À l'approche du sommet du G20, une action anticapitaliste baptisée « Bienvenu en enfer » a traversé les rues de Hambourg avant de dégénérer en heurts entre la police et les manifestants.

© Michael Rass
Quelque 12.000 personnes, anticapitalistes, anarchistes et simples citoyens ont participé ce jeudi à une action destinée à manifester le mécontentement de certains à l'égard de la politique capitaliste et globaliste du G20. Comme l'indiquent des médias locaux, les manifestants ont commencé à jeter des pétards et d'autres projectiles sur les forces de l'ordre et des nuages de fumée s'élèvent au-dessus des lieux des affrontements.

La police de la ville a affirmé sur Twitter avoir essuyé des jets de bâtons et de bouteilles. Pour disperser le cortège baptisé « Bienvenu en enfer », les forces de l'ordre ont dû faire usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau.



Une fois les individus encagoulés séparés du reste des participants, l'action « infernale » pourra reprendre, a annoncé la police. La décision de les séparer a été prise quand les personnes encagoulées ont refusé d'enlever leurs masques.


Par la suite, certains manifestants ont commencé à incendier des voitures présentes sur leur chemin.

Une manifestation internationale anticapitaliste baptisée « Bienvenu en enfer » s'est tenue à la veille du sommet du groupe G20 dans la ville allemande de Hambourg. Selon les participants, il ne s'agit que de la première de la série de 30 actions de protestation prévues durant le sommet.

Mercredi, la ville a vécu une autre action baptisée «1.000 figures », une protestation silencieuse contre le sommet du G20, la globalisation et l'échec de résoudre les problèmes climatiques.