Jean-Claude Juncker, Président de la Commission Européenne depuis 2014, a un sérieux penchant pour l'alcool. Il suffit de voir les vidéos disponibles sur Youtube pour constater à quel point cet aspect est désastreux pour son image et celui de la Commission Européenne.
jean
© Inconnu
Jean-Claude Juncker
Dans quel pays serait-il admis que le Président puisse parader devant le public et à l'occasion d'avènements officiels, filmés, et commentés, en état d'ébriété comme cela arrive avec Monsieur Juncker ?

Est-ce que les français supporteraient de voir le Président de la République tituber et chahuter d'autres personnalités politiques, comme on l'accepte pour Monsieur Juncker ?

On peut rappeler que la Commission Européenne a pour fonction principale de proposer et de mettre en oeuvre les politiques communautaires. On peut donc valablement douter du sérieux de cette institution.....

Cela illustre bien que ce machin qu'est l'Union Européenne n'est qu'une aberration sans tête réelle, mais dirigée de manière occulte par des puissances financières. ( On le répète depuis longtemps maintenant ).

Monsieur Jean-Claude Juncker a également été de 1995 à 2013, le Premier Ministre du Luxembourg.

Deux lanceurs d'alerte ont dénoncé les pratiques du Fisc au Luxembourg sur des éléments datant de 2002 à 2010 ; il est apparu que le Fisc permettait à des multinationales de mettre en place des flux de revenus vers ce pays et de payer des impôts de 1% au lieu de 29% habituels.

Le comble est que le système continue à fonctionner et que les deux lanceurs d'alerte, Antoine Deltour et Raphael Halet qui travaillaient pour le cabinet Price Water House Cooper ont été poursuivis par la justice Luxembourgeoise pour avoir dénoncé les pratiques d'évasions fiscales.

On marche sur la tête....

Mais encore une fois, on constate que le pouvoir des puissances financières est le pouvoir réel et que ce sont elles qui gouvernent et qui manipulent la Commission Européenne..

N'oublions pas non plus l'activité des lobbyistes qui influencent les députés du Parlement Européen à Bruxelles.

Une politique européenne incompréhensible

Les règlements européens interdisent aux Etats membres de venir en aide aux entreprises en difficultés ; Comment peut-on lutter contre des puissances comme la Chine ou les USA qui elles ne se gênent pas pour intervenir auprès des sociétés en difficultés ?

Les traités CETA et TAFTA que négocient les européens visent à baisser les taxes douanières sur les produits en provenance du Canada et des Etats-Unis; l'Union européenne à négocié également récemment des accords d'importations de viandes en provenance des pays d'Amérique du Sud.

Comment dans ces conditions, l'UE pourrait-elle défendre l'emploi et son économie ?

C'est l'inverse qui se produit, nos emplois sont délocalisés vers des pays à bas coût ( pays de l'Est ou Maghreb....) et nous sommes envahis de produits chinois.

Les frontières ont été supprimées dans le cadre du traité de Schengen et cela était censé faciliter et créer un dynamisme pour les emplois et l'économie ; mais au final, l'absence de frontières c'est aussi l'arrivée sur le territoire français de populations en détresse comme les roms qui sont chassés de Roumanie et de Tchéquie, ou des migrants venant des pays pauvres d'Afrique qui cherchent une vie meilleure en France, mais qui ne sont pas en mesure d'apporter autre chose que leur misère qui leur colle aux pieds.

La conséquence de ces arrivées de migrants et de pauvres en Europe est la montée des extrêmes droites, mais comment s'en étonner ?

Le Bréxit et après ?

Nos voisins anglais prennent le large, ils quittent l'Union Européenne ; mais on peut parier qu'ils ne resteront pas seuls à quitter le radeau de la méduse.

Au contraire d'autres pays manifesteront leur volonté de souveraineté très prochainement et nous assisterons certainement à une implosion de l'Union Européenne .

Quand Madame Loiseau, la tête de liste de Larem évoque un Smic européen, on ne peut que constater la stupidité des pro européistes qui ne savent plus quoi inventer pour berner leur électeurs.

Car comment peut-on imaginer un Smic européen unique quand on compare la situation de l'Allemagne avec celle de la Roumanie ?