Selon un bilan provisoire, 312 personnes ont trouvé la mort lundi 14 août lors de gigantesques coulées de boue dans plusieurs quartiers de Freetown, la capitale de la Sierra Leone. D'après la Croix-Rouge locale, ce bilan pourrait encore s'alourdir.
© Volontaires de la Society 4 Climate Change Communication Sierra Leone
La capitale sierra-léonaise sous les eaux, après les pluies diluviennes dans la nuit de dimanche 13 à lundi 14 août 2017.
Des rues transformées en véritables torrents, des corps sans vie maculés de terre, des maisons emportées par des coulées de boue... Les images diffusées par les médias locaux montrent l'ampleur de la catastrophe, après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale sierra-léonaise dans la nuit de dimanche 13 à lundi 14 août.


Dans les décombres, près de 312 cadavres ont déjà été recensés, d'après le nouveau bilan transmis à l'AFP par Patrick Massaquoi, un porte-parole de la Croix-Rouge à Freetown. Selon des journalistes présents sur place, une partie de la colline surplombant le quartier de Régent, dans la banlieue sud de la ville, s'est effondrée en début de matinée sur des habitations.


Un journaliste de l'AFP a également vu des corps de victimes récupérés par des habitants et des maisons submergées par des coulées de boue dans deux quartiers de la ville, où des rues ont été envahies par l'eau.

Le bilan de ces inondations, qui font d'ores et déjà partie des plus meurtrières en Afrique au cours des 20 dernières années, pourrait encore s'alourdir dans les prochaines heures, a indiqué Patrick Massaquoi.



La Sierra Leone est régulièrement la proie d'inondations, dans lesquelles des habitations précaires sont emportées par des pluies torrentielles. En septembre 2015, des inondations avaient ainsi fait dix morts et des milliers de sans-abris.