Une attaque terroriste effectuée au couteau s'est déroulée à la gare Saint-Charles, à Marseille, ce dimanche 1er octobre, vers 14 heures. Deux passantes ont été tuées. L'assaillant a été également abattu par les militaires présents dans le cadre de l'opération Sentinelle.
© Claude Paris/AP/SIPA
Attaque terroriste à Marseille
Selon une source policière, il aurait crié "Allah Akbar" au cours de son action.
Selon les premières informations, une femme aurait été égorgée, l'autre poignardée. L'assaillant aurait entre 25 et 30 ans et "serait d'origine nord-africaine".

L'homme "est connu des services de police pour des faits de droit commun"."Son identité est encore en cours de vérification mais ses empreintes le rattachent à des faits de droit commun", expliquent diverses sources policières.

La première victime, qui a 17 ans, se trouvait sur un banc quand elle a été attaquée à la gorge puis poignardée à de multiples reprises. La seconde, âgée d'une vingtaine d'années, a été touchée au niveau du ventre.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête ce dimanche. L'enquête, ouverte notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique", a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.

Le président de la République Emmanuel Macron s'est dit sur Twitter "profondément indigné par cet acte barbare". Le Premier ministre Edouard Philippe a exprimé "sa colère et son indignation" dans un communiqué en rappelant que le gouvernement avait réaffirmé le 14 septembre son engagement dans la pérennisation du dispositif Sentinelle.

La police nationale a demandé sur les réseaux sociaux d'éviter le secteur toute l'après-midi. Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, s'est rendu sur place. "Cet acte pourrait être de nature terroriste mais à cette heure on ne pourrait l'affirmer", a-t-il déclaré. En revanche, Jean-Claude Gaudin, le maire (LR) de Marseille, se veut moins pusillanime : "Je pense moi réellement qu'il s'agit d'un attentat", a-t-il lâché.

Le trafic ferroviaire au départ et à destination de la gare de Marseille Saint-Charles, théâtre de l' attaque, a partiellement repris dimanche en fin d'après-midi.