L'affaire a été rouverte en 2015 après que Peter Booth a vu sur Facebook une photo de son frère et de son beau-père qui l'a tué en 1968.

capture image itv

C'est cette photo qui a poussé Peter Booth à raconter une nouvelle fois ce qu'il a vu lorsqu'il avait 3 ans (capture d'image itv)


Commentaire : Un cas qui est hélas loin d'être rare, encore de nos jours.


En 1968, Paul Booth, un petit garçon de 19 mois, décédait à Stockton, en Angleterre, à cause d'une grave blessure au cerveau provoquée par une fracture du crâne. Quarante-neuf ans plus tard, son beau-père David Dealove a été condamné à perpétuité pour le meurtre de l'enfant.

Âgé désormais de 71 ans, David Dearlove avait prétendu que le petit Paul, le fils de sa compagne, était tombé du lit et s'était blessé à la tête.

Le grand frère de Paul, Peter, qui avait trois ans lors des faits, avait pourtant vu ce qui s'était réellement passé, raconte le Guardian. Mais Peter ne réalise pas qu'il a assisté au meurtre de Paul. Dans les années 1990 et 2000, il raconte bien sa version des faits à la police, explique la BBC. Sans résultat.


Commentaire : Quand va-t-on enfin prendre en compte la parole de l'enfant ?


En 2015, Peter Booth sort de ses gonds lorsqu'il tombe sur une photo publiée par le fils de David Dearlove sur Facebook. Sur le cliché en noir et blanc, Dearlove tient Paul Booth sur ses genoux. Après savoir vu cette image, Peter décide de retourner voir la police et leur raconte comment son beau-père a en réalité jeté son petit frère contre la cheminée.


Commentaire : Saluons le courage et la ténacité de Peter. Sa conscience a remporté sur sa résignation et a dû lui permettre l'extériorisation d'un évènement lourd à porter.


David Dearlove denied Paul Booth's murder for almost 50 years. But everything changed in 2015 when Paul's brother Peter saw this picture and went to the police.https://t.co/anSnP5FUwApic.twitter.com/bppRbIaYKn

- Jessica Nevin (@Jess_Nevin) 1 décembre 2017
David Dearlove a toujours nié

Son témoignage concorde avec des ecchymoses retrouvées sur le corps de la victime, en particulier sur ses chevilles, et il conduit cette fois à l'arrestation de David Dearlove, désormais retraité. Deux ans après le drame, Dearlove s'est séparé de la mère de Peter et Paul, aujourd'hui décédée.

Près d'un demi-siècle après la mort du petit garçon, David Dearlove, qui a toujours nié les accusations portées contre lui, a été condamné à la prison à vie, avec une peine incompressible de 13 ans. Aujourd'hui « Paul serait un homme, sans doute marié et aurait probablement des enfants. Cependant, tristement, Paul n'a pas pu vivre sa vie à cause de l'acte cruel de David Dearlove, un homme qui était supposé prendre soin de lui et veiller sur lui », a réagi sa famille dans une déclaration à l'issue du verdict.

« Satisfaite que la justice ait été rendue », la famille a remercié les enquêteurs pour leur travail. En sortant du tribunal, l'inspecteur Mark Dimelow a rendu hommage à la famille de Paul et aux témoins, saluant leur « courage pour avoir vécu de nouveau ces événements près de 50 ans après ».