red sprites april 4 2018
© Martin Popek
Deux sprites rouges, phénomènes optiques transitoires apparaissant sous forme d'éclairs lumineux rouge-orange, ont été enregistrés sur la République tchèque le 4 avril 2018, marquant le début de la saison des sprites 2018 dans l'hémisphère nord.

Le photographe chanceux de cette saison était encore une fois le bien connu Martin Popek qui les a capturés au-dessus des tempêtes sur l'ouest de la Tchécoslovaquie le 4 avril sous l'amas d'étoiles des Pléiades :

Comme les sprites sont associés aux orages, ils ont tendance à se produire à la fin du printemps et en été. Cependant, l'Europe occidentale et centrale a enregistré plus de 100 000 coups de foudre au cours des 48 dernières heures. C'était suffisant pour produire des sprites et nous permettre de les photographier.

"Les sprites sont un véritable phénomène de météorologie", a expliqué Oscar van der Velde, scientifique spécialiste des éclairs de l'Université technique de Catalogne en Espagne. "Ils se développent en plein air à environ 80 km d'altitude, croissant dans les deux sens, d'abord vers le bas, puis vers le haut. Cela se produit lorsqu'un éclair puissant extrait beaucoup de charge d'un nuage jusqu'à la surface de la Terre. Les champs électriques [se propagent] jusqu'au sommet de l'atmosphère terrestre - et le résultat est un sprite. Le processus complet prend environ 20 millisecondes."


Des sprites ont été observés depuis les années 1800, bien que rarement visibles depuis le sol. Les pilotes d'aéronefs ont commencé à signaler la présence de sprites dans les années 1950 et 1960, mais ils n'ont été officiellement identifiés qu'en 1989, lorsque la navette spatiale (STS-34) a enregistré les éclairs alors qu'elle passait au-dessus d'un orage dans le nord de l'Australie.

Les sprites et autres phénomènes, y compris les elfes - qui provoquent un éclair de lumière d'une milliseconde qui remplit tout le ciel nocturne dans un rayon de 100 kilomètres (62 milles) autour de la foudre - suscitent beaucoup d'intérêt en raison de leurs champs électriques puissants et de leurs impulsions électromagnétiques qui peuvent interagir avec l'ionosphère et la magnétosphère de la Terre.

Certaines études ont montré que certains coups de foudre pourraient être associés à des flashs de rayons gamma terrestres (TGF), des explosions intenses de rayons gamma d'une durée d'environ un milliseconde qui sont émis dans l'espace à partir de la haute atmosphère. Les scientifiques pensent que les électrons se déplaçant à la vitesse de la lumière dispersent les atomes et décélèrent juste au-dessus des nuages orageux, émettant des TGF.
Un groupe de scientifiques, avec l'aide de la télévision japonaise NHK, a recherché des sprites pendant deux semaines à l'été 2011 et les a filmés.

Crédit vidéo : NHK.


Sprites au ralenti

Crédit vidéo : H. H. C. Stenbaek-Nielsen (U. Alaska, Fairbanks), DARPA, NSF.

Traduction Sott. Source.