Six semaines après les frappes occidentales contre la Syrie, le président syrien a accordé une interview à RT. A cette occasion, il est revenu sur la guerre des mots que lui a livrée Donald Trump, qui l'avait notamment traité d'« animal ».
assad
© Sana/Reuters
Bachar el-Assad
Bachar el-Assad n'a pas de réponse aux insultes de Donald Trump. Interviewé par RT, le président syrien est revenu sur la période de tensions extrêmes, début avril 2018. Les puissances occidentales accusaient alors l'armée syrienne d'avoir fait usage d'armes chimiques dans l'enclave de Douma, dernière poche à l'est de Damas encore sous contrôle de groupes armés djihadistes.

Dans une escalade verbale qui allait aboutir le 14 avril à des frappes des Etats-Unis, assistés par la France et le Royaume-Uni, Donald Trump avait qualifié, comme à son habitude sur Twitter, Bachar el-Assad d'« animal ».

« Ce n'est pas ma façon de parler, par conséquent je ne peux pas utiliser un tel langage », a expliqué Bachar el-Assad au reporter de RT Mourad Gazdiev, poursuivant : « C'est son langage et il le représente .» « Je pense que c'est un principe bien connu selon lequel vous êtes ce que vous dites », a-t-il détaillé ensuite, à l'occasion de cette interview où il a dessiné les perspectives de sortie de conflit en Syrie : « La seule chose qui vous touche, c'est ce que les gens en qui vous avez confiance, avec un caractère posé et réfléchi, qui ont une morale, une éthique [vous disent] », a encore observé le chef d'Etat. Et le président syrien de conclure : « Quelqu'un comme Trump ne touchera rien chez moi. »