Image

Autour de 35 semaines de gestation, le foetus acquiert les dispositions cérébrales qui lui permettront de faire la différence entre une stimulation douloureuse et une stimulation indolore. Crédits : © DR.
Le bébé saurait différencier une stimulation douloureuse d'une simple stimulation tactile à partir de 35 semaines de gestation. Cette aptitude serait même déjà active ponctuellement dès 32 semaines de gestation. Des résultats issus d'une étude britannique menée sur des bébés prématurés.

C'est une information qui a presque failli passer inaperçue dans les médias francophones. De quoi s'agit-il ? La revue Current Biology a publié le 8 septembre dernier des travaux menés sur des prématurés âgés de 28 à 36 semaines, montrant que le développement de leur système sensoriel leur permettait dès 35 semaines de gestation de faire la différence entre la douleur d'une simple stimulation tactile (1). Cette étude montre même que cette aptitude commencerait à être opérante dès 32 semaines, mais de façon ponctuelle seulement.

Ces travaux suggèrent que les potentialités qui permettront au bébé, une fois né, d'évoluer dans son environnement, se mettent en place au cours de la gestation plus tôt que prévu.

Une piqûre sur le talon

Pour parvenir à ce résultat, le neurologue Lorenzo Fabrizi (University College de Londres, Grande-Bretagne) et son équipe ont soumis des bébés nés à terme et des bébés prématurés à deux stimulations tactiles différentes : la première était non douloureuse, puisqu'il s'agissait d'un simple toucher sur le talon pratiqué à l'aide d'un marteau médical destiné à évaluer les réflexes. Quant à la deuxième stimulation, douloureuse, elle consistait en une piqûre sur le talon, un geste fréquemment pratiqué chez les nourrissons lorsqu'il s'agit de leur prélever du sang.

Pendant qu'ils pratiquaient ces deux stimulations, les chercheurs ont analysé l'activité cérébrale des bébés via électroencéphalogramme.

Résultat ? Pour les bébés prématurés (lesquels étaient nés entre 28 et 36 semaines de grossesse), les chercheurs ont constaté que la stimulation douloureuse déclenchait dans 67% des cas un signal neuronal identique à celui provoqué par la stimulation non douloureuse. Comme si, au fond, le bébé ne faisait pas la différence entre les stimulation douloureuses et les autres stimulations.

Une signature neuronale bien spécifique

En revanche, chez ces mêmes prématurés, la stimulation douloureuse a déclenché dans 33% des cas l'apparition d'un signal neuronal spécifique, bien différent du signal neuronal généré par la stimulation non douloureuse : "L'équipe de Lorenzo Fabrizi a découvert l'existence d'une signature neuronale spécifique, apparaissant après la stimulation douloureuse, et qui se différenciait nettement du signal obtenu dans le cas d'un toucher non douloureux, explique le neuropsychologue Edouard Gentaz (Université Pierre Mendès-France à Grenoble, France). Il s'agit là d'un indice fort permettant de penser que le système somatosensoriel [ndr : le système somatosensoriel est le système qui collecte toutes les informations sensorielles provenant du corps] du bébé lui permet de faire dès ce stade la différence entre une stimulation douloureuse et une stimulation indolore".

Selon les chercheurs, un tournant se produirait aux alentours de 35 semaines de gestation. A ce stade de développement en effet, les chercheurs ont constaté qu'en cas de stimulation douloureuse, la probabilité pour que la signature neuronale spécifique apparaisse chez les prématurés était plus importante que l'apparition du signal neuronal non spécifique : "Ceci suggère qu'aux alentours de 35 semaines de gestation, il se produit un basculement au cours duquel le système somatosensoriel du bébé permet définitivement à l'enfant de distinguer les stimulations douloureuses des autres stimulations, complète Edouard Gentaz.

La détection de la stimulation douloureuse possible dès 32 semaines de gestation

Est-on bien certain que ce signal neuronal spécifique correspond bien à une sensation de douleur ? Si ce n'est pas certain, c'est en tout cas très probable. Car dans le même temps, chez les enfants nés à terme étudiés par les chercheurs (nés entre 37 et 41 semaines), lesquels sont donc situés à un stade de développement plus avancé que les prématurés, la stimulation douloureuse fait apparaître le signal neuronal spécifique de façon quasi systématique. Ce qui renforce donc l'hypothèse que cette signature spécifique observée par les chercheurs en cas de stimulation douloureuse est bien le marqueur d'une sensation de douleur.

Si c'est donc à 35 semaines que le foetus dispose d'un système somatosensoriel lui permettant efficacement de "repérer" les stimulations douloureuses des autres stimulations, à partir de quel stade de gestation cette aptitude commence-t-elle à émerger ? En fait, les résultats des chercheurs montrent que cette aptitude commence à apparaître, sans être toutefois systématiquement fonctionnelle, quelques semaines plus tôt encore. En effet, dès 32 semaines, les bébés prématurés sont capables, de façon non épisodique, de réagir spécifiquement à la stimulation douloureuse.

Des compétences qui apparaissent plus tôt que prévu

Plus globalement, cette étude s'inscrit dans un champ de recherche récent, qui tend à montrer que le foetus développe ses compétences de façon plus précoce que ce qui était imaginé jusqu'à présent : "Grâce aux travaux menés sur les prématurés, les chercheurs se rendent peu à peu compte que les dispositions cérébrales du foetus, qui lui permettront une fois né de s'adapter à son environnement, sont en fait des dispositions qui se mettent en place très tôt, souligne Edouard Gentaz. Ainsi, au sein de notre laboratoire, nous venons de montrer que le bébé prématuré, dès 28 semaines, est capable de reconnaître une forme avec sa main". Une étude qui sera d'ailleurs publiée sous peu...

(1) : Notons que le magazine La Recherche a toutefois relaté la publication de ces travaux le 19 octobre 2011 dans l'article "Les bébés ressentent la douleur in utero".