Le Petit Dictateur nous avait prévenus, il allait nous « emmerder ». Nous, les pur-sang, les bons vivants, les pas-malades, les non-vaccinés, les anti-Bourla, les non-soumis, mais pas les insoumis puisque les Insoumis, par un abus de langage, sont les troupes de Mélenchon qui mettent des masques FFP2 pendant les meetings, acceptant en cela l'humiliation sous forme de muselière proposée par l'oligarchie.

macron

En préambule, cet énorme aveu d'une covidée LREM :


Le pass vaccinal, qui est passé par les deux chambres lourdement corrompues, est donc le nouvel emmerdement fait à tous les Français, et on souligne à tous, puisque même les double et triple vaccinés vont en « chier ». On se permet ce vocabulaire parce qu'avec le « emmerder » présidentiel et la scatologie d'un Enthoven, touché par un syndrome de Gilles de la Tourette évident, nous restons dans le ton. Il faut être moderne, que diable !

La presse, comme prévu, au lieu de critiquer les mesures de rétorsion sociale sous couvert de protection de la population - contre le nez qui coule dans un mois de janvier assez frisquet, ce qui est normal - déroule le tapis rouge sang aux autorités, qui viennent de lui faire un chèque, sur NOTRE argent, de 483 millions, mais cela n'a sans doute rien à voir, selon les coïncidentistes qui sont, on le rappelle, le pendant des complotistes pendant la tyrannie covidiste.

On résume : la presse relaye complaisamment les ordres abjects d'un gouvernement corrompu, et cette presse, qui aurait dû disparaître faute de lecteurs, est maintenue en vie sous perfusion d'argent public, celui des Français qui subissent la propagande qui les étouffe. Relire deux ou trois fois, et bien remplir sa fiche d'impôts, redevance télé comprise.


Ceci étant dit, passons aux derniers ordres de la Kommandantur. Rien de mieux que le site de la Kommandantur lui-même, France (occupée) Info. Le pass vaccinal remplace donc le pass sanitaire, et pour être en règle avec l'occupant, il faut désormais justifier d'un schéma vaccinal complet, c'est-à-dire 3 doses de saloperie. Une fois ces 3 doses de saloperie dans le corps, vous pourrez, le temps qu'il vous reste à vivre en bonne santé, aller dans les lieux qui étaient déjà réservés aux détenteurs d'un pass sanitaire, soit les bars, restos, cinémas et autres centres commerciaux (de plus de 20 000 m2), sans oublier les transports longs, TGV, avions et cars interrégionaux. Si vous voulez voyager mais que vous ne détenez pas le fameux PV (pass vaccinal), vous avez intérêt, dit l'Occupant, à « justifier un motif impérieux d'ordre familial ou de santé », plus un test négatif. On sent que les motifs impérieux vont grimper en flèche et les tests négatifs aussi...

Le pass sanitaire ne disparaît pas, nous dit la Kommandantur de service public : le vieux pass sanitaire permettra d'entrer dans les hôpitaux, les Ehpad et les centres de santé. Et ce, seulement pour les plus de 16 ans, les 12-16 ans pouvant, eux, accéder aux lieux « à accès dits restreints » avec un simple pass. On sent déjà les petits malins fourbir leurs armes anti-occupant... Sinon, ceux qui sont en cours de schéma vaccinal, par exemple les double dosés qui sont dans les 7 mois suivant leur 2e dose, pourront avoir un accès temporaire à tous ces lieux. La chance ! Mais pour cela, on l'a compris, il faut avoir subi deux injections dangereuses dont on ne sait pas ce qu'elles vont donner dans le futur. On en voit déjà le résultat sur les sportifs, ce qui est un avertissement pour la population générale...


Naturellement, tout cela ne va pas se passer sans mal, certains individus - les complotistes - étant vigoureusement attachés à leur santé et à leur liberté. Il faudra donc développer les moyens de coercition et de répression, ce que le gouvernement s'attache à faire, avec une célérité qu'on lui a rarement vue dans le traitement de la délinquance de rue.


On le sait, pour le petit télégraphiste sarkozyste, le grand danger, c'est le salut nazi, pas l'injection Bancel & Bourla, qui fait pourtant beaucoup plus de mal aux gens. Et il a raison : le salut nazi est une plante qui pousse en période de supercrise capitaliste. Quand la dette monte, le bras se lève...


Pour les réticents, les non-vaccinés, les vaccino-sceptiques, il reste la loi, la force, la police politique. Nous passons aux contrôles de la Gestapo française. Et là, on va citer directement le dépliant de la Kommandantur. Attention, trois, deux, un, c'est parti !
Un contrôle d'identité pourra être réalisé en plus de la vérification du pass

Les responsables d'établissements concernés par le pass vaccinal ou sanitaire pourront réclamer un document officie avec photographie pour vérifier la concordance entre les différents justificatifs. Ce contrôle sera autorisé dès lors qu'il existe « des raisons sérieuses de penser que le document présenté ne se rattache pas à la personne qui le présente », détaille le texte adopté.

Les fraudeurs risqueront des sanctions plus lourdes

Toute détention frauduleuse d'un faux pass sanitaire (qu'il soit falsifié ou emprunté à un tiers) est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Une peine loin d'être anodine, qui est portée à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende en cas de détention frauduleuse de plusieurs faux documents. La loi prévoit toutefois une certaine souplesse sur ces sanctions : si le fraudeur se fait administrer la dose manquante dans les trente jours après la date de l'infraction, il pourra échapper à ces condamnations.

Des amendes pourront être infligées aux entreprises réfractaires au télétravail

La loi prévoit des amendes pour faire respecter l'incitation du gouvernement à instaurer le télétravail « trois jours minimum » par semaine, quatre quand c'est possible, « dans toutes les entreprises et pour tous les salariés pour lesquels cela est possible ». Ainsi, les entreprises ne jouant pas le jeu du télétravail risqueront une amende administrative allant jusqu'à 500 euros par salarié concerné, dans la limite de 50 000 euros par amende.
Eh ben, ça rigole pas au Château, dis donc ! Heureusement qu'il y a des bonnes nouvelles, Macron continuant à vendre la France en morceaux aux plus offrants. Et puis, ce qui le réjouit, c'est la création d'un million d'entreprises en 2021, si, si ! Mais avant, un cocorico pour les 25 licornes, cette réussite de la french tech.


Malheureusement, en France, t'as toujours des mécontents. On crée un million d'entreprises, et voilà, tu trouves toujours un râleur qui va te dire que « c'est des entreprises de merde », qui permettent à un million de nouveaux pauvres d'échapper aux stats du chômage, et ainsi de faire baisser le chômage français endémique sous la barre des 8 %, « au plus bas depuis 15 ans », selon les mots du Petit Dictateur...