russie et de la Chine - en réponse - n'est pas une contre-mobilisation factice destinée à « marquer le coup » ? Que leur vision est en désaccord avec « les règles » ? Se rendent-ils compte que leurs « lignes rouges » pourraient bien être des « lignes rouges » au sens propre ? L'Occident est-il désormais tellement accro aux mèmes qu'il ne peut plus reconnaître les véritables intérêts nationaux ?

Ce point est essentiel : Lorsque l'Occident s'exprime, il regarde toujours par-dessus son épaule, l'impact psychique national et plus large lorsqu'il « marque un point » (par exemple en pratiquant des attaques par des bombardiers à capacité nucléaire aussi près des frontières de la Russie qu'ils l'osent). Et quand la Russie et la Chine disent « Voici notre ligne rouge », ce n'est pas un mème - elles le pensent vraiment.

source : https://www.strategic-culture.org
traduit par Réseau International