agent de police inspecte morceaux d’un drone

Un agent de police inspecte les morceaux d’un drone sur le site d’une frappe russe au niveau d’infrastructures de stockage de carburant, en Ukraine, le 6 octobre 2022.
La manière dont Téhéran a géré son accord sur les drones avec la Russie a été quelque peu maladroite. Le fait que la première « fuite » sur ce sujet provenait de nul autre que le conseiller à la sécurité nationale du président Biden, Jake Sullivan, aurait dû alerter Téhéran que quelque chose de sinistre se préparait.

Au lieu de cela, pour une raison quelconque, Téhéran a nié. Et maintenant, dans un retournement de situation, il nous est donné de comprendre que le démenti de l'Iran était correct dans les faits, bien qu'il ne soit pas entièrement vrai dans son contenu. Le ministre des affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a reconnu que « la partie concernant les drones est vraie, et nous avons fourni à la Russie un petit nombre de drones quelques mois avant la guerre en Ukraine ».

Le ministre a ajouté une mise en garde :
« Ce tapage fait par certains pays occidentaux, selon lequel l'Iran a fourni des missiles et des drones à la Russie pour l'aider dans la guerre en Ukraine - la partie concernant les missiles est complètement fausse. »
Aussi bonne que soit la technologie des drones iraniens, elle n'a pas changé la donne pour la Russie dans la guerre en Ukraine. La capacité de la Russie en matière de missiles surprend même les experts occidentaux qui avaient prédit il y a plusieurs mois que la Russie était en train d'épuiser son stock. En fait, les frappes de missiles pourraient se poursuivre jusqu'à ce que l'Ukraine s'effondre et que l'Occident n'ait plus d'interlocuteur valable dans les décombres de Kiev.

La Russie et l'Iran semblent s'être embourbés inutilement dans une controverse. Ce qui semble s'être passé, c'est que tout comme l'Iran a fait de l'ingénierie inverse sur la technologie des drones américains, les Russes ont également fait un bon travail pour refaire les drones kamikazes iraniens qui étaient dans leur inventaire avant l'opération militaire spéciale en Ukraine. Kiev affirme aujourd'hui, après avoir examiné les débris des drones russes qu'il a abattus, qu'ils contenaient également des pièces ukrainiennes !

Il est logique que l'industrie russe de la défense se soit inspirée de la technologie iranienne et de celle de l'Ukraine pour créer un « modèle russe » surprenant. Cela explique probablement le sophisme de la position constante de Moscou, qui affirme ne pas avoir utilisé de drone iranien.

Amirabdollahian a révélé que l'Iran a proposé d'expliquer la situation aux autorités ukrainiennes et qu'une réunion a même été organisée en Pologne pour dissiper le malentendu et rétablir les liens diplomatiques de l'Iran avec Kiev, mais les Américains l'ont fait échouer. De toute évidence, les États-Unis ne sont pas intéressés par une normalisation des relations Ukraine-Iran. Israël aurait également intérêt à maintenir l'Iran à distance de Kiev. Les États-Unis et Israël craignent qu'une forte présence diplomatique iranienne à Kiev ne tourne à l'avantage de la Russie.

Quoi qu'il en soit, l'aveu candide d'Amirabdollahian aura des conséquences. L'Iran s'est peut-être laissé emporter par le sentiment exaltant qu'une superpuissance s'est abaissée à s'approvisionner en technologie militaire, et a en outre savouré la grande publicité dont ses drones ont fait l'objet - sans parler de l'embarras causé aux mécènes occidentaux de l'Ukraine qui ont assisté impuissants à la panique créée par les drones russes à une telle échelle.

Toutefois, l'Iran a tardivement pris conscience des retombées politiques et diplomatiques potentielles. En réalité, toute cette « agitation », comme l'a dit M. Amirabdollahian, découle du refus de Téhéran de signer le projet d'accord nucléaire de l'UE à Vienne, ce qui a rendu Bruxelles et Washington furieux, anéantissant leurs espoirs de voir le pétrole iranien venir au secours de l'Europe en remplaçant les importations de pétrole russe qui prennent fin le 5 décembre.

Une fois encore, les États-Unis comptaient sur l'augmentation de la production de pétrole de l'Iran pour créer des tensions au sein de l'OPEP et diviser le cartel.

Selon un rapport du Spiegel, l'Allemagne et huit autres États de l'UE ont élaboré mercredi à Bruxelles un nouveau train de sanctions contre l'Iran, qui contient 31 propositions visant des responsables et des entités iraniens liés aux affaires de sécurité ainsi que des entreprises, pour leurs prétendues « violences et répressions » en Iran. L'alibi est la violation des droits de l'homme.

De toute évidence, l'Occident est revenu à sa tactique de persécution. Le président Biden s'est engagé à « libérer l'Iran » de son système politique actuel - bien que les Américains sachent par expérience que les protestations publiques n'ont rien d'inhabituel en Iran, mais que le changement de régime est une chimère.

Pourquoi l'Occident ressuscite-t-il la « question iranienne » à ce stade ? Il y a deux raisons sous-jacentes - peut-être même trois. La première est que la victoire de Benjamin Netanyahu aux élections israéliennes de dimanche dernier garantit pratiquement que la rivalité existentielle d'Israël avec l'Iran est à nouveau au centre de la politique de l'Asie occidentale. Si cela ne se produit pas, Netanyahu subira des pressions pour s'attaquer à la question centrale en Asie occidentale, à savoir le problème palestinien.

Dans l'état actuel des choses, la « question iranienne » reviendra sur le devant de la scène politique de l'Asie occidentale. Il existe une convergence d'intérêts entre Tel-Aviv et Washington sur ce point, à un moment où il y aura inévitablement des frictions dans les relations entre les États-Unis et Israël, étant donné que l'alliance raciste, sioniste religieuse et anti-arabe, dernière coalition montée par Netanyahu, contient des éléments que les États-Unis considéraient autrefois comme des terroristes. Susciter la frénésie à propos de l'Iran est utile à la fois pour Israël et pour les États-Unis.

Mais d'un autre côté, Netanyahou est suffisamment réaliste pour savoir qu'il serait suicidaire pour Israël d'attaquer militairement l'Iran sans le soutien des États-Unis et, deuxièmement, que l'administration Biden n'a pas encore totalement abandonné l'espoir d'un accord nucléaire avec l'Iran.

Par conséquent, dans l'éventualité où les élections de mi-mandat modifieraient radicalement le profil du Congrès au détriment de l'administration Biden, il faut faire confiance à Netanyahou pour faire de la question nucléaire iranienne un modèle clé de la politique intérieure américaine et des relations entre les États-Unis et Israël.

Un deuxième facteur est la trajectoire de la guerre en Ukraine. Bien que la guerre par procuration soit dans sa dernière ligne droite et que les États-Unis et l'OTAN soient confrontés à la défaite et à la destruction de l'Ukraine, l'administration Biden ne peut pas simplement s'en aller dans l'humiliation, car il s'agit de l'Europe et non de l'Hindou Kouch, et le destin du système d'alliance occidental est à la croisée des chemins.

Il est quasiment certain que des troupes américaines sont apparues sur le sol ukrainien. Elles ne peuvent être considérées que comme une
« avant-garde » avancée. L'Ukraine va-t-elle devenir une nouvelle Syrie, avec les régions situées à l'ouest du fleuve Dniepr - « le croupion » dépourvu de ressources naturelles - sous occupation américaine afin que les alliés de l'OTAN à la périphérie ne se jettent pas dans la mêlée des tensions ethniques dormantes héritées de l'histoire pour se tailler leur part dans la carcasse ? Ou bien, une « coalition de volontaires » dirigée par les États-Unis se préparera-t-elle à combattre réellement les forces russes dans l'est et le sud de l'Ukraine ?

Quoi qu'il en soit, le fait est que les liens stratégiques qui se développent entre l'Iran et la Russie resteront un point de mire pour l'Occident, malgré la « clarification » d'Amirabdollahian. Il est tout à fait naturel que, dans le contexte des sanctions, les relations extérieures de la Russie soient dans le collimateur des États-Unis. L'Iran s'est toujours distingué par son refus de la stratégie de « pression maximale ».

Autrement dit, avoir l'Iran comme allié sera un atout stratégique pour la Russie dans un contexte multipolaire. L'Iran et l'Union économique eurasienne ont décidé de négocier un accord de libre-échange, tandis que Téhéran élabore également des accords d'échange concernant le pétrole russe. En clair, les Européens peuvent garder leur SWIFT pour ce qu'il vaut et cela ne fera aucune différence pour la Russie ou l'Iran - et le reste du monde observe ce qui se passe en temps réel, notamment dans le voisinage de l'Iran où le pétrole est négocié en dollars.

Il est désormais clair pour les États-Unis et leurs alliés que, JCPOA ou pas JCPOA, l'inclinaison générale vers la Russie et la Chine constitue la version iranienne du Dôme de Fer israélien, en matière diplomatique. En définitive, l'Iran est en train de devenir un modèle pour la région du golfe Persique, comme le montre l'allongement de la file d'attente pour l'adhésion à l'Organisation de coopération de Shanghai, alors même que la voie parallèle des accords d'Abraham a disparu dans le bassin endoréique de la péninsule arabique.

Source: The Indian Punchline

Traduction: Arretsurinfo.ch