Commentaire : Notre environnement moderne est devenu hostile, à tel point que l'on peut considérer maintenant, a priori, que nous ne naissons plus en bonne santé mais diminué, fragilisé, contaminé, carencé de ceci, déficient en cela. Une fois que nous avons accepté cette réalité, nous pouvons comprendre qu'il va falloir lutter activement, en quelque sorte, pour conserver ou récupérer notre capital santé. Dans la panoplie utile à notre quasi-stratégie de survie, l'iode tient une place très importante. Il est un élément indispensable à la bonne marche de tous les processus physiologiques de notre corps et rend possible le bon fonctionnement du superviseur en chef de notre santé qu'est le système endocrinien. L'iode est aussi utile, ponctuellement, pour soigner une multitude de maux, petits ou grands. On gardera malgré tout à l'esprit qu'il convient d'être très prudent quant à son usage et que la règle d'or qui s'applique est celle du dosage progressif, enthousiaste que l'on peut être à constater concrètement l'étendue de ses très diverses propriétés...

Les études scientifiques nous montrent que nous ne métabolisons pas tous l'iode de la même façon, que certaines personnes l'absorbent plus ou moins facilement, alors même que la carence est établie. Cette incapacité ou impossibilité du corps à reconnaitre et absorber ce qui est bon pour lui est probablement due à la pollution de ce dernier par les métaux lourds, les perturbateurs endocriniens, les rayonnement électromagnétiques. Il semblerait qu'il puisse y avoir aussi quelques causes génétiques : certaines populations, grecques par exemple, peuvent transmettre à leurs descendants une prédisposition à une mauvaise absorption de l'iode. Pour pallier aux inconvénients précités, on pourra avoir recours à de hautes doses de vitamine C, par exemple, ou bien utiliser une médecine qui saura redonner au corps le signal ou l'information « oubliée », comme un rappel de ce qu'il sait faire et de ce qu'il doit assimiler : l'homéopathie. Il y aurait peut-être intérêt, par un traitement approprié (T.H.S., iodum) à faire un travail de fond avant la prise d'iode en elle-même, de manière à pouvoir reconstruire cette réceptivité perdue. Le problème étant, à l'heure actuelle, de pouvoir trouver le bon homéopathe qui saura prescrire le similimum, à prendre au bon moment, au dosage judicieux, et de trouver aussi le bon laboratoire qui saura préparer correctement, et avec les meilleures souches, les meilleurs remèdes...

Sur l'iode :

© Inconnu
Nous savons déjà depuis plus de cent ans que nous avons besoin d'un apport supplémentaire en iode ; les gouvernements ont donc commencé à en mettre un tout petit peu dans le sel de table. Cela n'a jamais été suffisant et après l'accident nucléaire de Fukushima, nous en avons besoin de bien plus encore, en raison des rejets d'iode radioactifs dans l'environnement.

Les êtres humains du 21e siècle ont un besoin vital d'iode. Il est la seule médecine pouvant nous tenir éloignés de l'enfer de l'antibiorésistance. Il y a de nombreuses raisons qui font que nous avons besoin d'iode en abondance. Les principales, qui se démarquent nettement et qui font de la supplémentation en iode une médecine de grande importance, sont les suivantes :

1. Effets antibiotique, anti-viral et anti-fongique supérieurs aux antibiotiques. L'iode tue les virus, ce qu'un antibiotique ne fait pas. L'iode tue les champignons et les levures comme le candida, ce qui n'est pas le cas des antibiotiques. En outre, il le fait sans créer des souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les scientifiques constatent également que les antibiotiques permettent aux bactéries de croître plus rapidement au lieu de les tuer ; il est donc presque suicidaire de ne pas employer l'iode comme première ligne de défense dans notre lutte contre les infections.

Salon Magazine a publié récemment : « Plus de 95 pour cent des médecins sont préoccupés par l'antibiorésistance », et c'est le plus important à savoir concernant l'iode : tout le monde devrait en avoir à portée de main, dans la maison, pour une utilisation quotidienne comme pour les urgences. L'iode est supérieur aux antibiotiques, non seulement parce qu'il met à bas les virus et les champignons, mais aussi parce qu'il ne permet pas aux bactéries de lui devenir résistant.

Bien que l'iode tue 90 % des bactéries sur la peau dans les 90 secondes suivant son application, son utilisation comme antibiotique a été tragiquement ignoré. L'iode présente une activité contre les bactéries, les moisissures, les levures, les protozoaires et de nombreux virus ; de toutes les préparations antiseptiques appropriées pour une utilisation directe sur les humains, les animaux et sur les tissus, seul l'iode est capable de tuer toutes les classes d'agents pathogènes : les bactéries à Gram-positif et Gram négatif, les mycobactéries, les levures et les protozoaires. La plupart des bactéries sont tuées dans les 15 à 30 secondes suivant le contact.

Début 2017, près de trois douzaines de personnes aux États-Unis ont été diagnostiqué avec une infection fongique mortelle, hautement résistante aux médicaments et qui s'est rapidement répandue dans le monde. Le champignon est une souche de levure connue sous le nom de Candida auris. Contrairement aux infections des levures communes de jardin, cette maladie provoque de graves infections du sang, se propage facilement d'une personne à l'autre dans les établissements de santé et survit pendant des mois sur la peau et pendant des semaines sur les lits, les chaises et bien d'autres équipements hospitaliers. Certaines souches sont résistantes aux trois grandes classes de médicaments antifongiques. Jusqu'à 60 % des personnes atteintes de ces infections sont mortes. Candida auris ne résiste pas à l'iode.

Les infections virales ont toujours perturbé les médecins parce qu'ils ont oublié à quel point l'iode est efficace contre elles. Le Dr Richard Kunin, après cinquante ans de pratique, a constaté que l'iode détruit le virus de l'herpès. Les lésions orales et génitales sont traitées de cette façon. Les recherches au Massachusetts General Hospital nous signalent que "le VIH a été complètement inactivé et ne pouvait plus se répliquer après l'exposition à une préparation d'iode-povidone, et ce, même à très faibles concentrations."

2. Importance de l'iode pour la prévention et le traitement du cancer. L'iode est indispensable pour la protection contre le cancer de la thyroïde, le cancer du sein, le cancer de l'ovaire et le cancer de la prostate : toutes ces glandes contiennent de l'iode en plus haute concentration que les autres tissus. Les carences en iode laissent ces glandes vulnérables. L'iode est également indispensable pour traiter n'importe quoi sur la peau, même le cancer de la peau, principalement parce qu'il tue, par le contact, tout ce qui ne lui appartient pas.

Les tissus mammaires contiennent les troisièmes concentrations les plus élevées du corps en iode, de sorte que les déficits en iode ont un impact très négatif sur le tissu mammaire. Les déficits en iode couplés au brome et aux autres halogènes toxiques provoquent des maladies fibrokystiques du sein et le cancer du sein. Un apport élevé en iode est associé à un risque moindre de cancer du sein. Une faible consommation d'iode est associée à un risque du cancer du foie. L'iode est idéal pour traiter le cancer de la peau. Ceci est juste la pointe de l'iceberg concernant l'importance de l'iode pour les patients atteints de cancer.

3. L'iode protège contre l'iode radioactif. Pour prendre conscience à quel point cela est important, il faut comprendre la menace que représente la radiothérapie. Le Dr John W. Gofman, professeur émérite de biologie moléculaire et cellulaire à l'Université de Californie à Berkeley, a beaucoup écrit et fait des efforts visant à minimiser la menace des rayonnements de faible intensité. Les personnes associées aux industries nucléaire et médicale affirment à tort "qu'il n'y a aucune preuve que l'exposition à de faibles doses de rayonnement provoque un cancer - le risque n'est que "théorique" ou "le risque est totalement négligeable" ou "les expositions accidentelles étaient inférieures au niveau sécuritaire" et même "il existe des preuves raisonnablement bonnes que l'exposition à de faibles doses de rayonnement est bénéfique et abaisse le taux de cancer". Selon toutes les normes raisonnables de la preuve scientifique, le poids des expériences humaines démontre clairement que le cancer est inductible par ionisation, même aux expositions les plus faibles - ce qui signifie que le risque n'est jamais théorique.

Différents isotopes d'iode radioactif, l'un avec une demi-vie incroyablement longue, ont été rejeté dans l'environnement à cause de la fusion des réacteurs de Fukushima. Les adultes et les enfants déficients en iode sont des cibles faciles pour ces cousins radioactifs, en particulier s'ils consomment des produits laitiers car l'iode radioactif, qui a contaminé l'herbe que le bétail mange, remonte la chaine alimentaire et vient frapper à notre porte.

4. Le besoin indispensable d'iode pour notre métabolisme. La vie humaine n'est pas possible sans lui. Une réalité importante, donc, pour chaque cellule de notre corps.

5. Son rôle dans la production d'hormones. L'iode aide à synthétiser les hormones thyroïdiennes et prévient à la fois l'hypo et l'hyperthyroïdie. Une surabondance d'iode renverse l'hypo et l'hyperthyroïdie. La capacité de l'iode à relancer la sensibilité hormonale semble améliorer significativement la sensibilité à l'insuline. L'iode attache aux récepteurs de l'insuline et améliore le métabolisme du glucose. L'iode est le meilleur support nutritionnel pour votre thyroïde. Votre thyroïde contrôle votre métabolisme et l'efficacité de votre métabolisme est directement liée à celle de votre système immunitaire. [1]

6. Son rôle dans le système immunitaire. La capacité du corps à résister aux infections et aux maladies est entravée par une carence à long terme en iode. Une mauvaise réponse immunitaire est directement liée à une déficience de la fonction thyroïdienne ; une carence en iode peut affecter grandement le système immunitaire parce que de faibles niveaux d'iode causent des problèmes à la glande thyroïde.

L'iode purifie l'eau et fait de même pour le sang. Il purifie la circulation sanguine dans tout le corps (chose que fait également la thyroïde toutes les 17 minutes), ce qui signifie qu'avec des niveaux suffisants d'iode, surtout chez les enfants, on garde le corps libre de pathogènes et les vaccins ne sont donc plus nécessaires ! Le rôle véritable de l'iode, en tant que composant de la moitié du système immunitaire du corps, n'a pas encore été compris par les médecins mais se devrait de l'être, surtout à une époque où la race humaine est menacée par l'antibioresistance, la mycorésistance et la résistance des virus aux médicaments.

L'iode est accumulé pendant la phagocytose qui est le processus d'engloutissement et d'ingestion de bactéries et d'autres corps étrangers par notre corps lui-même. L'iode est lié aux bactéries et aux protéines, créant des iodoprotéines comprenant la monoiodotyrosine (T1). Parfois, les hormones thyroïdiennes sont utilisées comme source d'iode.

Le Dr Gabriel Cousens énumère d'autres fonctions importantes de l'iode. Celui-ci offre des douzaines d'applications sous-utilisées et devrait toujours être inclus dans le traitement ou la prévention des maladies. Autrement dit, il n'y a pas de bactéries, de virus ou d'autres micro-organismes qui peuvent survivre ou s'adapter à un environnement riche en iode.
1) L'iode prévient des maladies cardiaques.

2) L'iode élimine les halogènes toxiques du corps (y compris l'I-131 radioactif).

3) L'iode combat l'apoptose.

4) L'iode active les récepteurs hormonaux et aide à prévenir certaines formes de cancer.

5) L'iode protège la fonction ATP et améliore la production d'ATP.

6) L'iode empêche les maladies fibrokystique du sein.

7) L'iode diminue les besoins en insuline chez les diabétiques.

8) L'iode aide à la synthèse des protéines.

9) La carence en iode constitue une menace pour la santé mondiale.

10) L'iode détruit les pathogènes, les moisissures, les champignons, les parasites et le paludisme.

11) L'iode est nécessaire, avec l'utilisation de téléphones sans fil, des téléphones cellulaires et maintenant compteurs intelligents, pour prévenir l'hypothyroïdie.

12) L'iode favorise le bon déroulement de la grossesse (car le fœtus subit plus d'apoptose qu'à tout autre stade de développement).

13) L'iode régule la production d'œstrogène dans les ovaires.

14) L'iode est anti-mucolytique (ce qui signifie qu'il réduit la catarrhe du mucus).

15) L'iode neutralise les ions hydroxyles et hydrate les cellules.

16) L'iode nous rend plus intelligents.

17) Des doses élevées d'iode peuvent être utilisées pour les plaies, les escarres, les douleurs inflammatoires et traumatiques, et la restauration de la croissance des cheveux lorsqu'on les applique par voie topique.

18) L'iode aide à diminuer les cicatrices tissulaires, les formations chéloïdes et les contractures de Dupuytren et Peyronie, qui sont des conditions hyper-cicatricielles.

19) Des doses élevées d'iode peuvent être utilisées pour inverser certaines maladies.

20) L'iode soutient le développement spirituel.
J'ai toujours recommandé l'iode liquide sous forme d'iode Nascent, que je recommande pour les enfants et les patients sensibles à l'iode qui ont besoin de commencer à des doses très faibles, et l'iode de Lugol, qui existe depuis près de deux siècles. Des formes solides sont aussi disponibles.

Traduction : SOTT