Depuis l'accession au pouvoir, en janvier dernier, de Jair Bolsonaro, le rythme de la déforestation en Amazonie a bondi de 39 %. Le président populiste brésilien estime que les lois protégeant « le poumon de la terre » sont un obstacle au développement économique de son pays.

tree
© LALO DE ALMEIDA/NYT-REDUX-REA
Le gouvernement a également commencé à se montrer plus clément avec l'abattage illégal, faisant craindre un effet croisé dévastateur pour la forêt amazonienne.
Lorsqu'un dirigeant politique tient ses promesses, c'est généralement une bonne nouvelle. Sauf lorsque l'une de ces promesses porte sur l'accélération de la déforestation en Amazonie.

C'est pourtant bien ce qu'il se passe au Brésil où, depuis que le président d'extrême droite Jair Bolsonaro est arrivé au pouvoir, la destruction de l'une des plus précieuses ressources de la planète s'est accélérée.

Selon le New York Times, depuis janvier, ce sont près de 3.500 km² de forêt amazonienne qui sont partis en fumée, de manière légale comme illégale. Il s'agit d'une augmentation de 39 % par rapport à la même période en 2018.

Rien que sur le mois de juin, qui marque le début d'une saison moins chaude et moins humide et donc plus propice au travail en forêt, la déforestation a bondi de 80 % par rapport à l'année passée.

Un tournant politique

Cette accélération est un tournant dans la politique brésilienne vis-à-vis de la forêt amazonienne, souvent qualifiée de poumon de la terre. Durant les deux décennies précédentes, les gouvernements en place ont œuvré à la protection de cette ressource primordiale pour le maintien de l'équilibre planétaire, faisant du Brésil un exemple en matière de politique environnementale.

Mais avec l'actuel président, les choses risquent de changer drastiquement, à l'instar de ce qui se passe aux Etats-Unis, où Donald Trump a lâché la bride à l'exploitation de pétrole de schiste. Durant sa campagne, Bolsonaro avait affirmé que les lois de protection de la forêt représentaient un obstacle au développement économique du pays, promettant de les faire tomber. Il avait notamment évoqué la réduction des zones allouées aux Indiens au profit des agriculteurs et des industriels. Il donc tient parole.

Abattage illégal

Le gouvernement brésilien se montre même clément avec l'abattage forestier illégal. Ainsi, selon un calcul du New York Times, le nombre de sanctions - amendes, avertissement, saisi du matériel, voire sa destruction - émises par la principale agence environnementale du Brésil a décru de près de 20 % dans les six premiers mois de l'année.

Cela signifie qu'une partie non négligeable de la déforestation risque de passer sous les radars des autorités, en toute impunité, rendant de plus en plus difficile une quantification précise de la destruction des ressources naturelles du pays, et de la biodiversité qui va avec.

Bolsonaro dénonce une « psychose environnementale »

En mai dernier, huit anciens ministres de l'environnement brésilien ont appelé le président Jair Bolsonaro à revenir sur ses promesses. Des critiques balayées par l'intéressé, qui est allé jusqu'à qualifier de « mensonges » les données émises par son gouvernement concernant l'accélération de la déforestation.

Selon lui, les préoccupations concernant la forêt amazonienne sont une forme de « psychose environnementale ». Ajoutant, face à des journalistes européens l'interrogeant sur la question la semaine dernière, que « l'Amazonie appartient au Brésil. Pas à l'Europe ».