C'est la deuxième fois en deux mois qu'ils descendent dans la rue pour réclamer la restitution par la Belgique du corps de Patrice Lumumba, héros de l'indépendance congolaise, assassiné. Début octobre, ils avaient posé un cercueil vide devant la représentation diplomatique belge. Ils ont profité de la visite du ministre belge des Affaires étrangères à Kinshasa pour renouveler le même message.
lumumba
© AFP
Patrice Lumumba ( à droite en chemise blanche ) lors de son arrestation avec ses compagnons en décembre 1960 à Léopoldville ( actuelle Kinshasa ). Il a été assassiné le 17 janvier 1961.
« J'ai constaté ce matin que toutes les manifestations n'étaient pas interdites », a ironisé le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, présent à Kinshasa le 27 novembre pour l'inauguration de la nouvelle ambassade de son pays dans la capitale congolaise.

Aucun officiel congolais n'a fait le déplacement, mais une centaine de manifestants se sont invités à la cérémonie pour réclamer « la justice au sujet de l'assassinat de Patrice Lumumba », héros de l'indépendance congolaise, assassiné en 1961.

« Belgique assassin... Belgique Assassin », scandaient les manifestants. Ils se réclament d'une association congolaise dénommée Lisanga Lumumba.
« On a vu un Belge brandir la dentition de Lumumba à la télévision en affirmant qu'il détient deux dents de Lumumba. Avoir les dents, cela signifie avoir aussi tout le reste du corps. C'est pour cela que nous sommes venus réclamer auprès des Belges le rapatriement du corps de Lumumba. Il a été prouvé que les Belges ont bel et bien assassiné Patrice Lumumba », explique un manifestant à la BBC.
Gérard Soete, le «fossoyeur» belge de Lumumba

L'homme dont il est question est un ancien commissaire de la police belge dénommé Gérard Soete. Après avoir gardé le secret durant quarante ans, il avait avoué dans un documentaire diffusé à la télévision, avoir, avec l'aide son frère, découpé à la scie et dissous dans l'acide le corps de Patrice Lumumba.

« Il ne fallait pas que les partisans de Lumumba trouvent une tombe où venir en pèlerinage. Je devais me débrouiller tout seul. Des autorités belges étaient sur place. Elles ne m'ont pas dit de ne rien faire », avait-il précisé, avant de révéler un autre secret. Il avait affirmé avoir gardé en souvenir, des dents arrachées à la mâchoire du leader congolais assassiné.

« Les deux dents de Lumumba? Je les ai longtemps gardées, mais... je les ai jetées dans la mer du Nord, elles sont maintenant à dix milles de la cote. Personne ne les retrouvera plus jamais », avait-il révélé dans une interview à l'AFP le 15 mai 2001.

Son témoignage repris dans le film de Michel Noll - Une mort de style colonial, l'assassinat de Patrice Lumumba - avait suscité un tollé à Kinshasa mais aussi en Belgique où une commission d'enquête parlementaire avait été mise en place pour éclaircir l'implication éventuelle des responsables belges dans ce crime. Les conclusions de l'enquête n'ont abouti à rien de concret.



Aujourd'hui, aucune trace d'éventuels restes du leader congolais assassiné n'a jamais été trouvée depuis le témoignage de celui qui affirme l'avoir fait disparaître.

Interpellé à Kinshasa par les jeunes de l'association Lisanga Lumumba, le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, a tenté de les rassurer sur la volonté de son pays de poursuivre le dialogue sur cette délicate question. Il a indiqué que son ambassadeur prendra contact avec leurs représentants.

Interrogés par le correspondant de la BBC à Kinshasa, les manifestants assurent qu'il n'y a aucune manipulation derrière leur action qui vise à obtenir la justice sur l'assassinat de Patrice Lumumba. Un message destiné à ceux qui voient derrière leur démarche la main du pouvoir congolais dont les relations avec la Belgique ne cessent de se détériorer.