Une Accélération de tremblements de terre de raison non déterminée a fait peur à l'une des destinations de vacances les plus populaires, les îles Canaries, en prévision de sa haute saison estivale, suscitant des craintes de catastrophes naturelles dévastatrices. Le gouvernement local tient une réunion d'urgence pour discuter de ce qui pourrait arriver.
teide
© INVOLCAN
Le volcan Teide
Au cours des dix derniers jours près de 300 séismes ont secoué le territoire des plus grandes îles de l'archipel des Canaries, Tenerife et Gran Canaria. Selon l'Institut Géographique National Espagnol, le plus puisant, d'une magnitude de 3,2 sur l'échelle de Richter, s'est produit à 35 km du port de Las Palmas de Gran Canaria.

La région abrite le troisième volcan le plus haut du monde, le mont Teide et le parc national du même nom, qui est d'ailleurs l'une des destinations touristiques les plus visitées a cause de ses nombreux volcans.

Les recherches citées par le Daily Star, suggèrent que l'activité sismique a été causée par une faille sous-marine entre les deux principales îles Canaries, ce qui pourrait conduire à une éruption, similaire à la récente catastrophe hawaïenne : le volcan Kilauea a envoyé des coulées de lave dans les maisons voisines, forçant des milliers de personnes à évacuer.

Les craintes que le volcan Teide des Canaries puisse être réactivé et les craintes d'une méga-éruption ont forcé le gouvernement à prépare une réunion d'urgence.
Cependant, le directeur du Réseau sismique national de l'Institut géographique national espagnol, Emilio Carreño, s'adressant à Canary News, a suggéré que ces séismes mineurs étaient d'origine tectonique donc "généralement pas associés à la volcanologie".

"Ce n'est pas inhabituel. En ce moment dans la péninsule, il y a pas mal d'endroits où ces séries sont observées, il est courant pendant un seul mois d'enregistrer entre 100 et 600 tremblements de terre dans des zones comme dans la région de Jódar, ou à Jaén, qui peut en connaître entre 400 et 500 en même temps", a-t-il déclaré aux médias.

Source