Des hommes ont ouvert le feu à l'intérieur du Parlement iranien, et un kamikaze s'est fait exploser au mausolée de l'ayatollah Khomeiny à Téhéran, faisant deux morts et des blessés, ont annoncé les médias d'État.
© AFP
Attaque terroriste au Parlement iranien
Certaines agences de presse font état d'un seul homme armé dans l'enceinte du Parlement iranien, mais d'autres parlent de trois hommes armés de fusils et d'un pistolet. Citant des informations provenant des médias d'État iranien, les agences AFP et Reuters ont rapporté qu'un kamikaze s'est également fait exploser à l'intérieur du Parlement.

Selon l'agence Fars news, un assaillant a ouvert le feu contre des gardes de sécurité à l'intérieur du parlement avant de s'échapper du bâtiment et prendre la fuite.



Les agences Isna et Fars ont indiqué que quatre personnes avaient été touchées, dont un membre des corps des Gardiens de la révolution - le corps d'élite de l'armée iranienne - qui a plus tard succombé à ses blessures.

Un incident au mausolée de Khomeiny

Au même moment, les agences de presse Irib et Fars ont rapporté qu'un homme armé avait fait irruption dans le mausolée du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Khomeiny, situé dans le sud de Téhéran, et ouvert le feu sur plusieurs personnes.

Elles ont ensuite précisé que l'homme s'était fait exploser faisant des blessés. Selon l'agence de presse Isna, il y aurait un mort, mais il pourrait s'agir du kamikaze.
L'Iran chiite aide militairement le régime syrien face aux rebelles et au groupe djihadiste sunnite Daesh. Il soutient également le gouvernement irakien dans sa lutte contre les groupes djihadistes. Des conseillers militaires et des volontaires iraniens mais aussi afghans et pakistanais épaulent les armées irakienne et syrienne sur le terrain.
Ces dernières années, les autorités iraniennes ont affirmé à plusieurs reprises avoir arrêté des « terroristes » qui cherchaient à mener des attaques contre Téhéran et d'autres grandes villes du pays. Depuis quelques mois ont régulièrement lieu des attaques, menées par des groupes extrémistes sunnites, dans la province de Sistan Balouchistan ( sud-est ) et au Kurdistan ( nord-ouest ).