manifestation pompiers
© Ouest France
Gilles Bourdouleix a ensuite rapidement quitté les lieux.
En ce jour de Sainte-Barbe, les pompiers de Cholet ont exprimé leur mécontentement. En cause, des problèmes d'effectif.

La cérémonie de la Sainte-Barbe a tourné court à Cholet ce samedi 1er décembre. Il est 10 h 30 à la caserne de Cholet, lorsque celle-ci doit commencer. Des sapeurs pompiers tournent alors le dos aux élus, parmi lesquels Gilles Bourdouleix, maire de Cholet, et Denis Masséglia, député du Maine-et-Loire. Patrice Braud, président du Sdis, était plus particulièrement visé par l'action des pompiers.

« Ce n'est pas acceptable, on n'est pas là pour ces guignoleries » , fustige l'édile, qui a rapidement quitté les lieux.

Protester contre les baisses d'effectifs

La raison de leur acte ? Les soldats du feu continuent de tirer la sonnette d'alarme quant au manque d'effectif, en vain, assurent-ils. « Il est toujours en baisse, s'exclame Yann Leroux, sergent-chef. On veut pousser la hiérarchie à revoir la couverture opérationnelle. »

Quant à Denis Masséglia, il est resté sur place. « Je regrette qu'il n'y ait pas eu la cérémonie » , dit-il. S'il est ensuite allé échanger avec eux, le député reconnaît « manquer de billes » , pour se prononcer davantage sur le sujet qui agite la caserne.

-----