L'Assemblée générale a adopté à la majorité des voix une résolution exhortant à cesser les combats sur le sol syrien. La Russie n'a pas soutenu le document. L'Assemblée générale de l'Onu a réclamé une trêve immédiate en Syrie et en particulier à Alep. Une résolution en conséquence a été adoptée vendredi lors d'une réunion d'urgence sur la situation en Syrie. La Russie s'est opposée au document.

onuuuu
© Google
La Salle de l'Assemblée générale aux Nations Unies

Commentaire : Est-ce que l'Assemblée générale voudrait empêcher l'armée syrienne de gagner la bataille d'Alep ? Pourquoi insiste-t-elle tant pour une trêve quand dans le passé les trêves n'ont pas empêché les civils de se faire tuer par les terroristes ?
Lire : La trêve à Alep s'est révélée inefficace, les civils sont empêchés de sortir


La résolution a recueilli 122 voix pour et 13 contre, alors que 36 pays se sont abstenus de voter. Le texte exige une trêve immédiate en Syrie, un accès à l'aide humanitaire et « la fin de tous les sièges », mais n'a aucune valeur contraignante.

La réunion urgente a été convoquée à la demande du Canada, le document est aussi d'inspiration canadienne.

L'Assemblée générale des Nations unies s'est réunie ce vendredi pour examiner un nouveau projet de résolution visant à instaurer le régime de cessez-le-feu dans la ville syrienne d'Alep. L'idée de se réunir pour examiner cette question est une initiative du Canada, des Pays-Bas, du Costa-Rica et du Japon.

Sur les 193 États-membres de L'ONU, 74 des ont soutenu l'initiative d'organiser une rencontre concernant la Syrie.

Auparavant, la Russie et la Chine avaient bloqué un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sur la situation humanitaire à Alep. Les résolutions de l'Assemblée générale de l'Onu ne sont pas juridiquement contraignantes, comparativement à celles du Conseil de sécurité de l'Onu. Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités