Le gouvernement israélien réuni en format restreint a décidé dans la soirée du 11 juin de réduire de trois quarts d'heure l'approvisionnement quotidien en électricité de la bande de Gaza, dont les habitants ne reçoivent au mieux que trois ou quatre heures de courant par jour.
palestine
© Mohammed Salem
Des Palestiniens dans une rue de Gaza lors de la coupure de courant
Gilad Erdan, ministre israélien de la Sécurité intérieure, a confirmé l'information sur la radio militaire en la justifiant par les dissensions qui minent les différents courants palestiniens. Pour lui, il s'agit du corollaire d'une décision de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, rivale du Hamas, qui a décidé de réduire de façon significative ses paiements pour l'électricité qu'Israël livre à Gaza. « Il serait illogique qu'Israël paye une partie de la facture », a-t-il précisé.

Interrogé sur le fait que cette pénurie d'électricité puisse provoquer une nouvelle confrontation avec Israël, Gilad Erdan s'est voulu rassurant. « Il n'est pas sûr que cela provoque un affrontement militaire, il se peut que les Palestiniens commencent à comprendre la catastrophe que représente pour eux le Hamas », a-t-il dit.

Reste qu'une réduction de la livraison de courant aux deux millions de Gazaouis vivant reclus dans la bande de Gaza fait craindre de nouvelles tensions dans l'enclave où Israël et le Hamas, son ennemi, se sont livrés à trois guerres depuis 2008.

Le Hamas a évincé l'Autorité palestinienne dans la bande de Gaza en 2007. L'Autorité, censée préfigurer le gouvernement d'un futur Etat palestinien, n'exerce plus ses prérogatives qu'en Cisjordanie occupée, séparée de la bande de Gaza par le territoire israélien. Toutes les tentatives de réconciliation ont échoué mais l'Autorité palesitienne continue à payer le courant qu'Israël délivre aux Gazaouis.

Israël et l'Autorité palestinienne coopèrent dans différents domaines en dépit de la persistance du conflit israélo-palestinien. En revanche, Israël considère le Hamas comme une organisation terroriste et soumet la bande de Gaza à un rigoureux blocus.

Dans un contexte de crise humanitaire et de marasme économique permanents, l'alimentation en électricité est une préoccupation primordiale dans ce territoire qui borde le désert, a fortiori en plein ramadan et à l'approche de l'été.

Selon des informations israéliennes, en avril, l'Autorité palestinienne a décidé de cesser de payer l'électricité pour Gaza. Le Hamas avait alors dénoncé une « décision catastrophique » aux conséquences «dangereuses». L'Autorité avait également réduit la rémunération des fonctionnaires du Hamas dans l'enclave, provoquant une vague de colère et de manifestations. L'Autorité chercherait à faire pression sur le Hamas.