Trump Net
© Mandel Ngan/AFP/Getty Images
Le premier ministre israélien Netanyahu et le président Trump à la Maison-Blanche en mars 2018.
Lors d'un appel téléphonique l'an dernier avec Bibi Netanyahu, le président Trump a dit quelque chose qui a choqué certaines des personnes qui l'ont aidé à préparer ses documents de briefing pour les conversations. Selon trois sources familières avec l'appel, Trump a demandé sans détour à Bibi s'il se soucie réellement de la paix ou non.

Les détails : Trump faisait pression sur Bibi sur l'importance de conclure un "accord" pour la paix au Moyen-Orient. Il avait lu des reportages sur le projet de Bibi de construire d'autres colonies pour plaire à sa base conservatrice en Israël. Trump pensait que Bibi mettait inutilement en colère les Palestiniens. Ainsi, au cours d'une conversation plus longue, le plus souvent amicale et élogieuse, il a demandé sans détour à Bibi s'il voulait vraiment la paix.

  • Quand Axios a partagé les détails de cette conversation avec la Maison-Blanche avant de la publier, un haut fonctionnaire a déclaré : " Le Président a une relation extrêmement étroite et franche avec le Premier ministre d'Israël et apprécie ses efforts pour renforcer la cause de la paix face à de nombreux défis.
  • Et l'attachée de presse Sarah Sanders a ajouté : "Le président a d'excellentes relations avec un certain nombre de dirigeants étrangers, mais cela ne veut pas dire qu'il ne peut pas être agressif lorsqu'il s'agit de négocier ce qu'il y a de mieux pour l'Amérique.
Entre les lignes : Selon une foule de sources familières avec la pensée du président, Trump considère la politique étrangère comme une question de relations. La façon dont il élabore la politique étrangère américaine dépend presque entièrement de ses relations personnelles avec les dirigeants du monde.
  • Un exemple parfait : Le Royaume-Uni - Bien que Trump ait une grande affection pour la Grande-Bretagne (il y a des terrains de golf, il apprécie la relation spéciale, et s'est appelé lui-même "M. Brexit"), lui et Theresa May ont une relation tendue. Il se cogne au plafond quand il lit qu'elle l'a critiqué. Il n'a donc pas encore visité l'allié le plus proche de l'Amérique, même après les attentats terroristes de l'année dernière à Manchester, bien qu'une source au courant des discussions privées me dise qu'il est " très probable " que Trump visite le Royaume-Uni avant l'été.
  • Autre exemple : Trump trouve que les pratiques et réglementations commerciales du Japon sont très irritantes. Mais il a une grande complicité personnelle avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, et serait probablement beaucoup plus dur pour le pays si leurs relations étaient tendues.
Pourquoi cela est-il important : les interactions des dirigeants étrangers de Trump - souvent improvisées, souvent chaudes et froides, souvent au mépris des conventions diplomatiques et des documents d'information de base - ont déconcerté une grande partie du personnel de sécurité nationale de l'administration.
  • Trump est un franc tireur; il se réfère rarement aux scripts et aux notes, et il dédaigne les longs briefings. Au lieu de cela, il fricote avec des dirigeants étrangers comme il le fait avec ses amis de l'immobilier de Manhattan.
  • Son style improvisé fonctionne parfois à son avantage - il a établi de bonnes relations avec des dirigeants comme Emmanuel Macron et le roi Salman d'Arabie Saoudite - mais cela conduit aussi parfois, à déstabiliser de fidèles alliés comme le Royaume-Uni et l'Allemagne. Et cela donne de l'urticaire aux gens de l'institution de la sécurité nationale - dont beaucoup ont une vision transversale de ces relations.
Un briefing Trump est complètement différent de ceux de ses prédécesseurs. Il ne veut pas de cahiers d'information ou de longs discours sur la politique. Outre les nouvelles du jour, il pose presque toujours les questions suivantes avant la plupart des réunions avec des dirigeants étrangers :
  • Quel est le déficit commercial avec le pays étranger ? Quel est le montant de leurs dépenses militaires et de défense, et dans quelle mesure l'Amérique paie-t-elle leur note ? Et, dans certains cas, combien d'aide étrangère les États-Unis envoient-ils à ce pays ? En termes simples : que faisons-nous pour eux et combien contribuent-ils en retour ?
Une dure leçon que le personnel de Trump a apprise : il faut toujours savoir si le chef d'État qu'il rencontre a dit des choses méchantes à son sujet.
  • Trump était furieux contre son équipe de sécurité nationale pour ne pas lui avoir dit avant sa rencontre de l'année dernière avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, que celui-ci a déclaré pendant la campagne présidentielle que Trump représente une idéologie "maléfique".
  • Lors de la conférence de presse conjointe de Trump avec le leader grec, John Roberts de Fox News a cité les propos brutaux de Tsipras sur Trump. Le président a fait sauter son équipe par la suite pour ne pas l'avoir découvert et ne pas l'en avoir informé à l'avance.
Traduction SOTT. Source.