Malgré les appels de nombreuses personnalités à ne pas descendre dans les rues ce samedi suite à la fusillade meurtrière de Strasbourg, les Gilets jaunes ont néanmoins annoncé leur mobilisation pour jouer leur acte 5. Les rassemblements se dérouleront sous haute surveillance avec le même effectif de sécurité que pour l'acte 4.
gilets
© Sputnik
Pour assurer la sécurité, quelque 8.000 forces de l'ordre et 14 véhicules blindés seront mobilisés à Paris, ce qui revient au même dispositif que la semaine dernière.

« Le volume sera du même ordre [que la semaine dernière, ndlr]: 8.000 personnes, à la fois les forces lourdes, c'est-à-dire les compagnies républicaines de sécurité (CRS), des escadrons de gendarmerie mobile et les éléments mobiles, les "chevaux légers"», a déclaré le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, sur RTL.

l a également précisé que 14 véhicules blindés à roue seront déployés dans la capitale.

« On s'adapte à la situation qui pourrait être la pire », a-t-il ajouté.


Des contrôles ont été menés dès vendredi soir pour détecter des individus armés qui viennent à Paris pour en découdre.

La préfecture de police de Paris, la mairie, les enseignes de luxe et les directions d'établissements culturels ont pris des mesures préventives.

Dans le même temps, Paris ne devrait pas être un camp retranché comme la semaine dernière. Michel Delpuech a annoncé que cette fois-ci beaucoup de musées, dont le Louvre, seront ouverts ce samedi.

Emmanuel Macron a annoncé lundi soir une exonération d'impôt et de cotisations sociales en ce qui concerne les heures supplémentaires, reprenant une mesure phare de Nicolas Sarkozy en 2007, laquelle avait ensuite été abrogée en 2012 par son successeur, François Hollande.

Juste après le discours, de nombreux Gilets jaunes ont annoncé leur détermination à poursuivre les blocages, notamment de ronds-points, et ont appelé à un acte 5 de la mobilisation, samedi dans toute la France.