Le premier blocage organisé par le mouvement écologiste Extinction Rebellion (XR) dans le cadre de sa Semaine de la Rébellion internationale d'octobre, a commencé ce lundi 7 octobre au Châtelet et sur le pont au Change à Paris.
gerta
© Inconnu
« Le but est de rester là toute la semaine », a indiqué un manifestant interviewé par Sputnik au début de cette action de désobéissance civile non-violente.

Les militants de XR, portant notamment les pancartes « Pour le vivant » ou « Pour notre survie » et scandant « Extinction Rebellion », « Écologie sans transition » et « Mensonge du capital, développement durable », entendent ainsi alerter sur l'urgence à agir face à la sixième extinction de masse provoquée par le changement climatique.

Plus tard, les militants assis sur la place du Châtelet ont répété: « La vraie écologie, c'est la ZAD ».

Selon les médias, les membres de XR seront accompagnés par d'autres mouvements comme les Gilets jaunes, les Gilets noirs ( sans papiers ), La vérité pour Adama (contre les violences policières) et certaines associations environnementales (ANV-COP21, Greenpeace, Jeunes pour le climat).



Actions à l'international

Cinquante personnes ont été interpellées le 7 octobre à Amsterdam après l'occupation d'un pont près du Musée national.

​À Berlin, des centaines de manifestants ont investi ce lundi, vers 05h00 locales (03h00 GMT), le Grosser Stern (la « grande étoile ») l'un des principaux ronds-points de la capitale allemande, et se sont rassemblés sur la Potsdamer Platz où la circulation a été réduite.



Selon le Telegraph, 135 manifestants au nom d'Extinction Rebellion ont été interpellés et deux ponts bloqués ce lundi à Londres, après que les écologistes ont formé des rassemblements en 11 endroits de la capitale dont Whitehall, la rue principale du quartier des ministères, et Trafalgar Square.


Des actions se sont également déroulées en Australie et en Nouvelle-Zélande.

À partir de ce lundi, Extinction Rebellion compte organiser des actions de désobéissance civile non-violentes dans une cinquantaine pays, de la Nouvelle-Zélande à la France.

La semaine de la Rébellion en avant-première

Les 5 et 6 octobre, des centaines de militants écologistes ont occupé un centre commercial, un « symbole du capitalisme », dans le sud-est de Paris. Ils ont baptisé cette opération Dernière occupation avant la fin du monde.


Le 6 octobre, la « cérémonie d'ouverture » de la Rébellion internationale d'octobre s'est tenue au Parc de la Villette à Paris.

Extinction Rébellion en action depuis 2018

En avril 2019, les militants d'Extinction Rebellion (XR), association créé en octobre 2018 au Royaume-Uni, ont paralysé pendant 11 jours certains quartiers de Londres en bloquant des ponts, en montant sur des rames de métro ou en se faisant enchaîner à des bâtiments.

En juin, ils ont été délogés du pont de Sully à Paris.

Le 16 septembre, une branche locale d'Extinction Rebellion a mené une action à l'Université de Strasbourg pour protester contre la déforestation.

Cette manifestation en a suivi d'autres, organisées cette année à Annecy, Rennes, Lyon, Saint-Brieuc, Dunkerque, Bordeaux et d'autres villes encore, pour alerter la population sur les incendies de forêt en Amazonie comme ailleurs dans le monde, protester contre les marées vertes, les bombes -dont certaines chimiques- qui rouillent en mer du Nord, la destruction des territoires des peuples indigènes au Brésil et contre la mise en péril de la biodiversité, d'après le site du mouvement.