Les rapports sur la crise humanitaire en Syrie, que publient régulièrement les médias mainstream et les organisations internationales des droits de l'homme, ne font que nuire au pays, au lieu d'aider la population civile, fustige le ministère russe de la Défense.

© Inconnu
Des enfants en Syrie
Lors d'une nouvelle conférence de presse, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a vivement critiqué les récents rapports des médias mainstream et des organisations internationales sur la crise humanitaire en Syrie.

« De tels rapports sur la situation actuelle en Syrie, fondés principalement sur des "témoignages d'activistes locaux" dénichés quelque part sur les réseaux sociaux, nuisent davantage à la réputation des organisations internationales et des médias mainstream qui les publient qu'ils ne remédient à la crise humanitaire dans le pays », a souligné M. Konachenkov.

Selon lui, les publications des médias mainstream et des organisations internationales sur le sujet visent « trop explicitement à légitimer une poubelle de leurs propres fakes et mensonges flagrants, qui a absorbé au cours de la dernière année des sommes considérables ».
De tels rapports, poursuit-il, ne peuvent pas remplacer ce dont les Syriens ont vraiment besoin: du pain, des médicaments et un toit sur la tête.
« Si les médias mainstream avaient diffusé des annonces publicitaires plutôt que des "soi-disant" horreurs d'Alep et qu'ils avaient utilisé les bénéficies ainsi acquis pour aider la population civile, il y aurait de nos jours une véritable ville-jardin dans ce pays », a-t-il relevé.

Ce n'est pas la première fois que le ministère russe de la Défense dénonce l'absence d'aide internationale à Alep. À la mi-janvier, le général Igor Konachenkov a constaté que les habitants de la ville ne recevaient pour le moment que l'aide du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, du Comité international de la Croix-Rouge et de la société syrienne du Croissant-Rouge. Le général a en outre souligné que « "l'oubli" soudain par les organisations humanitaires internationales et les médias mainstream de l'aide aux habitants d'Alep ne manquait pas de susciter un certain étonnement ».