Deux boîtes noires, des échantillons de carburant ainsi que les enregistrements des conversations avec les contrôleurs aériens et les enregistrements de caméras de surveillance ont été extraits du SSJ-100 qui s'est écrasé à l'aéroport moscovite de Cheremetievo, causant la mort de 41 personnes.
avion
© Tatiana Zolotova/TASS
Les enquêteurs étudient plusieurs versions des faits, a déclaré la représentante officielle du Comité d'enquête, Svetlana Petrenko.

Parmi les causes principales apparaissent la qualification insuffisante des pilotes, des régulateurs et des personnes qui ont effectué l'inspection technique de l'aéronef, le dysfonctionnement des systèmes de l'avion et les conditions météorologiques défavorables.

Le commandant de bord, Denis Evdokimov, a ainsi rapporté aux médias russes que l'avion avait dû effectuer un atterrissage d'urgence après avoir perdu tout contact radio en raison de la foudre.

« Nous sommes parvenus à rétablir la liaison via la fréquence d'urgence, mais elle était courte et fonctionnait seulement par intermittences. (...) Nous avons pu dire que quelques mots puis le contact a été perdu », a-t-il déclaré, ajoutant que l'avion avait pris feu à cause de son violent atterrissage.

Un passager a également mentionné à Sputnik que la foudre avait pu frapper l'appareil.

Une source proche de l'enquête a quant à elle évoqué la destruction du réservoir de carburant, ce qui aurait pu mener à la tragédie.

« Les pièces du train d'atterrissage détruit ont probablement heurté le réservoir gauche, il est complètement détruit. Cela a fait exploser le carburant et déclenché l'incendie. L'autre réservoir a également subi des dégâts. Très probablement, ceux-ci ont été infligés lorsque l'avion a heurté la piste », a déclaré la source.

Seules 37 personnes ont survécu dans l'incendie qui s'est déclaré le 5 mai à bord d'un avion de ligne de la compagnie russe Aeroflot, lequel a dû retourner d'urgence à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo 28 minutes après son décollage. Neuf autres personnes ont été hospitalisées, dont trois dans un état grave.

Les raisons de ce retour précipité ne sont pas encore connues, alors que certaines sources font état d'un incendie qui s'est déclaré en plein vol.