Avec au moins un million et demi de civils irakiens tués et plus de cinq millions de déplacés, c'est le « bilan » de l'invasion étasunienne, le « gendarme » du monde psychopathique qui s'arroge le droit par l'« obligation » d'envahir des pays souverains afin de les « libérer » d'une « dictature ».

vague d'attentats dans des quartiers chiites de Bagdad
© Mohammed Ameen/Reuters
Vague d'attentats dans des quartiers chiites de Bagdad
Ainsi que l'écrivait Paul Craig Roberts au mois de mars dernier, « On sait maintenant que la justification de l'invasion était un paquet de mensonges orchestrés par le régime néoconservateur de Bush dans le but de tromper l'Organisation des Nations Unies et le peuple américain. ». Les infrastructures sont en ruine, les orphelins sont légion et les veuves sont si nombreuses que la polygamie est de retour. « Ce que les criminels de guerre de Washington ont apporté, c'est la mort et la destruction d'un pays. »

Ces chiffres ne sont pas seulement des statistiques : il s'agit d'individus, comme vous et moi : des hommes, des femmes, des enfants, des familles entières décimées non seulement par la guerre elle-même, mais également par les sanctions économiques des États-Unis qui ont précédé la guerre en Irak. Ce qui reste de ces familles est encore aujourd'hui un peu plus détruit et sacrifié sur l'autel de la déraison dans une guerre de religion entre les chiites et les sunnites. La stratégie du chaos fonctionne à plein « régime », sans mauvais jeu de mots. Pas un jour ne se passe sans qu'une explosion ait lieu en Irak et que des victimes innocentes perdent la vie. La guerre « civile » - une guerre de religion - a pris le relais de la guerre étasunienne. Georges Stanechey, dans son article du 13 mars dernier, écrivait : « Méticuleusement organisée, financée, armée, pour en prolonger l'égorgement, l'épuisement, la mise à mort, l'agonie. Une moyenne de trois mille morts par mois. ».

Dans un article du 3 novembre, on peut lire :
« Les chiffres parlent malheureusement d'eux-mêmes. Ce sont ainsi plus de quatre mille sept cents personnes qui ont perdu la vie dans des attentats depuis le début de l'année. Six cent trente-huit victimes sont à inscrire sur le compte du seul mois d'octobre. Personne n'est en mesure de déterminer exactement combien de personnes ont été tuée en Irak depuis l'invasion étasunienne. Selon une enquête menée conjointement par le gouvernement irakien et l'Organisation mondiale de la santé, cent cinquante-et-un mille Irakiens seraient morts de mort violente entre mars 2003 et juin 2006. Les Nations-Unies ont confirmé qu'en 2006 (dernière année où les données sont réputées fiables), au moins trente-cinq mille personnes avaient été tuées. »
Les régimes corrompus de Bush et d'Obama sont tout autant méprisables que les « presstitués » qui relaient et permettent à l'information mensongère de tromper les peuples et notamment le peuple étasunien. Crimes contre l'humanité, crimes contre les constitutions des États, crimes contre les peuples souverains, crimes, crimes, crimes.

Anas Hamed et sa sœur Ines, qui souffrent de malformations à la naissance, photographiés le 12 novembre 2009 à Falloujah
© Inconnu
Anas Hamed et sa sœur Ines, qui souffrent de malformations à la naissance, photographiés le 12 novembre 2009 à Falloujah
La pauvreté est extrême en Irak, et cette tragédie est amplifiée par l'utilisation de l'uranium appauvri durant la guerre contre les populations. L'uranium appauvri, « dont la nocivité pour la santé est minimisée par les lobbies militaro-industriels. », est un métal qui perce tous les blindages, atteint plus de mille degrés, s'enflamme à l'impact, et dégage un nuage de fines poussières. Quatre pays en sont les plus gros producteurs : les États-Unis, la Russie, la Chine et la France. L'uranium naturel enrichi devient hautement radioactif et est utilisé dans la construction des armes atomiques et pour le fonctionnement des centrales nucléaires. Le résidu de cet enrichissement devient de l'uranium appauvri, faiblement radioactif mais non dégradable. Étant donné que cinquante mille tonnes sont produites chaque année dans le monde, et que trois-cent vingt tonnes ont été utilisés durant la guerre étasunienne en Irak, quel est l'avenir des populations touchées par des tonnes d'uranium appauvri ? Le nombre de cancers et de leucémies a explosé, de très graves malformations congénitales touchent les nouveau-nés et déciment génétiquement tout un peuple.

Misère, corruption, torture, mort, destruction, annihilation, génocide. Les maîtres-mots des psychopathes qui nous gouvernent. Nos démocraties sont-elles vraiment démocratiques, ou les Occidentaux vivent-ils eux-mêmes dans des dictatures ? À quand la cour pénale internationale pour Bush, Cheney, Blair & Co ?