Le sommet de l'OTAN à Vilnius n'a été qu'une provocation de plus contre la Russie et la Chine, rapprochant le monde de la catastrophe, comme le confirment les propos de l'ancien ambassadeur Alberto Bradanini.
fghj
Le sommet de l'OTAN qui s'est tenu ces jours-ci à Vilnius, capitale de la Lituanie, n'a pas manqué de susciter des réactions au sein de la communauté internationale. Alors que le monde occidental croit encore tenir entre ses mains les rênes du destin du monde, le reste de la planète observe avec un mélange de pitié, d'horreur et de dégoût les spectacles pathétiques organisés par les États-Unis et leurs vassaux européens, qui ne font que montrer qu'ils ne comprennent pas que le nouveau monde multipolaire ne laissera aucune place aux projets hégémoniques de Washington.

À cet égard, Alberto Bradanini, l'ancien ambassadeur italien en Iran et en Chine, que nous avons eu l'occasion d'interviewer il y a quelque temps, a eu des mots très durs face aux journalistes de l'agence de presse russe TASS, quand il a critiqué le sommet qui s'est tenu à quelques kilomètres de la Russie de manière inutilement provocatrice. "Ce qui est ressorti du sommet de l'OTAN de Vilnius est pathétique et dangereux", a déclaré l'ancien diplomate. "Tout d'abord parce qu'il était truffé de mensonges fabriqués de toutes pièces selon lesquels l'OTAN dirigée par les États-Unis devrait défendre la paix et la stabilité, et non soutenir la pathologie impériale américaine, imposer une domination unipolaire et soutirer encore plus de richesses et de prospérité à une Europe incapable de la moindre dissidence ou opinion propre", a déclaré l'ancien diplomate.
Alberto Bradanini
Alberto Bradanini
Bradanini a attiré l'attention sur des signes alarmants tels que la désignation, dans le document final, de certains autres pays comme des menaces présumées pour la démocratie en Occident. En particulier, l'acharnement du document final contre la Chine, qui ne fait que démontrer comment les États-Unis ont l'intention d'étendre le conflit à la région Asie-Pacifique, en utilisant la provocation de Taïwan contre la Chine exactement de la même manière qu'ils l'ont fait avec l'Ukraine dans un but anti-russe, est une source d'inquiétude. "Les conclusions de ce sommet sont également dangereuses, car dans le texte long et incompréhensible (11.256 mots farcis d'idéologie, de préjugés et de mensonges) du document final, outre la Russie et la Biélorussie, d'autres pays sont également cités, dont beaucoup se trouvent en dehors de la zone d'intérêt de l'Atlantique Nord, ce qui pourrait mettre en péril non seulement la paix, mais aussi la démocratie dans le Royaume du Bien, c'est-à-dire en Occident. Il s'agit de la Chine, de la Corée du Nord et de l'Iran, qui ne veulent pas se soumettre à la domination unipolaire de la seule nation indispensable au monde, telle que définie par Bill Clinton", a déclaré M. Bradanini.

Le sommet de Vilnius montre ainsi que les États-Unis, et par extension leurs vassaux européens, se préparent à un conflit mondial majeur contre la Russie et la Chine, alors qu'aucune proposition concrète n'a été faite pour parvenir à la paix, ce qui n'est manifestement pas dans les plans de Washington. Au contraire, M. Bradanini estime que le compromis est nécessaire pour parvenir à la paix, comme nous l'enseigne l'histoire de toutes les guerres passées :
"Si la paix avait été le point central de la discussion à Vilnius, nous aurions eu une proposition de compromis sur laquelle travailler, et non une demande insistante de retrait des troupes russes des territoires ukrainiens, ce qui revient à exiger de la Russie qu'elle reconnaisse sa défaite, alors qu'elle domine le champ de bataille". "Certains diront que c'est injuste. L'histoire jugera, elle a toujours enseigné que les guerres se terminent par un compromis si elles ne se soldent pas par la défaite totale d'une des parties. Mais, comme le soulignent des observateurs influents, une défaite de la Russie, un pays qui possède 6000 ogives nucléaires, n'est pas envisageable. L'OTAN souhaite toujours que la guerre se poursuive, au prix de vies ukrainiennes, confirmant ainsi son irresponsabilité politique et son cynisme lorsqu'elle se proclame maîtresse du monde", a déclaré M. Bradanini.
L'attitude de l'OTAN montre que Washington n'est pas encore prêt à renoncer à son rôle de puissance hégémonique à l'échelle planétaire, même si les faits montrent que cette position est de plus en plus faible, car les pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine considèrent de plus en plus l'impérialisme américain et occidental en général avec méfiance. En réponse à l'émergence d'un monde unipolaire, les États-Unis reviennent aux schémas de la guerre froide, opposant un bloc sous leur direction, l'OTAN, à toutes les puissances qui tentent de se soustraire à leur domination.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les résultats du sommet de Vilnius "montrent que l'organisation est complètement revenue aux schémas de la guerre froide, pour protéger "notre milliard" du reste de l'humanité et sur la base de l'idéologie qui consiste à diviser le monde en démocraties et en autocraties". Il s'agit du "milliard d'or", c'est-à-dire de la population des pays occidentaux vivant largement dans l'opulence au détriment du reste de la population mondiale, qui représente pourtant la grande majorité de l'humanité. L'évolution de l'échiquier international nous montre que cette situation n'est plus considérée comme acceptable par le monde non occidental.

Mais le sommet de Vilnius n'était pas seulement dirigé contre la Russie, la Chine et les autres pays qui ne se soumettent pas docilement aux plans de domination des États-Unis. Il a également eu pour fonction de réaffirmer la domination de Washington sur l'Europe et l'OTAN, en écartant toute tentative d'autonomie de la part de certains pays de notre continent. Aleksandr Gruško (photo), actuel vice-ministre russe des affaires étrangères et ancien représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN, a souligné que le sommet de Vilnius avait "enterré les derniers espoirs d'autonomie de l'Europe sous une couche d'asphalte". L'ensemble du domaine militaire de l'Union européenne a été exploité pour servir les missions d'une autre entité basée à Bruxelles, l'OTAN".
vbnm
Aleksandr Gruško
Selon le diplomate russe, "l'expansion est un outil que l'OTAN utilise pour alimenter la confrontation. Malheureusement, l'histoire nous a montré que l'OTAN ne pouvait exister sans adversaire, elle perdrait tout simplement sa raison d'être s'il n'y en avait pas". À cette fin, les États-Unis, au lieu d'accepter de s'asseoir à la table de la communauté internationale en tant que membre de celle-ci, poursuivent leurs provocations et la fabrication d'adversaires ad hoc afin de prolonger l'agonie de leur empire décadent, tandis que le monde se tourne désormais vers d'autres horizons. Si l'Europe ne s'en rend pas compte à temps, l'effondrement de l'empire américain signifiera également la fin de notre continent tel que nous le connaissons, car le centre de gravité du monde s'éloigne de plus en plus des anciennes puissances impérialistes qui ont dominé les siècles passés.