Article originel : Syrian rebels alarmed by reports covert CIA aid will end
Financial Times

Traduction SLT

Les rebelles syriens dépendants de l'aide étatsunienne dans leur combat contre le régime de Bachar Al-Assad ont réagi avec inquiétude et incrédulité aux informations selon lesquelles le président Donald Trump a décidé d'arrêter le programme secret de la C.I.A. armant et formant les forces d'opposition.

Pendant presque quatre ans, des rebelles syriens se sont accrochés à un programme d'aide de la C.I.A. comme un symbole du soutien étatsunien dans leur bataille contre le régime de Bachar Al Assad.

Aussi lorsqu'il est rapporté que l'administration de Donald Trump arrêtera le plan limité pour armer et former les forces de l'opposition de la Syrie, cela a provoqué la colère et la confusion chez les rebelles.

Les rebelles disent qu'ils n'ont pas été informés du changement de la politique organisée par Barack Obama en tant que président des Etats-Unis en 2013 dans le cadre des efforts pour faire pression sur le président de la Syrie et favoriser un règlement politique. Le soutien principal d'Assad, la Russie, a longtemps insisté pour que les Etats-Unis cessent leur soutien.

Selon un rapport d'abord publié par le journal du Washington Post, Trump a décidé le mois dernier d'arrêter le financement du programme de la C.I.A. Un officiel étatsunien a déclaré à Reuters que les USA ne faisaient pas de concession majeure, étant donné l'emprise d'Assad sur le pouvoir, bien que certaines zones de la Syrie lui échappent, "mais c'est un signal à Poutine que l'administration veut améliorer ses liens avec la Russie".

Des rebelles contactés par le Financial times déclarent que leurs interlocuteurs de la C.I.A. n'ont pas confirmé de changement concernant la politique de soutien secret de la part des USA. La Maison Blanche n'a pas confirmé que le programme avait été annulé.

"Jusqu'à présent, rien n'est confirmé. Il n'y a eu aucun changement sur le terrain. Quand nous avons parlé aux partis concernés [dans la salle des opérations] ils ont aussi été étonnés par ces information," a déclaré Hassan Hamadeh, le commandant de la Division 101, un groupe rebelle. "La collaboration est en cours et tout est arrivé normalement."

Un commandant rebelle qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré que le soutien étatsunien avait décru depuis quelques mois, mais a noté que les rebelles ont reçu leurs salaires usuelles le mois dernier. Cependant, il pense que la décision est définitive. "Le soutien de la C.I.A. est terminée" a déclaré le commandant rebelle.

Une figure importante de l'opposition qui travaille étroitement avec le département d'État a déclaré que les officiels étatsuniens avaient fait comprendre à une réunion cette semaine que l'administration Trump déploierait une nouvelle orientation de la politique syrienne de Washington dans les prochains mois.

Beaucoup dans l'opposition ont spéculé que la décision n'a pas été prise le mois dernier, comme rapporté, mais plus récemment pendant les réunions du président Trump avec le président russe Vladimir Poutine au sommet du G20 ce mois. Les officiels étatsuniens qui ont été contactés par le Washington Post ont déclaré que la décision avait été prise bien avant cette réunion.

"On ne peut pas savoir avec certitude ce qui est arrivé, ou quand, mais ceci est clairement un effort étatsunien pour améliorer les relations avec la Russie," a déclaré le commandant rebelle.

Depuis que Trump est entré en fonction, sa politique en Syrie a changé plusieurs fois. Il a commencé sa présidence en jurant de terminer le soutien US envers l'opposition, mais il a été ensuite le premier président d'un pays occidental à bombarder Bachar Al Assad en réponse à une attaque à l'arme chimique. Ceci avait stimulé l'opposition qui espérait qu'il se révélerait être une figure plus puissante contre le gouvernement syrien que son prédécesseur, Barack Obama.

Le programme, financé par des services de renseignements internationaux de pays occidentaux, des États du Golfe et de la Turquie, avait longtemps été perturbé par des rivalités rebelles et des querelles entre les états donateurs. Le financement de la C.I.A. pour des groupes rebelles considérés comme des idéologues modérés, est allé envers deux types d'opérations soutenues internationalement - une basée en Jordanie pour aider les rebelles au sud et une basée en Turquie pour diriger l'aide aux rebelles au nord.