La nuit d'Halloween, du 31 octobre au 1er novembre 2017, a été agitée dans les quartiers sensibles de Toulouse et à Muret. 25 faits de violences urbaines ont été dénombrés.

© Illustration / Sdis
5 faits de violences urbaines ont été signalés dans la nuit du mardi 31 octobre au mercredi 1er novembre 2017 à Toulouse et au Muret.
Ce fut un Halloween agité pour les pompiers de Toulouse, dans la nuit du mardi 31 octobre au mercredi 1er novembre 2017. Plusieurs incidents ont éclaté dans les quartiers sensibles de la ville rose. 25 faits de violences urbaines (feux de voitures, de containers ou de poubelles) ont été signalés aux pompiers. Une quinzaine de voitures ont été détruites.

De 18 h à 4 h du matin

La première alerte a été reçue par les pompiers à 18 h 25 mardi chemin de Bagatelle. Les événements se sont terminés aux alentours de 4 h seulement. Selon les informations d'Actu Toulouse, les incidents ont éclaté après l'interpellation dans l'après-midi, mardi, d'un homme qui avait plus tôt refuser d'obtempérer avec les forces de l'ordre. Des policiers ont été caillassés.

Alerte orange violences urbaines activée

Les interventions des secours se sont faites sous alerte orange « violences urbaines ». C'est-à-dire que les pompiers travaillaient en synergie avec la police qui devait sécuriser les opérations.

Le métro fermé toute la nuit

La station de métro Empalot a dû être fermée peu après 20 h. À la vue de la tournure des événements, elle n'a plus été desservie par le métro jusqu'à la fin du service. Une voiture était notamment en feu tout près de ses portes. Un bus Tisséo a aussi été « attaqué », selon une source policière.

Des interventions au Muret aussi

Au-delà de Toulouse, d'autres feux sont à signaler dans le département de la Haute-Garonne, notamment à Muret, Eaunes et Labastidette. « C'est une nuit où il y a eu plus de feux de voitures que d'habitude », explique-t-on chez les pompiers. À la police, on parle d'un « phénomène national » avec des incidents du même type dans plusieurs autres villes de France. Aucune interpellation n'a été opérée.

Des précédents

Déjà dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 octobre 2017, plusieurs feux de voiture étaient à déplorer dans les quartiers de la Reynerie et d'Empalot. Des incidents qui, a priori, faisaient suite à la pose dans la journée d'une caméra de surveillance.