Damascus defense
© Unknown
Damas : La défense aérienne syrienne a intercepté de nombreux missiles israéliens.
Lorsque Trump a mis fin à l'accord nucléaire avec l'Iran, il a donné à Israël la chance de déclencher une guerre plus large avec la Syrie. Une précédente simulation israélienne de la situation avait conclu :
La crise créée par l'administration concernant les failles de l'accord nucléaire pourrait être exploitée pour promouvoir des questions plus urgentes pour Israël (principalement le programme de missiles de l'Iran et sa présence en Syrie).
Le gouvernement israélien affirme que le soutien iranien à la Syrie est une menace pour son pays. C'est une prétention bidon. Le Premier ministre israélien Netanyahoo se sert de la "menace iranienne" comme d'un croque-mitaine pour détourner l'attention d'autres questions comme les diverses affaires de corruption envers lui-même.

Au cours des dernières années, Israël a attaqué les positions de l'armée syrienne plus de 100 fois, souvent pour soutenir les "rebelles syriens" alignés sur Al-Qaïda. La Syrie n'a pas répondu car elle était occupée à lutter contre l'invasion Takfiri à l'intérieur du pays. En avril, Israël a fait monter les enchères lorsqu'il a attaqué la base T4 au milieu de la Syrie, d'où les forces russes et iraniennes soutiennent la lutte de la Syrie contre l'ISIS. Des soldats iraniens ont été tués dans l'attaque. La défense aérienne syrienne a abattu au moins un des F-16 israéliens. On pensait que cette destruction de jets israéliens avait établi un nouvel équilibre, mais Israël a continué à faire des provocations.

Mardi, au moment où Trump annonçait la rupture de l'accord nucléaire, Israël a lancé une autre frappe sur ce qu'il prétendait être des missiles iraniens en Syrie visant Israël. La frappe a touché un dépôt de l'armée syrienne.

Quinze soldats, dont certains seraient des Iraniens, ont été tués. Même les médias israéliens ont eu du mal à trouver une excuse pour cette attaque " préventive " illégale :
Même si l'Iran n'avait pas l'intention de lancer des missiles sur Israël mardi, la frappe israélienne présumée est arrivée et a transmis le message suivant aux Iraniens : Vous avez haussé la probabilité d'une attaque contre Israël, alors nous augmentons le niveau de menace, malgré les tensions.
Ce n'est pas à l'Iran de répondre aux frappes israéliennes sur la Syrie. Le gouvernement syrien voulait se venger immédiatement de la frappe de mardi, mais il a été retenu par les craintes des Russes. La Russie a perçu ces provocations comme un piège israélien. Hier, Netanyahoo a visité Moscou. Le président russe l'a averti d'arrêter les provocations. Netanyahoo ne l'a pas écouté.

La nuit dernière, Israël a de nouveau attaqué les positions militaires syriennes à al-Quneitra dans le sud-ouest de la Syrie. Cette fois, l'artillerie syrienne a répondu avec un barrage de plus de 20 missiles contre les positions israéliennes sur le plateau du Golan occupé. Israël a continué son escalade avec 70 frappes contre les positions syriennes.

Cela est confirmé par l'observatoire syrien des droits de l'homme, l'OSDH :
Les bombardements israéliens ont eu lieu juste avant l'aube dimanche après la chute des missiles après minuit, lancés depuis la région d'al-Quneitra et le sud-ouest du Rif Dimashq adjacent aux territoires occupés du Golan, à la suite des bombardements israéliens qui ont eu lieu la nuit dernière et visaient des endroits près de la ville d'al-Ba'ath dans la campagne centrale de Quneitra.



Commentaire : Rappelez-vous que l'OSDH n'est pas une source d'information fiable, il est géré par un seul gars au Royaume-Uni qui n'a jamais été sur place en Syrie.


Israël prétend maintenant qu'il a éliminé la "menace iranienne" en Syrie :
Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré que les forces israéliennes ont frappé " presque toutes les infrastructures iraniennes en Syrie " et qu'aucun objectif n'a été atteint sur les territoires d'Israël.
La revendication du succès est un signal qui indique qu'il ne veut pas aller plus loin :
"J'espère que nous avons terminé cet épisode et que tout le monde a compris", a ajouté Lieberman, soulignant qu'Israël ne veut pas d'escalade, mais "ne laissera personne nous attaquer ou construire une infrastructure pour nous attaquer à l'avenir".
L'éloge propagandiste d'un succès israélien rappelle des affirmations similaires.

Le deuxième jour de la guerre de 2006 au Liban, Israël s'est vanté haut et fort d'avoir détruit "tous les missiles à longue portée du Hezbollah" au cours d'une campagne aérienne de 34 minutes. Mais plus de 100 missiles par jour continuent de frapper Israël, y compris des cibles à Tel-Aviv, loin de la frontière libanaise. Trente et un jours plus tard, Israël a intenté une action en justice pour la paix. Son invasion du Liban a été vaincue. Sa frappe "réussie" contre les missiles à longue portée du Hezbollah avait touché surtout des positions vides.

Le ciblage israélien en Syrie n'est pas beaucoup plus efficace qu'au Liban il y a douze ans.

La Syrie va maintenant continuer à répondre aux attaques israéliennes. Cette fois, elle a limité ses frappes aux positions militaires sur les hauteurs du Golan occupées. Les prochaines frappes iront plus loin. Cette fois, Israël a envoyé sa population dans les hauteurs occupées du Golan dans des bunkers. La prochaine fois, la moitié d'Israël devra peut-être aller dans la clandestinité. Combien de temps Israël pourrait-il supporter cela ?

L'Iran ripostera également en cas d'attaques contre ses forces en Syrie. Mais il n'a pas besoin de le faire à partir de la Syrie. Il existe aussi d'autres moyens que l'envoi de missiles.

Que la Syrie, après bien des souffrances, se venge maintenant des frappes israéliennes, trace une nouvelle ligne de démarcation. Si Israël veut une guerre plus large, il en aura une. La destruction des pays concernés au Moyen-Orient, y compris Israël, pourrait les renvoyer 100 ans en arrière. La Syrie, le Liban et l'Iran pourraient vivre avec cela. Il y a 100 ans, Israël n'existait pas.

Traduction Sott. Source.