Commentaire : En prêtant attention aux micro-organismes qui peuplent notre corps, les scientifiques découvrent que la manière dont ceux-ci évoluent à l'intérieur de nous est étroitement liée à notre état de santé. Qu'il y est souvent question d'équilibre, et en l'occurrence de déséquilibre, quand il y a maladie. Que si les bactéries et les champignons, êtres vivants à part entière, peuplant notre ventre jouent donc un rôle central pour notre bien-être, ils sont eux-mêmes sensibles à leur environnement, tributaires de conditions extérieures facilitant, ou pas, leur développement, leur vie, leur mort. Après ce bref constat, pas la peine de se creuser les méninges pour comprendre que la qualité de la nourriture que nous ingérons est déterminante. Que les antibiotiques prit en excès, les métaux lourds, les produits chimiques ou le stress détruisent assurément cet équilibre dont nous avons besoin pour nous sentir bien. Quelques pistes : Quand à l'implication possible de champignon, ce n'est guère surprenant. Le Dr Simoncini va même jusqu'à proposer la théorie mycosique concernant l'apparition de certain cancer...


maladie de Crohn
© afp.com/Ale Ventura
Des chercheurs ont identifié un champignon, qui peuple notre intestin, susceptible de jouer un rôle important dans le développement de la maladie de Crohn
Selon des chercheurs, cette maladie pourrait être provoqué par l'association de bactéries de l'intestin et d'un champignon. Cette découverte pourrait avoir des applications très importantes, notamment en matière de développement de nouveaux traitements pour les malades.

C'est peut-être une bonne nouvelle pour les personnes touchées par la maladie de Crohn, dont l'origine, à l'heure actuelle, est toujours une énigme pour la science. Une équipe de chercheurs de l'université Case western reserve, dans l'Ohio, aux Etats-Unis, a identifié pour la première fois un champignon susceptible de jouer un rôle majeur dans le développement de cette pathologie très invalidante: le Candida tropicalis.

La maladie de Crohn est une pathologie inflammatoire chronique de l'intestin, qui peut toucher n'importe quelle partie du tube digestif, de la bouche à l'anus. "Nous savions déjà que certaines bactéries, associées à des facteurs génétiques et alimentaires, jouent un rôle majeur dans l'apparition de la maladie de Crohn", a expliqué lors d'une conférence de presse Mahmoud Ghannoum, auteur principal de l'étude publiée en septembre dans la revue mBio, et repérée par le Huffington Post.

Rôle clé de la flore intestinale

"Mais parmi ces centaines de bactéries et d'espèces fongiques qui peuplent les intestins, trois - que nous avons identifiées - sont hautement impliquées dans la maladie de Crohn", développe le directeur du Centre de médecine mycologique à l'université Case western reserve.Cette découverte est un indice supplémentaire qui tend à démontrer ce que suspectent nombre de spécialistes de cette maladie rare: le rôle clé joué par le microbiote intestinal, ou plus précisément par son déséquilibre.

Fatigue extrême et douleurs abdominales chroniques

"Notre étude montre que les patients atteints de la maladie de Crohn ont une réponse immunitaire anormale vis-à-vis de ces bactéries, qui sont pourtant présentes dans les intestins de tout le monde", ajoute Mahmoud Ghannoum. Si nombre de chercheurs se sont surtout concentrés, jusqu'à présent, à étudier les bactéries qui peuplent la flore intestinale, "peu ont examiné le rôle des champignons, qui sont pareillement présents dans les intestins de chacun", ajoute-t-il.

Cette découverte pourrait avoir des applications très importantes, notamment en matière de développement de nouveaux traitements pour les malades, qui peuvent souffrir, au quotidien, de sévères douleurs abdominales, de diarrhées avec saignement, et de grande fatigue chronique.