Aéroport, CDG, PAris

Illustration. La militaire appartenait à l’Armée de terre. LP/Yann Foreix.
Lundi, une jeune femme du dispositif Sentinelle a mis fin à ses jours avec son arme de service. Elle avait 24 ans.

Une jeune femme militaire de 24 ans s'est donné la mort lundi avec son arme de service, son fusil d'assaut Famas, dans les locaux de cantonnement temporaires, installés sur la plateforme de l'aéroport de Roissy.

C'est sur ce site que sont hébergés des militaires de Vigipitate. Ses collègues l'ont découverte ce jour-là à 16 heures, morte dans sa chambre.

Enquête en cours

Elle appartenait à l'Armée de terre et elle était originaire de Nouvelle-Calédonie. Elle faisait partie des troupes engagées dans l'opération Sentinelle, déployées pour prévenir et lutter contre les attaques terroristes sur la zone aéroportuaire.

Elle n'a pas laissé de lettre pour expliquer son geste. Une source proche du dossier, indique : « Elle n'était pas retournée sur son île depuis trois ans. Ces femmes militaires font cependant l'objet d'un suivi très étroit. Ces missions statiques sont difficiles. »

Comme le veut la procédure, une enquête pour recherche des causes de la mort a été confiée à la police aux frontières (PAF).