blinken
Malgré les beaux discours, l'agenda de la tournée d'Antony Blinken en Afrique avait pour objectif principal de tenter à limiter l'interaction qui ne cesse de monter du continent africain avec la Chine et la Russie. Et comme prévu également, l'objectif ne semble pas avoir été atteint, après déjà l'échec du président hexagonal Macron.

Il faut bien le souligner: l'élite anglo-saxonne est beaucoup plus perfide que celle de l'Hexagone. Sachant analyser les échecs de ses sous-traitants, en l'occurrence ici Paris, Washington a choisi de ne pas répéter les erreurs commises lors de la visite du président français Emmanuel Macron sur le continent africain.

En effet et si ce dernier durant sa tournée ne cessait de parler de la Russie, et selon de nombreux observateurs africains plus même que des relations franco-africaines arrivées au plus bas, Blinken a plutôt opté pour la tactique de dire que l'intérêt des USA pour l'Afrique n'est pas lié à la présence d'un autre pays. Ou plutôt d'autres pays: puisque les plus grands défis pour la présence néocoloniale occidentale en Afrique - ce sont effectivement la Chine et la Russie.

Comme l'écrit le magazine étasunien Foreign Policy: Washington a insisté sur le fait que son attention renouvelée pour l'Afrique n'est pas due à la rivalité entre les grandes puissances. Reprenant par la même occasion une citation de sieur Blinken prononcée en Afrique du Sud: « Notre engagement envers un partenariat plus fort avec l'Afrique ne consiste pas à essayer de surpasser les autres ».

A cet effet, assez malin de prononcer cela, car effectivement Washington ne pourra ni surpasser la Chine sur le plan de l'interaction économique avec les pays africains, ni faire mieux sur le plan sécuritaire que la Russie. Après tout, lorsqu'on parle de pompiers pyromanes en Afrique, on pense toujours en premier lieu à Paris, Washington et Londres. Et plus généralement l'Otan.

En passant, Foreign Policy rappelle également que la ministre sud-africaine des relations internationales et de la coopération, Naledi Pandor, a critiqué le projet de loi étasunien (la soi-disant loi visant à lutter « contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique »), le qualifiant de législation offensive. Un projet de loi US qui pour rappel a été déjà largement critiqué non seulement par de nombreux gouvernements africains, mais également par une très large partie de la société civile continentale.

De manière générale, tout reste clair. Dans le nouveau document de la stratégique étasunienne pour l'Afrique subsaharienne, la Russie et la Chine sont citées formellement comme de-facto les principales menaces pour l'activité washingtonienne sur le continent africain.

Dans tous les cas et à l'instar de sieur Macron rentré globalement bredouille de sa tournée africaine, Blinken semble aller dans la même voie avec tout de même, peut-être, un peu moins d'humiliation. Après tout, c'est toujours mieux de laisser cet « honneur » aux régimes sous-traitants, comme celui de la France contemporaine.

Il n'empêche, l'establishment étasunien a eu également droit à certains « honneurs », comme la condamnation récente par le parlement sud-africain de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, prenant ouvertement fait et cause en faveur de la République populaire de Chine. Ou encore le refus continu des pays africains à se joindre aux condamnations occidentales contre la Russie sur l'Ukraine. Et ce malgré l'insistance de Washington, Londres et Paris.

En parlant d'ailleurs de ce fameux dossier, on attend à ce titre le sommet de cette pièce théâtrale avec l'éventuelle visite en Afrique de Dmytro Kouleba - chef de la diplomatie ukrainienne. Certainement que Kiev pense pouvoir réussir là où Washington et Paris ont échoué... Ou simplement ne fait qu'appliquer les ordres reçus de la part des parrains atlantistes.

Pour finir et revenir encore une fois à Blinken, il faut tout de même lui reconnaitre la justesse d'une de ses déclarations (en partie). Lorsqu'il dit que « l'avenir du monde sera déterminé dans une très large mesure en Afrique et par l'Afrique ». Il a juste et certainement oublié d'ajouter que cet avenir mondial, où l'Afrique jouera très certainement un rôle majeur, sera largement au désavantage de l'Occident. Car ce nouveau monde sera multipolaire (qu'il est déjà) et post-occidental. On lui pardonnera tout de même cet oubli.