Image
© Dominic Lipinski / Abaca
Sur Facebook, il est interdit d'utiliser un pseudonyme
Dans le monde de Facebook, il n'y a pas d'exception. Du moins pas avant les sanctions. L'histoire de Michael Anti, célèbre cyberactiviste chinois, le prouve. Cet ancien journaliste, qui a écrit de nombreux articles et essais sous ce pseudonyme depuis une décennie, a vu son compte Facebook fermé car il n'utilisait pas son vrai nom. Il s'appelle en effet Zhao Jing, mais n'a jamais rien publié sous ce nom, même lors de ses passages au sein des universités de Cambridge et de Harvard, ou lors de ses collaborations avec le New York Times et le Washington Post.

Connu de tous ses collègues et relations par son pseudonyme, Michael Anti est exaspéré par le comportement du réseau social. "Je ne peux pas utiliser mon nom chinois", affirme-t-il, tout en expliquant que son profil Facebook était son seul lien avec un millier de contacts académiques et professionnels. "Le chien de Mark Zuckerberg a sa propre page sur Facebook. Mon travail journalistique et académique est plus réel qu'un chien !" fulmine-t-il encore. À 35 ans, Michael Anti est un vétéran de l'Internet chinois. En 2005, il avait fait la une des journaux lorsque son blog traitant de la liberté de la presse en Chine avait été supprimé par Microsoft. S'en était suivi un débat salvateur sur le rôle des multinationales occidentales dans le système de censure chinois.

Vrai nom pour vrais sous

De son côté, Facebook défend ses conditions d'utilisation. "Notre service est basé sur l'identité réelle des utilisateurs, pas sur leur pseudonyme", nous explique une porte-parole. Il est donc impératif d'utiliser le nom figurant sur ses documents d'identité officiels. "Il peut y avoir du cas par cas, mais les équipes de modération veillent au respect des règles de façon générale, pour assurer une meilleure sécurité", assure-t-elle. "Les gens sont généralement prévenus par e-mail", poursuit-elle, sans pouvoir toutefois confirmer que Michael Anti avait bien reçu un avertissement.

Les personnes utilisant un pseudonyme peuvent mettre en place une page, mais pas un profil personnel, justifie par ailleurs le réseau social. Johnny Hallyday, peut-être l'un des plus célèbres pseudonymes de France, peut pourtant se targuer d'avoir plusieurs dizaines de profils à son nom, vrais ou faux.

Quoi qu'il en soit, de très nombreuses personnes utilisent Facebook avec un pseudonyme, que ce soit pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les équipes de modération ont donc du travail. D'autant plus que pour le réseau social, le problème n'est pas seulement (pas d'abord ?) sécuritaire : ceux qui n'utilisent pas leur vrai nom faussent les bases de données des utilisateurs, que Facebook monnaye à prix d'or auprès des annonceurs publicitaires...