Donné à 2 500 petits garçons en 2019, il se classe pour la première fois dans les vingt prénoms les plus populaires en France.

baby
© LP/Aurélie Ladet
Mohamed est le prénom le plus donné aux garçons dans le monde entier.
S'il est un prénom masculin qui se démarque dans le hit-parade des plus donnés en France en 2019, c'est bien Mohamed. D'abord parce qu'il fait, pour la première fois de l'histoire de l'Officiel des Prénoms, son apparition dans le Top 20. Ensuite, parce qu'il est à l'opposé de la tendance « caméléon » qui se développe depuis quelques années.

« Ce n'est toutefois pas du tout une surprise car, en regardant son évolution, il était logique que ce prénom se taille une place de choix dans les plus donnés chez les garçons, constate Stéphanie Rapoport, la coautrice de l'Officiel des Prénoms. La raison est toute simple et purement religieuse et culturelle. Dans les familles musulmanes, il est de tradition de baptiser du prénom du prophète le premier garçon de la fratrie. Mohamed est d'ailleurs le prénom le plus donné aux garçons dans le monde entier. Chez les filles, c'est Marie et ses diverses déclinaisons linguistiques comme Maria pour les familles de langue espagnole. »

En 1900, une petite fille sur cinq était baptisée Marie

L'arrivée de Mohamed est toutefois un succès en trompe-l'œil. « C'est en 2014, avec 2 600 naissances, que Mohamed a connu son pic de popularité, précise Stéphanie Rapoport. Cette année, le chiffre est descendu sous la barre des 2 500. Comme toutes les familles, celles de religion musulmane profitent désormais, et elles ne s'en privent pas, d'un gisement exponentiel de prénoms dans lequel elles peuvent puiser. La tradition Mohamed perdure, mais elle n'est plus aussi forte qu'avant. »

Il est en effet possible, depuis 1993 et l'assouplissement de la loi, de choisir n'importe quel prénom du moment qu'il ne porte pas préjudice. Une situation complètement différente par rapport à celle du début du XXe siècle quand les familles n'avaient le choix qu'entre seulement 2 000 prénoms présents dans les calendriers ou dans une liste de personnages de l'histoire ancienne. C'est ainsi qu'en 1900, une petite fille sur cinq était baptisée Marie, contre une sur 80 pour Emma, le prénom féminin le plus populaire en 2019.