J'ai exploré pas mal de choses pour me soigner du cancer. Fils d'une professeur de piano, ayant joué moi-même de la clarinette pendant 5 ans, je me suis bien sûr intéressé à la musique qui guérit. Y a-t-il des musiques de guérison? Les sons auraient un effet thérapeutique ? La musique pourrait guérir les maladies comme le cancer ? Je vous fais part de ma petite enquête pour répondre à cette question.

© Inconnu
Cet article participe à la radio des blogueurs événement organisé par le blog lolobobo.fr . Le principe: chaque blogueur présente son morceau de musique dans un article. Pour ma part, j'ai choisi de vous proposer une musique new-age à une fréquence qui est supposée guérir: « Temple of silence » de Deuter. Mais parlons d'abord de musicothérapie.

René Egli écrit dans « Le principe LOL²A » :
« La maladie n'est rien d'autre qu'un état vibratoire disharmonieux. Il est donc logique que cette disharmonie puisse être modifiée par d'autres vibrations : la musique, les couleurs, les odeurs, et bien sûr, nos propres pensées... »
Le principe de la musicothérapie

On écoute une vibration spéciale, qui correspond donc à une fréquence (en Hertz symbole Hz) particulière, ce qui a un effet thérapeutique sur les cellules malignes qui rentrent dans le droit chemin.

Moi je veux bien y croire.

Vous connaissez maintenant mon attirance aussi bien pour l'irrationnel que l'approche scientifique. Y croire ok, en être persuadé encore mieux.

Qu'en est-il exactement ?

Chaque son est composé d'ondes sonores produites par la vibration mécanique d'un support fluide ou solide, et qui ont une fréquence que nous pouvons percevoir, au niveau du tympan humain, entre 20Hz et 20 000 Hz.

En-dessous de ce seuil, ce sont des infrasons, au-dessus des ultrasons. Ne pas confondre la fréquence (vibration) et l'amplitude (volume) du son.

Après le tympan, ces vibrations se propagent dans tout notre corps, et tous nos organes.

Pour bien comprendre ce phénomène, pensez aux vibrations des basses que vous ressentez dans votre ventre quand vous entrez en boîte de nuit, ou à un concert.

J'ai, pour ma part, encore le souvenir dans ma mémoire corporelle des « batucadas » (groupes qui jouent des percussions) au Brésil pendant le carnaval et surtout du son assourdissant des grosses caisses quand j'ai pénétré pour la première fois dans le temple du football de Maracana (Stade mythique de Rio qui dépasse les 100.000 spectateurs).

Ce son prenait vraiment aux tripes, tout le corps vibrait à l'unisson des boums-boums, et faisait entrer dans une sorte de transe.

La musicothérapie a-t-elle un effet thérapeutique sur nos organes, sur nos cellules ?

Les fréquences basses sont-elles plus appréciées par notre corps que les fréquences aigues ?
Que disent les recherches et expériences scientifiques ?

Selon une étude ménée par les médecins Leonard G. Horowitz et Joseph S. Puleo, il y a une corrélation fondamentale entre les fréquences des notes de base du solfège et leurs effets sur nos corps.

A l'origine, le solfège a été créé au 11e siècle par le musicien Guido de Arezzo à partir d'un hymne latin, et se composait de 6 notes au lieu de 7, sans la note «Si».



L'étude démontre que le solfège repose donc sur 6 fréquences fondamentales car elles présentent toutes des effets positifs sur le corps humain et notamment sur les chakras:

1. Ut*= 396Hz. chakra racine. Contre la peur et la culpabilité
2. Re = 417Hz chakra sacré. Adaptabilité
3. Mi = 528Hz chakra solaire. Fréquence miracle car elle est capable de réparer l'ADN humain
4. Fa = 639Hz chakra du coeur. Amour, émotions
5. Sol = 741Hz chakra de la gorge. Sociabilité, communication
6. La = 852Hz chakra du 3ème oeil. Intuition et action du subconscient

* devenu do au 17è siècle

Le si correspond au chakra coronal. Spiritualité.

Horowitz et Puleo vont plus loin en créant un algorithme de fréquences, sous la forme d'une étoile de David à 6 branches, en rajoutant les 3 notes du solfège prolongé : si bas (285 hz), si haut (963 hz), do (174hz)


Vous remarquerez que chaque fréquence est un anagramme (de chiffres, ça a peut-être un nom ?) des autres fréquences : 285, 528, 852/ 396, 639, 963/ 174, 417, 741

Ce qui rajoute une dimension mathématique logique ainsi que sacrée à cet algorithme.

Comment la musicothérapie peut-elle utiliser ces découvertes ?

Soit en utilisant une combinaison de fréquences, soit en se concentrant uniquement sur les effets de chaque fréquence en particulier, ce qui est une nouvelle forme de musicothérapie.

On appelle cette dernière la «guérison par fréquence».

Les principes de la guérison par fréquence

La «guérison par fréquence» peut se faire à titre préventif ou comme moyen de guérison.

Dans les deux cas, il s'agit simplement d'écouter des enregistrements de ces fréquences, pour faire résonner le corps avec elles.

A titre d'exemple, écoutez donc le morceau que j'évoquais en début d'article (avec un casque c'est nettement plus impressionnant) qui traite particulièrement la fréquence miracle de 528 Hz. C'est « Temple of silence » de Deuter.


Je trouve cette musique céleste, divine, je l'écoute en boucle depuis deux jours que je prépare cet article, et je ne m'en lasse pas. Certes, ce n'est pas de la grande musique, c'est à la musique classique ce qu'André Rieu est au violon ou Clayderman au piano, mais parfois, un compositeur moderne peut confiner au sublime, et c'est ce qui passe ici à mon sens.

Le chant très pur et cristallin me rappelle ce que j'ai ressenti la première fois où j'ai découvert le « duo des fleurs « dans Lacmé de Delibes que j'adore (notamment le refrain à partir de 1'07″ pour les pressés)


Écoutez ces deux musiques en boucle et vous serez en pleine santé (en tout cas ça peut pas faire de mal comme dirait l'autre)!

Mais revenons à la question de base:

La musicothérapie peut-elle guérir ?

Si la fréquence miracle peut réparer l'ADN, c'est gagné puisqu'on sait maintenant que le traumatisme préalable au cancer induit des modifications dans l'ADN de la personne.

On sait aussi que les bactéries et virus peuvent être anéantis en les submergeant de fréquences auxquelles ils sont sensibles. Chaque bactérie et chaque virus sont réactives à une fréquence-clé qui leur est propre et qui peut les «tuer»: c'est leur tendon d'Achille.

Pensez au film « mars attack », où un ado découvre qu'une musique particulière (« Indian Love Call » de Sam Whitman) fait exploser le cerveau des aliens (dans un gros dégueulis verdâtre pas très ragoutant), ben c'est un peu ça !

La musicothérapie soigne-telle aussi le cancer?

Une étude a été menée à Bristol sur les effets thérapeutiques de la musicothérapie sur un groupe de 29 malades du cancer âgés de 21 à 68 ans.

Les patients écoutaient de la musique enregistrée et de la musique en live dans un état de relaxation.

Les questionnaires qui ont suivi ont mis en évidence au niveau des sensations : une augmentation du bien-être et du niveau d'énergie, ainsi qu'une baisse significative des tensions.

Les données physiologiques ont montré une augmentation d'immunoglobuline A salivaire (qui contribue à une meilleure immunité) et une diminution des niveaux de cortisol (qui témoignent d'une baisse du stress) sur une période de 2 jours après l'expérience.

Des études similaires sur des personnes en bonne santé aboutissant au même résultat, on peut conclure que la musicothérapie est efficace sur le renforcement du système immunitaire et la gestion du stress.